Découvrez L'hymne du 43e d'Artillerie    Rouen - L'étendard du 43e Régiment d'artillerie Carte-photo (coll

L'Etendard du 43e d'artillerie (carte-photo coll. verney-grandeguerre)

René Verney médecin aide-major de 1ère classe de la réserve, est affecté dans ce grade le 18 avril 1914 au 3e groupe du 43e régiment d’artillerie de campagne. Le régiment est alors basé à Caen, quartier d'artillerie Claude Decaen, garnison où se déroule sa mobilisation du 2 au 7 août 1914. En dehors de cartes postales présentant la caserne, nous n'avons à notre disposition aucun document iconographique relatif à cette courte période, contrairement à celle immédiatement antiérieure (janvier 1911-avril 1914) au cours de laquelle le régiment est installé à Rouen caserne Jeanne d'Arc.

 

Création du 43e Régiment d'artillerie de campagne

Le 43e RAC est une unité créée peu avant la première guerre mondiale dans le cadre de la loi du 24 juillet 1909 (JO du 31 juillet 1909, p. 8302).

Les affectations de ses officiers s'effectuent progressivement en 1910 alors que le régiment est en cours de formation. Ils sont inclus au 11e régiment d'artillerie comme corps de rattachement jusqu'au 31 décembre. Exemples d'affectations :

-JO 28 juin 1910, p. 5893 (création des batteries) : Garnuchot capitaine 10e RA (43e commandement 8e batterie); Berntzwiller lieutenant 8e RA (43e commandement 9e Batterie)

-JO 11 septembre 1910, p. 7607 (formation de l'état-major) : Lieutenant-colonel Valabrègue breveté hors cadre (43e commandant par intérim) ; M. Drouault chef d'escadron au 11e RA (43e faisant fonction de Lieutenant-colonel) ; M. Lebel chef d'escadron au 11e RA (43e Major) ; M. Vielle capitaine 11e RA (43e inspecteur d'armes) ; M. Bouhet lieutenant au 11e RA (43e faisant fonction de capitaine chargé de la mobilisation) ; M. Lannes Etat-major particulier, direction de Lyon (43e trésorier).

-JO 11 septembre 1910, p. 7580 (nomination d'un vétérinaire) M. Caulle vétérinaire en 1er au 37e RA directeur du centre de remonte du Bec-Hellouin (11/43e RA, service)...

Les sous-officiers sont quant à eux affectés au régiment à la date extacte de création du corps le 1er janvier 1911.

Rouen - L'étendard du 43e Régiment d'artillerie CPA (coll

Rouen – L’étendard du 43e Régiment d’artillerie. (carte postale coll. verney-grandeguerre)

Le colonel Moïse Enahim Fernand Valabrègue (à droite), accompagnant le porte-étendard (adjudant Bourgoin) et sa garde (maréchaux des logis Gloeser et Thoury).

Prise de vue réalisée à Rouen caserne Jeanne-d’Arc le 18 juillet 1911.

 

Casernement à Rouen : janvier 1911 - avril 1914

Lors de sa création et jusqu'à son transfert à Caen début avril 1914, le 43e RAC est en garnison à Rouen, caserne Jeanne d'Arc, il y sera remplacé dès le 6 avril 1914 par le 11e régiment d'artillerie (Journal de Rouen du 07/04/1914 p.2). L'édifice, de style classique construit à la fin du XVIIIe siècle est composé d'un pavillon central encadré de deux vastes corps de bâtiments (actuellement antenne du Conseil régional de Normandie). Jusqu'au transfert du régiment à Caen le 1er avril 1914 la caserne Jeanne d'Arc sert de cadre à de très nombreux portraits collectifs (voir notamment Généanet et l'album souvenir édité en juin 1912 reproduit sur le site Chtimiste.com).

Rouen - caserne Jeanne d'Arc (carte-postale coll

La caserne Jeanne d'Arc, façade principale et entrée donnant sur le Champ de Mars (au premier plan)

(carte postale coll. verney-grandeguerre)

Rouen, caserne Jeanne d'Arc, artilleurs du 43e RAC et leur pièce de 75 (carte-photo coll Rouen, caserne Jeanne d'Arc, pièce de 75 et artilleurs du 43e RAC (carte-photo coll

Rouen, caserne Jeanne d'Arc, pièce de 75 et groupe d'artilleurs du 43e RAC (carte-photo coll Rouen, caserne Jeanne d'Arc, groupe d'artilleurs du 43e RAC et pièces de 75 au repos (carte-photo coll

Rouen, caserne Jeanne d'Arc, artilleurs du 43e RAC au 276 (carte-photo coll  Rouen, caserne Jeanne d'Arc, groupe d'artilleurs du 43e RAC (carte-photo coll

Rouen, caserne Jeanne d'Arc, artilleurs du 43e RAC au 327 la fuite (carte-photo coll. Verney-gandeguerre)   Rouen, caserne Jeanne d'Arc, artilleurs du 43e RAC, groupe de réparation section D

Rouen, caserne Jeanne d'Arc, groupes d'artilleurs du 43e RAC 1911-1914

(cartes-photos coll. verney-grandeguerre)

La caserne Jeanne d'Arc est implantée sur l'actuel boulevard Gambetta, qui longeait autrefois au nord le Champ de Mars, sur lequel se déployait au sud une enceinte de bâtiments annexée au cantonnement et où étaitent notemment implantées les écuries régmentaires.

Rouen - Vue générale et vue du champ de Mars (carte-postale coll

Vue du Champ de Mars à Rouen. Au second plan à droite la caserne Jeanne d'Arc et sur l'esplanade au premier plan, l'enceinte formée par les bâtiments annexés au cantonnement, avant construction des écuries du 43e RAC (carte postale coll. verney-grandeguerre).

Rouen, Champ de Mars, bâtiments provisoires élevés pour le casernement du 43e RA (coll

Vue de l'enceinte des bâtiments annexés à la caserne Jeanne d'Arc avec, au second plan, les écuries édifiées pour le 43e RAC

(carte postale coll. verney-grandeguerre)

Rouen, Champ de Mars, le pansage aux écuries du 43e RAC, (carte-photo coll  Rouen, Champ de Mars, écuries du 43e RAC, le pansage (carte-photo coll

Rouen, Champ de Mars, bâtiments annexés à la caserne Jeanne d'Arc, pansage aux écuries 1911-1914

(cartes-photos coll. verney-grandeguerre)

Le Champ de Mars servait aux excercices et revues notamment du 43e RAC de 1911 à 1914 comme en témoigne plusieurs clichés photographiques (cf. Pôle image Haute-Normandie). S'y déroule par exemmple le 18 juillet 1911, la cérémonie de présentation de l'étendard du régiment au corps de troupe dont il est possible de lire le compte-rendu dans le Journal de Rouen du 19/07/1911 p. 2).

Présenation de l'étendard du 43e régiment d'artillerie (carte-photo coll

Cérémonie de présentation de l’étendard régimentaire au corps de troupe le 18 juillet 1911

Rouen esplanade du Champ de Mars

(carte-photo coll. verney-grandeguerre)

Rouen, Champ de Mars, artilleurs du 43e RAC, (carte-photo coll

Rouen, Champ de Mars, artilleurs du 43e RAC et leur pièce de 75, 1911-1913

(carte-photo coll. verney-grandeguerre)

 

Casernement à Caen : Quartier Claude Decaen

Du 1er au 5 avril 1914, les 2e et 3e groupes du 43e RAC, quittent Rouen (voir le Journal de Rouen 02/04/1914 p.2) pour gagner le nouveau dépôt du régiment le Quartier Claude Decaen à Caen, une caserne à peine achevée, implantée sur les hauteurs de la rive droite de l’Orne au sud du faubourg de Vaucelles.

Le quartier Claude Decaen est donc le lieu de mobilisation du 2 au 7 août 1914 non seulement des hommes du 43e régiment d'artillerie de campagne, mais également des 1 600 chevaux destinés à assurer sur le front le mouvement des troupes, pièces d'artillerie, munitions et matériel, et dont le service de la remonte cordonne le regroupement par le biais de la réquisition.

Le 43e RAC bénéficie également d'une annexe au coeur de la ville : le quartier Saint-Louis installé au sein de l'ancien Hospice Saint-Louis (autrefois Hôpital général de Caen) affecté aux besoins militaires en 1914. Il s'agit d'un édifice de la fin du XVIIe siècle, situé à l’angle formé par l’actuelle rue Arthur Le Duc et la promenade Sévigné, il est presque entièrement rasé vers 1920 et rien n’en subsiste après les destructions de 1944.

Caen, caserne de 43e RAC bâtiment central en construction

Le quartier Claude Decaen en cours d'édification

carte-photo coll. verney-grandeguerre

Quartier Claude DecaenSources : Photographies aériennes 1946-1965 ; carte d‘état-major 1866 et cartes topographiques 1950 2016 - IGN - Géoportail

Le Quartier d’artillerie Claude Decaen occupe le vaste quadrilatère de 14 ha compris entre les rues Guillaume Trébutien et Michel Lasne, le Boulevard Raymond Pointcarré et l’Avenue du capitaine Georges Guynemer. L’entrée principale ouvre sur cette dernière, dans l’axe de l’Avenue Albert 1er nommée en hommage au roi des Belges, le quartier Decaen accueillant durant la Grande guerre, un centre d'instruction de l'armée Belge où cantonnent jusqu'à 4 000 hommes.

Caen caserne d'artillerie Vue générale  Caen, nouvelles casernes d'artillerie, entrée principale

                              Vue générale depuis l'avenue Albert 1er                               L'entrée principale vers 1915

(cartes postales coll. verney-grandeguerre)

Caen, caserne d'artillerie 1930 43e d'artillerie   Caen (Calvados), La Caserne du 43e

L'entrée principale vers 1930-1940

(cartes postales coll. verney-grandeguerre)

L'entrée principale donne accès à une cour d'honneur fermée au sud par trois vastes bâtiments abritant les quartiers, le bâtiment central étant en léger retrait.

Caen, nouvelles casernes d'artillerie, vue générale de face  

Vue générale face à l'entrée

(carte postale coll. verney-grandeguerre)

Caen, caserne d'artillerie, bâtiment est

Bâtiment est

(carte postale coll. verney-grandeguerre)

Caen, 43e régiment d'artillerie, bâtiment central et cour d'honneur 

Bâtiment central

(carte postale coll. verney-grandeguerre)

Caen caserne d'artillerie Batiment Ouest

Bâtiment ouest

(carte postale coll. verney-grandeguerre)

Caen, 43e régiment d'artillerie, Ensemble des bâtiments

Arrière des bâtiments

(carte postale coll. verney-grandeguerre)

Caen, caserne du 43e d'artillerie, les cuisines

Les cuisines bordant la cour d'honneur à l'ouest

(carte postale coll. verney-grandeguerre)

Caen, caserne du 43e d'artillerie, Souvenir des cuisines - carte photo - 1915

Souvenir des cuisines (1915)

(carte-photo coll. verney-grandeguerre)

A l’arrière, se développent trois groupes compacts de bâtiments annexes abritant notamment selleries et écuries. 

Caen, caserne d'artillerie, les Ecuries - 2

Caen caserne d'artillerie les Ecuries le Pansage      Caen, caserne d'artillerie, les Ecuries

Les écuries

(cartes postales coll. verney-grandeguerre)

A l’extrême sud, de part et d’autre de l’axe central, sont implantés deux manèges couverts.

Caen caserne d'artillerie les Manèges

Les manèges

(carte postale coll. verney-grandeguerre)

La caserne se situe à proximité immédiate d’un vaste champ de manœuvre de 27 ha acquis en 1875 par la ville de Caen sur le territoire de Cormelles-le-Royal. Sur ce dernier qui a également servi de terrain d’aviation et d’hippodrome dans l’entre-deux-guerres, de déploie l’actuel quartier de la Guérinière intégré à la ville de Caen en 1951.

 

Durant la seconde guerre mondiale la caserne est transformée en camp d’internement par l’occupant qui y procède à l’exécution d’une soixantaine d’otages de 1941 à 1944. Une plaque commémorative, implantée au croisement de l’avenue Georges Guynemer et de l’avenue du 43e régiment d’artillerie, en témoigne (1).

Au sortir de la guerre, la caserne Claude Decaen préservée de la destruction, renoue partiellement avec sa vocation militaire, une partie seulement du site servant de cantonnement au 43e RAD (bâtiment ouest et partie occidentale de la cour d'honneur, une grande partie des écuries et les manèges). Près d'un tiers du quartier est en effet réquisitionné (dont le bâtiment central et le bâtiment est, encadrés de baraquements) pour servir de lieu d'accueil à plusieurs milliers de caennais sinistrés, puis aux ouvriers qui contribuent à la reconstruction de la ville. Au début des années soixante, l'installation transitoire perdure le "43" abritant encore plus de mille habitants (2).

Caen 17e batterie du 43e RAC vers 1930

 43e RAD, 17e batterie vers 1930. (carte photo coll. verney-grandeguerre)

Caen, Caserne du 43e RAD remise de décoration carte photo

Quartier Claude Decaen, 43e RAD, 11 mars 1933

Remise de décorations par le Général Errard commandant du 3e corps d'armée

Voir compte-rendu de la cérémonie par Pierre Moisy Ouest-Eclair du 12 mars 1933, édition de Caen

(carte photo coll. verney-grandeguerre)

 

Récupéré par l'armée mais laissé en grande partie en déshérence, le site est enfin cédé au deux-tiers par le Ministère de la défense à la ville de Caen en 1982, le dernier baissé des couleurs ayant lieu le 1er juillet 1985. La requalification du quartier s'engage en 1988 par la création d'une ZAC menant à la destruction de la plus grande partie des bâtiments et à l'édidification à leur emplacement de la Clinique du Parc, de la caserne de Gendarmerie Le Flem, de l’EHPAD Henry Dunant. Le seul édifice conservé est l’ancien poste de commandement originellement implanté au nord-ouest de la place d’arme, parallèlement à l’Avenue du capitaine Georges Guynemer. Il abrite désormais le " Pôle de vie de quartiers rive-droite"  de la ville de Caen.

 

Caen (Calvados), Caserne du 43e RAD, l'infirmerie

Caen, caserne du 43e RAD - l'infirmerie [ancien poste de commandement] (carte postale coll. verney-grandeguerre)

 

Ancien poste de commandement du quartier Claude Decaen (cliché ville de Caen.fr) 

Ancien poste de commandement du quartier d'artillerie Claude Decaen aujourd'hui  (cliché Ville de Caen.fr)

 

(1) voir : http://sgmcaen.free.fr/resistance/43-regiment-artillerie.htm

(2) -Morvilliers Bertrand et Aussant Madeleine Notre 43. Vivre à Caen après-guerre. Cabourg, Les Cahiers du temps ed. 2014 

 

Voir la suite

Le 43e RAC août 1914 - mars 1818