Cet index regroupe les noms des 172 personnes figurant dans les légendes de l'album de R. Verney et des 129 personnes citées dans le carnet de route de R. Tronsson. Pour accéder à l'ensemble des images de l'album sur lesquelles figure l'un des hommes présents dans ce répertoire : cliquer le lien " Identifié dans les légendes de l’album " ; pour accéder à la page originale du carnet de route dans laquelle figure le nom : cliquer sur la date correspondante ; pour accéder au chapitre de la restitution du journal de marche permettant de contextualiser cliché et/ou citation retranscrite : cliquer sur le lien entre parenthèses.

 

Cet index renvoit également vers l'index des pertes du 3e groupe du 43e RAC (44 morts, pour la France, 8 disparus et 100 blessés et 3 intoxiqués) figurant à la fin de la page : Base mémoire des Hommes : le 43e RAC indexé !, mais aussi vers l'index des auteurs de correspondances (lettres, cartes postales...) reproduits sur ce site : Lettres et correspondances des poilus du 43e d'artillerie.

 

 

Travail en cours : recherches biographiques collaboratives

 

(corrections, compléments ou infos contactez-moi via l'onglet en haut de page)

 

 

 HACHE Emile Hector (Verquin 1850 – Paris 1931)

Général commandant le 3e Corps d’armée (25 août 1914 - 23 décembre 1915) Source Base Léonore dossier LH/1256/35

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 26 septembre 1915 (Front de l'Aisne 13/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

HAISTE Gabriel Frédéric Albert (Orbec 1887 – Vienne-le-Château 1914)

Lieutenant au 9e bataillon de chasseurs à pied, mort pour la France, tué à l’ennemi à Vienne le château (Marne) le 16 septembre 1914

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 21 novembre 1914 (Front de l'Aisne 13/09/1914 - 22/05/1915) ; Répertoire p. 136 (adresse à Orbec)

 

 

HALUIN Jean Baptiste (Roubaix 1884 – Verdun 1916)

2ème canonnier servant, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 20 mai 1916 tué à l'ennemi (Verdun 23/03 - 20/06/1916) ; Répertoire p. 142-143

 

 

HALNA du FRETAY Charles Auguste Marie (Ploaré 1884 – 1959) [info Stéphan Agosto]

Capitaine du 7e régiment de chasseurs à cheval détaché au 74e RI 2e bataillon

HALNA DU FRETAY

Registre de matricule, bureau de recrutement de Quimper, classe 1904, n°1632. Etudiant engagé volontaire pour trois ans à la mairie de Vannes le 08/11/1904). Arrivé au corps du 119e RI le 09/11/1904. Envoyé dans la disponibilité le 23/09/1905. Renonce au bénéfice de dispense le 29/06/1906, rengagé le même jour pour 3 ans à compter du 08/11/1907 au titre du 31e régiment de dragons, arrivé au corps le 30/06/1906. Brigadier le 22/08/1906. Maréchal des logis le 10/10/1908. Maréchal des logis fourrier le 08/12/1909. Rengagé pour 1 an le 17/05/1911 pour compter du 01/10/1910. Rengagé pour 1 an le 30/09/1911 à compter du 01/10/1911. Admis à l'école d'application de cavalerie en qualité d'élève officier. Nommé sous-lieutenant rang du 01/10/1912 et affecté au 7e régiment de chasseurs à cheval le 15/09/1912 (J.O. du 18/09/1912). Nommé lieutenant le 01/10/1914.

Détaché aux états-majors des 9e-10e brigades d'infanterie (5e DI) du 10/10/1914 au 21/03/1916. A  la 9e brigade d'infanterie le 12/10/1914 [info Stéphan Agosto] ; détaché à l'Etat-major de la 10e brigade le 10/10/1914, détaché à l'état-major de la 9e brigade le 17/09/1915, détaché à l'état-major de la 10e brigade en 12/1915, détaché à l'état-major de la 9e brigade en 02 et 03/1916: voir Colonel Maurice Besnier Souvenirs de guerre 1914-1918. Edition Claire et Dominique Bénard, 2014, pp. 100, 186, 198, 210, 212. Nommé capitaine le 21/03/1916, détaché au 274e RI.

Arrivé au corps du 74e RI comme capitaine adjudant-major du I/74e le 11/05/1917, détachement ratifié en date du 25/05/1917 (J.O. du 30/05/1917). Blessé par éclat d'obus à la cuisse gauche le 14/07/1917 à l'éperon de Braye (Aisne) évacué, rentré au corps en 11/1917. Appelé au commandement du 2e bataillon le 25/07/1918 et le 21 octobre 1918 [info Stéphan Agosto].

Identifié dans les légendes de l’album : p. 204 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Promu capitaine au choix le 23/01/1919. En congés sans solde de deux ans, transformé en congé de 3 ans sans solde prenant date du 23/06/1919. Passé au 28e régiment de dragon le 22/06/1922. En opérations dans la Ruhr du 11/01 au 08/05/1923. Passé au 4e égiment de spahis le 22/08/1923. Tunisie 09/11 - 31/12/1923.  Passé au 11e régiment de cuirassiers le 11/01/1924. Passé dans la disponibilité à compter du 28/12/1925. Admis sur sa demande à la retraite proportionnelle à compter du 01/10/1934 et rayé des contrôles. Affecté dans la réserve au centre de mobilisation de la cavalerie n°22, passé au centre de mobilisation de la cavalerien°3 le 23/03/1936. Promu chef d'escadron de réserve le 15/06/1936 rang du 25/06/1936. Affecté au centre de mobilisation de la cavalerie n°18 le 27/03/1939.

Mobilisé en 1940 à la tête du 23e G.R.D.I., est fait prisonnier à Veules-les-Roses le 12/06/1940. Rapatrié en 1941 [info Stéphan Agosto].

Chevalier de la légion d’honneur 20 décembre 1917 (source base Léonore dossier 19800035/368/49423). Croix de guerre avec palme (1917). Citation à l'ordre de la 5e DI (1915), citations à l'ordre de l'armée (1917 et 1918).

Marié le 04/06/1918 à Paris avec Geneviève de Mython d'Hercelines. Adresses connues : Douarnenez, manoir de Kerlouarnec à Pouaré (1906) ; Paris, 128 rue du Bac (1906) ; Reilly, par Gisors (1936).

 

 

HAMEL Alphonse Anthime Hippolyte (Le Havre 1886 - )

43e RAC 3e groupe (2e canonnier conducteur, 1er CR ?)

HAMEL

Registre de matricule, bureau du Havre, classe 1906, n°1832. Charretier chef d'équipe à l'incorporation le 01/10/1906 au 7e régiment de chasseurs à cheval soldat 2e classe. Envoyé en congés le 25/09/1909. A effectué une période d'exercice au 7e régiment de chasseurs du 25/09 au 17/10/1911. Placé dans la disponibilité de l'armée active régiment de cavalerie légère puis au 43e RAC. Mobilisé le 01.08/1914, arrivé au corps le 03/08/1914. Mis en congé de démobilisation le 15/03/1919.

Identifié dans les légendes de l’album  : p. 151, 152, 163 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917)

Maintenu service armé sans pension, invalidité inférieure à 10% par commission de réforme du Havre du 07/10/1921. Passé dans la réserve au 105e régiment d'artillerie lourde, puis au 32e RAC puis au 43e RAC. Libéré du service militaire le 15/10/1935.

Cité à l'ordre du régiment (1918)

Adresse connue : Le Havre, 68 rue Jean-Jacques Rousseau (1911)

 

 

 

HAMEL Marcel Etienne (La Ferté-Fresnel 1892 – Neuville-Saint-Vaast 1915)

Aspirant au 24ème RI, mort pour la France, tué à l’ennemi le 25 septembre 1915

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 26 septembre 1915 (Front d'Artois 23/05 - 25/10/1915)

 

 

HAMEL

(Monsieur, à Frévin-Capelle)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 5 juillet 1915 (Front d'Artois 23/05 - 25/10/1915)

 

 

HAREL Marcel Laurent Alphonse (Guerbaville 1889 - )

Brigadier infirmier 43e RAC 3e groupe

HAREL

Registre de matricule bureau du Havre, classe 1909, matricule 337. Préparateur en pharmacie à Caudebec-en-Caux à l'incorporation 2e régiment de cuirassiers à dater du 1er octobre 1910. Libéré le 25 septembre 1912 affecté dans la réserve de l'armée active au 43e RAC. Mobilisé arrivé au corps le 03/08/1914. Nommé brigadier le 12/10/1914. Blessé sur la position de la 7e batterie du 43e RAC le 05/04/1916 à Douaumont (Meuse) (voir Restitution journal de marche V) et évacué, rentré a dépôt le 17/09/1916. Cité à l'ordre du régiment le 12 mai 1916 "A fait preuve de courage et de dévouement en se portant sous un violent bombardement au secours d'un sous-officier blessé. A été sérieusement blessé dans ces circonstances." Croix de guerre.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 4, 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), p. 76 (Artois 23/05-25/10/1915)

Passé au 103e d'artillerie lourde puis au 104e régiment d'artillerie lourde le 01/03/1918, aux armées le 08/09/918. Maréchal des logis le 06/11/1918. Passé au 31e RAC le 01/07/1919. Mis en congé illimité le 02/08/1919 rattaché au 103e artillerie lourde. Affecté au CM132 (32e régiment travailleurs) le 01/101935.

Maintenu service armé pension temporaire 20% par la commission de réforme de Rouen du 16/01/1930 puis par la commission de réforme de Rouen du 16/01/1930 pour cicatrice au niveau de la commissure labiale gauche fracture de la bouche horizontale du maxillaire gauche perte de 11 dents. PM sans défiguration. PM à gauche cicatrice jambe, main et pied.

Marié le 10/06/1919 à Caudebec-en-Caux avec Madeleine Alphonsine Réguégny. Adresse connue : Montivilliers, 20 rue Vattelière (1920).

 

 

HAZARD Daniel Pierre Raoul (Rouen 1888 – Eu 1917)

Maréchal des logis 43e RAC 3e groupe

HAZARDl

Registre de matricule bureau de recrutement de Rouen Nord, classe 1908, matricule n°1229. Industriel à l'incorporation le 7/10/1909 au 22e régiment d’artillerie, brigadier le 10/02/1910, Maréchal des logis le 26/09/1910.

Passé au 43e RAC le 01/01/911. Envoyé dans la disponibilité le 24 septembre 1911. Mobilisé, rejoint le 43e RAC 3e groupe le 03/08/1914 ; Etat-major (Somme) ; 7e batterie (Chemin des Dames). Mort accidentellement lors d’une permission, décédé d'une maladie contractée au front au domicile de sa grand-mère, Elise Cocaigne veuve de Daniel Fauquet, hameau de Beaumont à Eu le 25/08/1917. Cité à l’ordre du régiment (ordre n°93 du 07/09/917).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 112 (Front de la Somme 25/10/1914 - 28/03/1915).

Daniel Pierrre Raoul Hazard

In memoriam Daniel Pierre Raoul Hazard

maréchal des logis au 43e RAC - Mort pour la France

(imp. Louis Delamarre - Rouen ; coll. verney-grandeguerre)

Daniel Pierre Raoul Hazard est issu d'une dynastie d'industriels textiles de la région rouennaise spécialisés dans l'impression sur toile de coton ("indienneurs" installés tout d'abord à Malaunay et Déville, puis à Rouen). Il est l'ainé d'une fratrie de sept enfants issus d'Edmond Napoléon Hazard (1856-1934), ingénieur des arts et manufactures, directeur d'une usine d'alun de Rome à Eauplet faubourg oriental de Rouen, qui collabore ensuite avec son beau-père Daniel Fauquet (1813-1887) et son beau-frère. A son incorporation, le jeune Raoul Hazard travaille avec son père, qu'il assiste alors dans la gestion de la manufacture d'indiennes Hazard et Cie, installée depuis 1901 au n°69 de la rue du Val d'Eauplet à Rouen, dans une vaste propriété du XVIIe siècle, dit le château Legendre.

Parmi ses cinq frères seul son cadet Edouard Edmond Fernand (1889-1951) agent d'assurances, est réformé en 1914 (reg.matric.). Durant le conflit ses quatre autres frères seront nommés sous-officiers dans l'artillerie (43e ou 11e RAC, puis 108e RAL), parmi lesquels deux sont tombés au champ d'honneur. Edmond Napoléon Hazard perd ainsi non seulement trois fils mais aussi trois précieux collaborateurs impliqués dans l'entreprise familiale.

Emile Louis Edouard Hazard (Eu 1891 - Ventelay 1915) employé d'industrie, également maréchal des logis au 43e RAC (reg.matric.), chef de la 1ère pièce de la 4e batterie (2e groupe) est mortellement blessé au combat à Pontavert (Aisne) le 25 janvier 1915. Après avoir prononcé ses mots : "Laissez-moi, ce n'est rien, occupez-vous de mes hommes" (voir JMO), il est évacué et décède suite à ses blessures à l’ambulance n°7 le 26 janvier 1915 (mort pour la France)

Georges François Paul Hazard (Rouen 1893 – Chamery 1918), employé de commerce, maréchal des logis au 11e régiment d'artillerie puis au 108e régiment d’artillerie lourde (reg. matric.), est mort pour la France, au bois de Chamery (Marne) le 23 juillet 1918 à 6h30.

De manière surprenante, ce dernier servait alors dans la même batterie que les deux plus jeunes de la fratrie, "et c'est dans leurs bras qu'il rendit le dernier soupir". ll s'agit des jumeaux Jacques Gustave Roger Hazard (Rouen 1896 - Rouen 1934), employé d'architecte (reg. matric.) et Charles Robert Gaston Hazard (Rouen 1896 - Rouen 1970), architecte, engagés volontaires le même jour en juin 1916 au 11e RAC, et passés tous les deux au 108e RA  le 7 décembre 1917.

Sa jeune soeur, Marie Agathe Eilze Claire Hazard (Eu 1894 - Brionne 1978), épouse en 1920 Charles François Marie Delaporte industrieltextile à Brionne.

 

 

HECKMANN Charles Auguste (Le Havre 1890 - Fort-de-France 1936)

Maître pointeur 43e RAC 3e groupe 7e batterie

HECKMANN

Registre de matricule bureau de recrutement du Havre, classe 1910, matricule 2024. Ajusteur mécanicien à l'incorporation le 09/10/1911 affecté au 11e RAC. Affecté au 43e RAC le 17/01/1912, 2e canonnier servant. Passé 1er canonnier servant le 14 juillet 1912, Maître-pointeur le 25/09/1912. Renvoyé dans ses foyers le 08/11/1913. Mobilisé arrive au corps le 03/08/1914. Blessé à la cuisse par éclat d'obus à Hanzinelle (Belgique) le 28/08/1914 est évacué. Rentré le 28/09/1914.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 90 (Artois 23/05 – 25/10/1915)

Dirigé sur le dépôt des métallurgistes à Paris le 11/03/1917, détaché Maison Panhard-Levassor le 14/03/1917. Passé au 6e dragon le 01/07/1917. Mis en congés illimité le 02/08/1919, rattaché au 8e régiment d'artillerie coloniale.

Cité à l'ordre du régiment le 13/04/1915 "Déjà blessé le 22/08/1914 au combat d'Hanzinelle et revenu sur sa demande à la batterie de tir, a été blessé une seconde fois et évacué sur ambulance malgré ses protestations." Croix de guerre.

Adresses connues : Le Havre 19, rue Percanville (1913) ; Paris, 19 avenue des Gobelins (1919) ; Le Havre 29, rue Percanville (1920), 10 rue Joseph Clere (1924) ; Fort-de-France, Compagnie générale transatlantique (1927).

 

 

HELLOUIN Maurice Jean Pierre (Cany-Barville 1893 – Verdun 1916)

2ème classe, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 22 avril 1916 tué à l’ennemi (Verdun 23/03 - 20/06/1916)

 

 

HENRI Arthur Ferdinand Stanislas (Epinay-sur-Odon 1872 – Boursonne 1918) [HENRY dans l’album]

Capitaine 74e RI 2e bataillon (C.M.2)

HENRI

Registre de matricule bureau de recrutement de Caen, classe 1892, matricule n°246 (p. 333). Jardinier à Bayeux à l'incorporation au 74e RI le 14/11/1893. Nommé caporal le 21/11/1894. Sergent le 26/09/1895. Rengagé au même régiment pour 2 ans le 11/08/1896 à compter du 01/11/1896. Rengagé pour 3 ans le 12/07/1898 à compter du 01/11/1898 sergent. Rengagé pour 5 ans le 16/07/1901 à compter du 01/11/1901. Rengagé pour 2 ans le 29/10/1906 à compter du 01/11/1906.

Adjudant-chef au même régiment en 1914. Promu sous-lieutenant au 274e RI le 25/02/1915 (rang du 23/07/1914 J.O. du 20/04/1918). Nommé lieutenant le 04/04/1916 même affectation (J.O. du 05/04/1916). Promu capitaine à titre temporaire le 17/10/1917 même affectation (J.O. du 21/10/1917).

Affecté au 74e RI C.M.2 à compter du 18/11/1917 en remplacement du capitaine Chevreux [info Stéphan Agosto]. Nommé capitaine à titre temporaire au 74e RI en remplacement de M. Moreau, mis hors cadres le 04/05/1918 (J.O. du 06/05/1918). Mortellement blessé le 21/07/1918, Mort pour la France 21/07/1918 à l’ambulance 226 de Boursonne (Oise).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 198, 199, 201 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur (1916) (base Léonore dossier LH/1283/58), médaille militaire, Croix de guerre avec palme, 4 citations : 2 à l'ordre du régiment, 1 à l'ordre de la division, 1 à l'ordre de l'armée (J.O. du 03/05/1919).

 

 

HEUGUES Victor Arthur (Sainte-Colombe-la-Campagne 1888 -  Sainte-Colombe-la-Campagne 1934)

Maître-pointeur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie. Registre de matricule bureau de recrutement d’Evreux classe 1908 matricule n°3

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 27 septembre 1915 blessé, 22 octobre 1915 (Front d'Artois 23/05 - 25/10/1915) ; Répertoire p. 134-135

 

 

 

HERTOUX Georges

43e d’artillerie, peloton hors rang

Voir Lettres et correspondances des poilus du 43e d'artillerie

 

 

 

HEUZE [HEUZE Henri Félix Georges (Luc-sur-Mer 1889 - ) ?]

43e RAC 3e groupe (canonnier servant 8e batterie ?)

HEUZE

[Registre de matricule, bureau de Caen, classe 1909, matricule n°977 . Epicier livreur Lyons-sur-Mer à l'incorporation puis mercier ; bourrelier. Incorporé au 11e régiment d'artillerie le 06/10/1910, canonnier 2e classe. Passé au 43e régiment d'artillerie le 01/01/1911. Envoyé dans la disponibilité le 25/09/1912.

Rappelé à l'active le 01/08/1914, arrivé au 43e RAC le 03/08/1914. Nommé brigadier le 05/07/1918. Evacué malade le 03/12/1918, rentré au dépôt le 03/02/1919. Envoyé en congé illimité de démobilisation le 31/07/1919.]

Identifié dans les légendes de l’album : p. 74 (Artois 23/05 – 25/10/1915)

[Affecté dans les réserves au 43e RAC. Placé dans la position "sans affectation" le 01/05/1928. Maintenu pour la défense passive affecté au CM Infanterie n°31 le 15/12/1938. Rappelé à l'active le 01/09/1939 arrivé au corps le 02/09/1939 affecté au 36e RR 1-Bn 6e Cie DP. Renvoyé dans ses foyers et rayé des contrôles le 22/10/1939.

Cité à l'ordre du régiment ? (1918)

Rattaché à la plus ancienne classe de la 2e réserve comme père de 2 enfants (1936)

Adresses Connues : Caen, 76 rue Caponière (1919) ; Caen, 9 rue Guilbert (1923) ; Caen, Avenue Henri Chéron (1936)]

 

 

HIRONDEAU Alexandre (Brie 1889 - Angoulème 1971)

Maréchal des Logis 43e RAC 3e groupe, 7e batterie

HIRONDEAU

Registre de matricule, bureau d'Angoulème, classe 1909, n°962. Cultivateur à Brie lors de l'incorporation. Appelé à l'active le 12/10/1912 au 23e régiment d'artillerie de campagne. 1er canonnier conducteur le 18/10/1911. Rengagé pour deux ans le 15/02/1912 à Toulouse à compter du 01/10/1912 au titre du 21e RAC. Brigadier le 01/10/1912.

Passé au 43e RAC le 01/06/1913. Nommé maréchal des logis le 08/10/1913. Chef de pièce jusqu'en 1917, puis chef de section à la 7e batterie (voir citation du 22/02/1918). Atteint par les gaz à la Malmaison le 23/09/1918, évacué jusqu'au 11/11/1918. Passé au 14e régiment d'artillerie le 12/11/1918.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 33 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

Passé au 175e RAC le 13/03/1919. Rengagé pour 5 ans à Troyes le 17/06/1919 à compter du jour de la démobilisation de la classe. Réaffecté au 14e RAC le 16/08/1919. Promu maréchal des logis chef le 09/01/1924. Commissionné à la sous-intendance de Bordeaux au titre du 196e régiment d'artillerie lourde à tracteurs pour 3 mois et 15 jours le 15/06/1924, pour parfaire quinze ans de service. Commissionné à la sous-intendance de Bordeaux au titre du 196e régiment d'artillerie lourde à tracteurs le 16/09/1925 jusqu'au 20/10/1930.

Nommé à l'emploi de facteur de ville (J.O. du 25/11/1926) et admis à faire valoir ses droits à une pension proportionnelle le 01/12/1925. Se retire à Bègles (Gironde). Affecté au 196e régiment d'artillerie lourde le 03/01/1927. Maintenu service armé, pension temporaire 10% pour troubles dyspeptiques avérés par commission de réforme de Bordeaux le 12/09/1927. Classé sans affectation (loi du 31/03/1928). Passé par changement de domicile dans la subdivision de Bordeaux le 21/12/1928 à Talence. Maintenu service armé, pension permanente 20% pour troubles gastro-intestinaux avec insuffisance hépatique par commission de réforme de Bordeaux le 01/09/1931. Affecté au centre mobilisateur d'artillerie 318 le 15/04/1934. Rappelé à l'activité par ordre d'appel individuel le 27/09/1938. Renvoyé dans ses foyers le 01/10/1938 et rayé des contrôles le 02/10/1938.

Marié, 1 enfant (1921). Adresses connues : Bègles, rue Dupuich (1927) ; Talence, chemin petite maison (1928) ; Talence, rue Denis Papin (1929)

Croix de guerre, Cité à l'ordre du régiment (1918) ; médaille militaire (J.O . du 28/01/1937).

 

 

HOLTZHAUER Maurice Louis Jacques [HOLZHAUER dans l'album] (Paris 1891 - )

1er Cs téléphoniste, 43e RAC, 3e groupe, 8e batterie  (Chemin des Dames)

HOLTZAUER

Registre de matricule, 2e bureau de la Seine, classe 1911, matricule n°1110. Tailleur d'habits à l'incorporation, domicilié à Paris, 37 rue Galilée. Incorporé le 08/10/1912 au 43e RAC, arrivé au corps le dit-jour. 1er canonnier servant le 21/11/1913. Brigadier le 06/10/1918.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 130 (Verdun 29/03 – 20/06/1916)

Passé à la 2e section de commis et ouvriers le 02/02/1919. Mis en congé de démobilisation le 19/08/1919. Affecté à la 22e section de COA. Rattaché à la plus ancienne classe de la 2e réserve le 18/09/1939 (père de 3 enfants vivants).

Cité à l'ordre du régiment (1917)

Adresses connues : Paris, 37 rue de Galilée (1919) ; Paris, 33 rue de Lauriston (1921) ; Paris 37 rue de Galilée (1938)

 

 

HOQUERELLE Charles Arthur (Saint-Etienne-du-Rouveray 1890- )

Brigadier trompette, 43e RAC, 2e groupe, 6e batterie

Voir Lettres et correspondances des poilus du 43e d'artillerie

 

 

 

HOUSSIN Edouard Gabriel Marie Adrien (Douai 1890 - Wissant 1963)

Médecin Aide-major 2e groupe du 43e RAC.

HOUSSIN

Registre de matricule, 3e bureau de la Seine, classe 1910, matricule n°640. Etudiant en médecine à l'incorporation, domicilié à Paris, 37 rue Denfert-Rochereau. Renonciataire au sursis le 10/10/1911. Engagé volontaire pour 6 ans le 10/10/1911 à Paris 5e pour le 30e régiment d'artillerie au titre de l'Ecole du service de santé militaire. Arrivé au corps le 16/10/1911. Aspirant admis à l'école du service de santé militaire le 13/09/1911. Arrivé à l'école le 10/10/1912. A subi avec succès le 17/05/1913 l'examen d'aptitude relatif aux médecins auxiliaires. Passé à la 3e section d'infirmiers militaires le 03/08/1914. Nommé au grade de médecin aide-major de 2e classe à titre temporaire le 24/041915 par décision ministérielle du 05/05/1915 (J.O. du 08/05/1915). Passé au groupe de brancardiers divisionnaire n°5 le /04/1915. Passé au 43e RAC le 01/07/1915 (2e groupe). Passé au 119e RI le 11/05/1916, remplacé le 13/05/1916 par le médecin aide-major Edgar Jean Philémon Assire venant lui-même du 199e RI.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 80 (Artois 23/05 – 25/10/1915)

Promu Médecin aide-major de 2e classe à titre définitif rang du 31/12/1914 le 21/08/1916 (J.O. du 25/08/1916). Promu Médecin aide-major de 1ère classe le 31/10/1916, Passé à l'AO le 30/03/19918. Passé au 129e Sénégalais le 10/08/1919. Passé au centre aviation San Stephano le 25/09/1919. Ecole d'application du service de santé militaire le 28/02/1920. Passé au 7e BCOA Haute-Silésie le 20/04/1920. Médecin aide-major 1ère classe, inscrit au tableau d'avancement pour la grade de médecin major 2e classe - Armée du Rhin (1920) (J.O. du 12/06/1920). Passé au 168e RI le 13/06/1920. Promu médecin major 2e classe, rang du 20/01/1920 (décret du 08/04/1921). Affecté au groupe sanitaire divisionnaire de la 3e division le 12/11/1923. Affecté provisoirement au RICM secteur 192 le 29/01/1924, cesse d'être détaché le 01/02/1925. Médecin chef de l'infirmerie hôpital de Ludvigshafen affecté au 28 BCP le 11/05/1925. Affecté au 106e RI (J.O. du 24/01/1926). Affecté service de santé de la 19e région le 23/03/1926. Affecté à l'hôpital de  Souk-Ahras en qualité de Médecin chef le 01/10/1927. Promu médecin commandant le 21/03/1931 à compter du 25/03/1931 (J.O. du 24/03/1931). Affecté au 43e régiment d'infanterie de Lille le 07/06/1932 (J.O. du 10/06/1932). Rayé des contrôles du service de santé de Constantine le 16/07/1932. Affecté au 32e RA le 07/02/1934 (J.O. du 10/02/1934). Rayé des contrôles du corps le 12/03/1934, admis le 07/04/1936 à faire valoir ses droits à une pension de retraite d'ancienneté de services. Affecté à la région de Paris (J.O. du 19/03/1936). Commandant (Réserve) Région de Paris (1940)

4 citations : 1 à l'ordre du régiment (1917) ; 2 à l'ordre de la brigade (1917) ; 1 à l'ordre de la division (1917). Chevalier dans l'ordre de la légion d'honneur le 26/02/1921, officier le 07/12/1940(Source Base Léonore dossier 19800035/593/671.14).

Adresses connues : Paris, 37 rue Denfert-Rochereau (1910,1924) ; Paris, 5 rue des Ursulines (1949).

Fils du sculpteur Edouard Marie HOUSSIN (Douai 1847 - Paris 1917)

 

 

IMBERT

43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 19 novembre 1915, 20 novembre 1916 blessé, Répertoire p. 134-135

 

 

INCHECILE

(43e RAC, 3e groupe, 9e batterie ?)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

JACOUTOT Jules (Cour [Bame-les-Dames]  - Grainville 1951)

Lieutenant 24e RI (officier d'approvisionnement)

JACOUTOT

Registre de matricule, bureau d'Auxerre, classe 1895, n°1114. Cultivateur engagé volontaire pour trois ans à la mairie d'Auxerre le 02/03/1894 pour le 84e RI soldat de 2e classe. Caporal le 26/09/1894, sergent le 01/10/1895. Passé dans la réserve de l'armée active le 02/03/1897. Rengagé pour 3 ans le 06/10/1897 pour le 71e RI sergent. Passé dans la réserve de l'armée active, passé au 24e RI le 06/10/1900. Rengagé pour 2 ans le 02/11/1900. Sergent fourrier le 16/12/1900. Rengagé pour 2 ans le 09/12/1902. Rengagé avec prime pour 3 ans le 17/12/1903. Adjudant le 23/08/1904. Rengagé pour 2 ans le 10/04/1907. Commissionné le 18/06/1909 à compter du 06/10/1909. Blessé par balle à l'épaule gauche au combat du 22/08/1914 à Auderlus (Belgique). Sous-lieutenant d'approvisionnement à compter du 21/10/1914 (titre temporaire). Lieutenant à titre temporaire le 07/10/1915. Lieutenant à titre définitif le 04/10/1916 effet rétroactif du 24/10/1914 (J.O. du 20/04/1918). Blessé en service commandé dans un accident de voiture le 29/09/1917 (hématome considérable de la partie inférieure de la cuisse gauche).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 211  (Aronde et Matz 21/06-8/09/1918)

A suivi les cours du centre de perfectionnement d'Alençon du 15/11/1919. Maintenu en activité, invalidité inférieure à 10% (commission de réforme de la Seine du 27/04/1922), proposé pour une pension temporaire invalidité de 20% (3e commission de réforme de la Seine du 06/11/1922). Promu capitaine le 27/12/1922 rang du 25/12/1922 et maintenu au 24e RI. Reconnu inapte aux T.O.E. (commission de réforme de la Seine du 20/12/1923) pour 1° Reliquats de rhumatisme articulaire aigu, raideur du coude gauche limitant l'extension  à 165. Gêne de la force globale du membre. 2° Reliquats de blessure de la cuisse gauche (accident de voiture), amyotrophie de 2 cm de la cuisse gauche, fatigabilité rapide. 3° Hernie inguale maintenue par un bandage, origine admise. Reconnu inapte définitivement aux T.O.E. (commission de réforme de la Seine du 20/12/1923). Remis capitaine de compagnie le 24/03/1924. Maintenu en activité, emploi sédentaire (commission de réforme de Versailles du 16/05/1924). Affecté au 31e RI (convenances personnelles) le 08/01/1921 (J.O. du 10/07/1924). Maintenu emploi sédentaire proposé pour une invalidité de 20% (commission de réforme de la Seine du 18/07/1924).

Chevalier dans l'ordre de la légion d'honneur (J.O. du 04/05/1916), officier (1934) (dossier base Léonore 19800035/0075/9335). Médaille militaire (J.O. du 29/01/1915). Croix de guerre (1 palme, 1 étoile d'argent, 1 étoile de bronze) : cité à l'ordre de la 8e armée (1919), cité à l'ordre de la 6e DI (1915), cité à l'ordre du 2e RI (1918). Croix de guerre Belge.

 

 

JACQUARD Georges Henri (Nancy 1892 - )

Lieutenant 43e RAC 3e groupe

JACQUARD

Registre de matricule, bureau d'Epinal, classe 1912, matricule n°441. Elève de l’école nationale des mines. A contracté un engagement de 6 ans à Epinal le 01/10/1911 pour le 62e régiment d'artillerie. A demandé à n'accomplir son service militaire qu'après sa sortie de l'Ecole des mines. Domicilié à Paris, mobilisé et arrive au corps le 04/08/1914. Nommé brigadier le 04/10/1914, maréchal des logis le 01/02/1915.  Nommé sous-lieutenant de réserve à titre temporaire au 43 RAC le 25/02/1915. Arrivé du dépôt le 16/05/1915, est affecté à l’Etat-major du 3e groupe du 43e RAC. Prend le commandement de la sous-section d’obusiers conjugués de Méricourt le 13/12/1915. Affecté à la 8e batterie du 22/12/1915 au 08/01/1916 (à cette date est affecté au Service de Renseignement d’Artillerie). Nommé sous-lieutenant à titre définitif le 08/11/1916. Affecté à la 8e batterie le01/02/1917 (nommé le 19/03/1917 au grade de sous-lieutenant TT avec effet rétroactif rang du 02/08/1915). Nommé lieutenant de réserve le 05/08/1917, rang du 02/08/1917. Promu par décret présidentiel du 09/12/1917 sous-lieutenant rang du 14/05/1914 et lieutenant à titre définitif, rang du 14/05/1917 (J.O. du 18/12/1917). Maintenu au 43e RAC, est en place à la 8e batterie le 01/08/1918.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 4, 6, 11, 59, 63, 76 (Artois 23/05 - 25/10/1915),  9, 10, 109 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916), 7, 139, 141 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), p. 177, 180 (Le Chemin-des-Dames 28/03 - 01/09/1917), 11, 182, 183 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918)

Détaché aux mines de la Sarre le 13/01/1919, mis en congé illimité de démobilisation le 13/11/1919, se retire à Sarrebuck. Promu au grade de capitaine le 17/06/1936, rang du 26/06/1936 (J.O. du 25/06/1936). Rappellé à l'active et arrivé au corps, affecté au 49e RA, le 25/08/1939. Démobilisé le 23/10/1941, se retire à Clermont-Ferrand. Rayé des cadres à compter du 05/03/1947, admis le 19/02/1948 à l'honoriat de son grade à compter de sa radiation. Se retire à Nancy.

Cité à l'ordre du régiment (1916), cité à l'ordre de la 5e DI (1918), Croix de guerre,1 étoile de bronze, 1 étoile d'argent, médaille interalliée de la victoire.

 

 

JAMES [JAMES Julien Edouard Charles (Caen 1879 - Caen 1965) ?]

Médecin aide-major, Hôpital temporaire n°24 à Houlgate

JAMES

[Etudiant, incorporation ajournée 1900 et 1901

Registre de matricule, bureau de Caen, classe 1899,matricule n°1009.

Classé dans les services auxiliaires en 1902 (faiblesse). Mobilisé le 04/08/1914 aide-médecin à Houlgate, hôpital temporaire n°24, classé service armé par commission de réforme de Caen  le 28/11/1914 affecté à la 3e région militaire (J.O. du 08/12/1914). Nommé médecin aide-major de 2e classe le 13/12/1914. Médecin aide-major 1ère classe le 12/12/1916. Envoyé en congé illimité de démobilisation le 07/01/1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 12 (Introduction)

Nommé médecin major 2e classe le 26/09/1919 (J.O. du 16/10/1919). A accompli une période d'instruction sans solde du 08 au 22/05/1933 au 43e RAD.

Diplômé de la faculté de Paris (thèse de doctorat soutenue le 15 juin 1904 "Du traitement de l'éventration latérale post-opératoire" Paris Henri Jouve ed. 1904). Marié le 01/03/1905 à Granville avec Jeanne Emilie Pauline Poirier.

Domicilié à Caen, 53 rue Saint-Jean (1905) ; Caen, 17 rue Guilbert (1914 ; 1919).]

 

 

JEAN Henri Georges (Gisors 1893 - Gisors 1935)

Brigadier infirmier 43e RAC

JEAN inf

Registre de matricule bureau de Rouen sud, classe 1913, matricule 1403. Musicien engagé volontaire pour trois ans à la Mairie de Versailles le 09/10/1912 affecté au 11e régiment d'artillerie, soldat de 2e classe. Passé au 22e régiment d'artillerie le 01/01/1914. Passé au 43e RAC le 03/08/1914. Brigadier infirmier le 30/04/1916. Blessé par éclat d'obus au fort Saint-Michel à Verdun, plaie contuse au thorax, évacué le 25/05/1916, rentré au dépôt le 25/06/1916, aux armées le 30/06/1916. Envoyé en congés illimités le 20/08/1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 4, 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 131 (Verdun 29/03-20/06/1916), 8, 141 (Les Eparges 29/03 - 20/06/1916)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 6 février 1916 blessé

Cité à l'ordre de la division le 03/06/1916. Croix de guerre étoile d'argent.

Disponibilité et réserve de l'armée active : 104 régiment d'artillerie lourde le 01/06/1921 ; 103e régiment d'artillerie lourde le 01/01/1924.

Adresses connues : Montreuil, 4bis, place Jean Jaurès (1922) ; Villers-sur-Marne, 76, rue de Paris (1934)

 

 

JEAN Raymond Damien Paulin (1891 Saint-Quentin-La-Poterie - ? 1961)

Lieutenant 43e RAC 3e groupe

JEAN Lt

Registre de matricule bureau de Nîmes classe 1901 matricule n°1901. Admis Elève à l’Ecole polytechnique le 13/09/1911. Engagé volontaire pour 4 ans à Paris 5e arrondissement le 06.10/1911. 56e régiment d’artillerie 2e CC 10/10/1911. Brigadier 02/05/1912, Maréchal des Logis 10/10/1912. Entré élève à l’Ecole polytechnique en tant qu'aspirant et rayé des contrôles le 10 octobre 1912. Nommé sous-lieutenant d'artillerie et affecté au 43e régiment d’artillerie de campagne par décret du 09/08/1914 pour prendre rang au 01/10/1914. Blessé à Thil (Marne) au bras par éclat d’obus le 16/09/1914. Promu lieutenant le 05/05/1915. Promu capitaine à titre temporaire le 17/01/1917.

Identifié dans les légendes de l’album : p.  4, 9 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 9, 11, 59, 89, 91, 92 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 9, 109 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916),  1, 7 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 162, 174, 177, 180 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917), 11, 182, 183, 186, 190 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918), 194 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 15 septembre 1916, 4 janvier 1917

Affecté au 38e RAC à destination de l’armée d’orient 01/10/1918, départ pour l’Orient le 16/10/1918, affecté au 16e RAC. Détaché à l’Etat-major de l’Artillerie 1er groupement de Division le 22 /06/1919. Promu capitaine à titre définitif par décret du 04/01/1920 pour prendre rang le 25/12/1919 détaché à l'Etat-major de l'artillerie de la 1ère GDI. Détaché après du commandant d’armes à Roustchouk (Bulgarie) 22/01/1920. Détaché au 242e RAC 24/02/1920. Affecté au 19e RAC 21/01/1920. Désigné pour suivre le cours technique de l'artillerie et affecté à l’Etat-major particulier de l’artillerie 01/01/1921. Affecté à l'Etat-major particulier de la poudrerie Militaire du Bouchet 26/09/1921. Section technique d’artillerie 24 juillet 1926. Promu chef d'escadron au rang du 25 mars 1931. Classé Etat-major particulier de l'Inspection permanente des fabrications de l'artillerie le 21/03/1932. Ingénieur militaire en chef 2e classe le 21/08/1935 pour prendre rang au 25/03/1931. Promus Ingénieur militaire principal des fabrications d’armement 2e classe le 21/09/1937.Affecté à l'Inspection des forges de Paris, nommé adjoint à l'Ingénieur général Inspecteur de la mobilisation industrielle le 21/03/1939.

Croix de guerre 2 citations : 1 à l’ordre du régiment 12/05/1916, 1 à l’ordre de la division 01/08/1918 - Chevalier de la Légion d’honneur 1929 – Officier de la Légion d’honneur 4 juin 1946 – Commandeur dans l’ordre de la Légion d’honneur 1951 (Source Base Léonore dossier 19800035/420/56127).

Adresse connue : 130 avenue de Versailles Paris XVIe (1952)

 

 

JOANNES dit « Jojo »

Maréchal des logis, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 18 septembre 1914, 20 novembre 1916

Cité à l'ordre du régiment (1916)

 

 

JOBIT Eugène Charles Marie (Vannes 1869 – l’Eclusier-Vaux 1916)

Capitaine 43e RAC 3e groupe

JOBIT

Registre de matricule bureau de Bergerac, classe 1889, matricule 551. Engagé volontaire pour 3 ans à Paris 23/10/1889, élève de l’Ecole polytechnique promotion 1889. Sous-lieutenant élève à l’école d’application de l’artillerie et du génie le 30/09/1891 ; sous-lieutenant 13e RA 30/09/1892 ; lieutenant en 2e 30/09/1893 ; 38e Régiment d’artillerie 20/02/1895 corps expéditionnaire (Madagascar)  02/05/1895 - 07/06/1896 ; passé au 13e régiment d’artillerie 10/071896 ; lieutenant en 1er le 29/05/1897. Mis à disposition du Ministère des colonies 08/04/1899. Mission topographique au Congo 10/05/1899 – 22/061900 (Mission Cendron) médaille d’or de la Société de Géographie. Blessé le 21/10/1899 au cours d'hostilités avec les habitants du village de Masouks (Congo) par un coup de fusil à l'épaule droite. Nommé capitaine le 04/12/1899 ; Directeur des travaux publics au Tonkin 29/03/1901 – 20/071902 ; Chemins de fer de Cochinchine et du sud Annam (mission d’étude entre Zaulinth et Phaürang) 1901. Professeur adjoint à l’école d’application de l’artillerie et du génie de Fontainebleau 1906. Capitaine au 17e Régiment d’artillerie 09/01/1907. Démissionne le 23/12/1909 pour un poste dans l’industrie. Nommé capitaine de réserve au 29e régiment d’artillerie (mars 1910).

Affecté au 43e régiment d’artillerie (septembre 1910). A accompli une période d'exercices au 43e régiment d'artillerie du 28/07 au 19/08/1911. Manufacturier, il est rappelé le 01/08/1914. Assurant le commandement de la 6e Section de munition d'artillerie du 3e CA (6e SMA du 43e RAC) jusqu'au 04/10/1914, arrive le 06/10/1914 comme capitaine en 2e de réserve pour prendre le commandement de la 7e batterie du 43e RAC en remplacement du capitaine Laurent Maurice Berquet, grièvement blessé le 24/08/1914 à Hanzinelle ; signalé comme commandant de la 7e batterie le 28/05/1915. Promu chef d’escadron le 04/08/1915, il est remplacé au commandement de la 7e batterie. Le 15/081915 est affecté au 28e régiment d’artillerie commandant le groupe de 95.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 9, 10, 35 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 4, 6, 11, 59, 63 (Artois 23/05 - 25/10/1915)

Tué à l’ennemi à L’Eclusier-Vaux (Somme) observatoire cote 93, le 04/02/1916 Mort pour la France. Médaille de Madagascar (1891) ; Médaille d'or de la Société de géographie, mission Gendron (1899) ; Chevalier de l'ordre de l'étoile d'Anjouan (1900) ; Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur (1900) (pas de dossier base Léonore) ; Médaille du Congo (1904) ; Croix de guerre avec palme.

Marié à Paris en 1906 avec Marie Marguerite Lainé, 3 enfants : 1 garçon (Yves), 2 filles (Thérèse et Madeliene)

1631008364

L'église de Morcourt (Somme) possède deux baies ornées de vitraux réalisées en mémoire d'Eugène Jobit mort au champ d'honneur. Ils sont dédiés à Saint Eugène, Sainte Marguerite, Saint Yves, Sainte Thérèse et Sainte Madeleine.

Jobit André                Cdt E

Eugène Jobit

  lieutenant, 13e RA, vers 1893        chef d’escadron, 43e RAC, 1915             

(clichés aimablement communiqués par Stéphane Breguet)

Commandant Eugène Jobit L'illustration

"JOBIT Eugène-CH. (cit.) Chef d'escadr. au 28e d'art."

(source : L'Illustration, planche n° 459 ; supplément au numéro du 15/09/1917)

 

Deux frères ayant parallèlement combattu durant la Première guerre mondiale (voir : Les lettres du capitaine Eugène Jobit 1914-1915) :

-Marcel Emile Marie Jobit (Vannes 1873 - Suresne 1938), ancien élève de l'Ecole centrale des Arts et manufactures, est affecté au grade de sous-lieutenant de réserve au sein du 43e RA, 6e Section de munitions d'artillerie du 3e CA du 11/08/1914 au 03/11/1914, tout d'abord sous les ordres de son frère Eugène Jobit puis, à compter du 04/10/1914 du lieutenant Zierer. A partir du 03/11/1914, il est détaché à la Société mécanique de précision (18 quai de Clichy à Clichy) (reg. matric. 4e bureau de la seine, classe 1893, matricule n°4647). Le Service Historique de  la Défense conserve ses carnets de campagne sous la forme d'une retranscription de 38 pages dactylographiées (cote SHD 1 KT 131). On y trouve (p. 31-38) des extraits de lettres que son frère, le capitaine Eugène Jobit, lui a adressé du 26/11/1914 au 25/05/1915 alors qu'il est engagé sur le front de l'Aisne, puis lorsqu'il fait mouvement avec la 7e batterie du 43e RAC vers le front d'Artois. Dans ces derniers échanges il est fait allusion à l'absence de nouvelles émanant de leur frère André, commandant au 25e RI.

Jobit Marcel recadré

Marcel Jobit (cliché aimablement communiqué par Stéphane Breguet)

-André Jean Baptiste Jobit (Lyon 1874 - Ecurie 1915), Saint-cyrien, promotion Tananarive, capitaine de la 9e compagnie du 25e régiment d'infanterie (reg. matric. 4e bureau de la seine, classe 1894, matricule n°3863), est tué à l'ennemi le 03/06/1915 sur le secteur est du Labyrinthe lors d'une attaque lancée par son régiment de part et d'autre de la route de Lille entre Ecurie et Rolincourt (Pas-de-Calais) (voir le cliché aérien 1075 du secteur daté du 3 juin 1915 et JMO régimentaire). Le capitaine André Jobit est mort pour la France sans avoir revu son frère, le capitaine Eugène Jobit qui vient lui-même d'arriver sur le front d'Artois, et cantonne alors à Brevillers (Somme) avant de monter en ligne début juillet sur Neuville-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) (voir : Journal de marche illustré III, Front d'Artois mai-octobre 1915).

Capitaine André Jobit L'illustration

 "JOBIT André (cit.) capitaine au 25e d'infanterie"

(source : L'Illustration, planche n° 403, n° 3872 du 19/05/1917)

 

 

JOUBERT

Canonnier conducteur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 30 août 1914 blessé

 

 

JOULIN Paul Emile (Nanterre 1878 - Hautes-Avesnes 1915)

Caporal au 205e régiment d’infanterie

Album R

Registre de matricule, 2e bureau de la Seine, classe 1898, n°2633. Comptable domicilié à Nanterre, 6 rue du Martray à l'incorporation le 16/11/1900 au 154e RI. Envoyé dans la disponibilité le 21/09/1902. A accompli deux périodes d'exercice au 5e RI la première du 20/08 au 16/09/1906 et la seconde du 04 au 21/09/1908. Rappelé à l'active le 01/08/1914, a rejoint le 19e RIT le 12/08/1914. Parti aux armées le 08/12/1914. Nommé caporal le 14/04/1915.

Caporal au 205e RI, tué à l'ennemi le 03/06/1915 à Hautes-Avesnes (Pas-de-Calais) (fiche Mort pour la France) ; Caporal au 19e RIT décédé le 03/06/1915 à l'ambulance 2/20 de Haute-Avesnes suite de blessures de guerre (registre de matricule). Inhumé les jours suivants à Haute-Avesnes sépulture n°190.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 86 sépulture (Artois 23/05 – 25/10/1915)

Adresses connues : Nanterre, rue Sadi-Carnot ; Nanterre, 13 rue Saint-Germain (1904) ; Nanterre, 45 rue des Colombes (1906) ; Nanterre, 44 rue des Colombes (1909).

 

 

JUBERT

Infirmier 43e RAC 3e groupe

JUBERT

Identifié dans les légendes de l’album : p. 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

JUS Marcel Jean Léon (Montry 1891 - )

Maréchal des logis 43e RAC 3e groupe, 9e batterie, 2e section

JUS

Registre de matricule, 3e bureau de la Seine, classe 1911, matricule n°3325. Garçon boucher en Angleterre domicilié à Londres 54 How land street à l'incorporation le10/10/1912 au 43e RAC. Nommé brigadier le 21/07/1913, promu maréchal des logis le 21/12/1913. Aux armées le 02/08/1914. Blessé par balle d'aéroplane au cours d'une mission en tant qu'observateur le 14/09/1918.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 5-6 août 1914 ; 29 août 1916 ; 20 janvier 1917

Réformé définitivement et proposé pour une pension temporaire invalidité 65% par décision de la 6e commission de réforme de la Seine du 25/11/1919 pour raideur épaule droite suite de resection humérale et pseudarthrose claviculaire, raideur flexion du coude. Blessé par balle (idem 22/05/1922).

Citations : 2 (1916) ; (1918) ; médaille militaire avec palme, croix de guerre

Adresses connues : Rethel (1928)

 

 

KELLER Grégoire Pierre Emile (Paris 1890 - Compiègne 1918) [info Stéphan Agosto]

Lieutenant 74e RI 2e bataillon

KELLER

Registre de matricule, 6e bureau de la Seine, classe 1910, n°143. Etudiant en droit, domicilié à Paris, rue Roquépine à l'incorporation à la 8e section de commis ouvriers militaires d'administration à compter du 07/10/1911. Soldat de 2e classe. Renvoyé dans ses foyers le 08/11/1913, affecté à la 6e section de C.O.A. Rappelé à l'active à la mobilisation générale, arrivé au corps le 02/08/1914. Parti au service des E.N.E. du 6e corps le 03/08/1914. Evacué pour maladie le 17/11/1914. Rejoint le dépôt 16e section C.O.A. le 01/03/1915. Evacué pour maladie le 14/07/1915 45 jours de convalescence. Passé au 117e régiment d'infanterie le 30/11/1915. Centre d'Instruction des élèves aspirants de Saint-Maixent, élève aspirant le 04/01/1916, caporal le 01/03/1916, sergent le 01/04/1916, aspirant rang du 21/04/1916 (J.O. du 27/04/1916). A suivi un cours de perfectionnement au camp de Valbonne du 05/05 au 05/07/1915. Nommé lieutenant de réserve à titre temporaire le 05/07/1916, affecté au 74e régiment d'infanterie (J.O. du 09/07/1016). Arrivé au corps en campagne le 23/07/1916.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 198 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Désigné comme élève observateur en avion détaché au service aéronautique dirigé sur l'école d'aviation de Sommesous le 09/06/1918. Remis sur sa demande dans l'infanterie et affecté au 4e de marche de zouaves le 08/07/1918. Arrivé au 4e de marche de zouaves le 24/07/1918 et affecté à la 9e compagnie. Promu lieutenant de réserve à titre temporaire le 24/07/1918. Blessé à Morlincourt (Oise) le 31/08/1918, décédé des suites de ses blessures (plaie à l'abdomen) à 23h30 le 01/09/1918, à l'ambulance 9/4 S.D.236 à Compiègne (Oise), Mort pour la France.

Chevalier dans l'ordre de la légion d'honneur (base Léonore dossier LH/1396/11) nomination accompagnée de l'attribution de la Croix de guerre avec palme, deux citations (1918) : 1 à l'ordre de la DI, 1 à l'ordre du régiment.

 

 

KLING Justin Jean Charles (Trouville 1893 – Mézidon 1956)

Canonnier servant, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, 3e pièce. Registre de matricule, bureau de Lisieux, classe 1913 n°836 (visionneuse page 472)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 134-135 blessé le 28 mai 1916.

 

 

LABAT G.A.J.A.

Lieutenant du 19e escadron du train des équipage détaché au 11e RAC, 101e Batterie de 58 T (voir JMO AD5 au 01/02/1917)

LABAT

Sous-lieutenant (réserve) du 19e escadron du train des équipages, nommé lieutenant le 14/07/1916 (J.O. du 19/07/1916). Détaché du 19e escadron du train des équipages au 11e régiment d'artillerie, passe dans l'arme de l'artillerie affecté au 11e régiment d'artillerie le 15/08/1917 (J.O. du 04/09/1917)

Identifié dans les légendes de l’album : p. 145 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917)

 

 

LACROIX

1er canonnier, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 24 août 1914 blessé, Répertoire p. 134-135

 

 

LAFEUILLE Georges André (Paris 1894 – Hanzinelle 1914)

Maréchal des logis, 43e RAC 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 23 août 1914, 24 août 1914 mort des suites de ses blessures

 

 

LAHAYE Gaston Xavier (Vendes 1893 – Verdun 1916)

Maréchal des logis, aspirant 43e RAC 3e groupe 9e batterie

LAHAYE

Registre de matricule bureau de Caen, classe 1913 n°1332 (visionneuse page 488). Instituteur à Caen sursitaire, appelé à l'active le 13/08/1914 incorporé au 43e RAC soldat 2e classe. Brigadier le 01/11/1914, maréchal des logis le 03/02/1915, élève officier de réserve le 01/03/1915. Tué à l’ennemi à Verdun le 20 mai 1916 Mort pour la France

Identifié dans les légendes de l’album : p. 129 (Verdun 29/03 – 20/06/1916)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 20 mai 1916 tué à l’ennemi, Répertoire p. 142-143

Une citation à l'ordre du régiment, médaille militaire à titre posthume.

 

 

 

LAINE Maurice Jules (Elbeuf 1890 - 1967) [info Stéphan Agosto]

Lieutenant 74e RI 2e bataillon

LAINE

Registre de matricule, bureau de Rouen sud, classe 1910, n°507. Incorporé le 11/10/1910 au 74e régiment d'infanterie, soldat de 2e classe. Nommé caporal le 23/02/1912, promu sergent le 25/09/1913. Passé dans la réserve le 08/11/1913. Mobilisé, arrivé au corps le 03/08/1914. Nommé au grade de sous-lieutenant de réserve à titre temporaire le 11/09/1914. Blessé le 22/05/1916 au fort de Souville à Verdun.  Promu au grade de lieutenant de réserve à titre temporaire le 18/11/1917, rang du 11/08/1917. Promu le 05/06/1918 sous-lieutenant de réserve à titre définitif rang du 11/09/1914. Promu au grade de lieutenant de réserve à titre définitif rang du 11/09/1916 le 19/07/1918. Affecté à la commission des chemins de fer de campagne d'Alsace et de Lorraine le 09/01/1919. Envoyé en congés illimités de démobilisation le 08/08/1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 199 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Affecté au 24e régiment d'infanterie le 14/04/1920. Passé au 39e régiment d'infanterie le 13/07/1920. Promu capitaine de réserve le 30/12/19254 et affecté le  01/01/1925 au 129e régiment d'infanterie. Mis à disposition du général commandant le 3e corps d'armée le 26/02/1925.

Croix de guerre, deux citations à l'ordre de la 5e DI (1916).

Marié, un enfant né avant 1924. Négociant en draperie. Adresses connues : Elbeuf, rue Thiers (1919) ; Elbeuf rue Jean Jaurès.

 

 

LALOUE G. J. L.

Lieutenant 24e RI

LALOUE

Sous-lieutenant de complément à titre définitif (réserve) 27/02/1917 (J.O. du 04/01/1919). Promu lieutenant de réserve à titre temporaire le 04/09/1918, rang du 29/08/1918 (J.O. du 10/09/1918).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 211, 213  (Aronde et Matz 21/06-8/09/1918)

Lieutenant de réserve à titre temporaire au 24e RI rang du 27/02/1919 (J.O. du 23/04/1920)

 

 

LAMOTTE Maurice Armand Eugène (Le Havre 1892 - Corcy 1918)

43e RAC 3e groupe

LAMOTTE

Registre de matricule, Paris 2e bureau, classe 1912, matricule 5/388. Ebéniste à Boulogne-sur-Seine à l'incorporation. Incorporé au 43e régiment d'artillerie le 10/10/1913 canonnier 2e classe. Blessé le 08/04/1918, brûlé par les gaz. Tué à l'ennemi le 18/07/1918 à la lisière de la forêt de Retz près de Corcy (Aisne), 2e canonnier servant Mort pour la France ; Maître pointeur à la 7e batterie, tué par l'éclatement d'un canon (voir JMO 7e batterie).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 76 (Artois 23/05 – 25/10/1915)

Croix de guerre deux étoiles de bronze : 2 citations à l'ordre du régiment (1918).

Adresse connue : Boulogne-sur-Seine, 368 boulevard de Strasbourg (1912)

 

 

LAMOURERE Frantz Marie Antoine (Gibel 1898 - )

Sous-lieutenant 24e RI

LAMOURERE

Registre de matricule, bureau de Saint-Gaudens, classe 1918, n°29 (visionneuse p.53). Engagé volontaire pour la durée de la guerre à la mairie de Saint-Gaudens le 28/07/1916 au titre du 138e régiment d'infanterie étant admis au Centre d'élèves aspirants à Saint-Cyr. Arrivé au corps le 30/07/1916 soldat de 2e classe. Arrivé au Centre d'instruction de Saint-Cyr le 18/09/1916. Nommé caporal le 30/05/1917. Nommé sergent le 30/06/1917, aspirant le 30/07/1917. Engagé pour 8 ans le 10/08/1917 à compter du 05/08/1917 à Versailles au titre de l'Ecole spéciale de Saint-Cyr. Passé au 24e RI le 11/08/1917. Promu sous-lieutenant à titre temporaire le 07/02/1918. Blessé plaie par balle région du cou le 16/04/1918.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 210  (Aronde et Matz 21/06-8/09/1918)

Nommé sous-lieutenant à titre définitif le 11/03/1919 rang du 25/03/1919. Passé au 166e RI le 27/09/1919. Promu lieutenant à titre définitif le 19/02/1920, rang du 02/02/1920. Mis hors cadres et affecté au 511e régiment de combat à compter du 15/09/1922. Détaché au centre des liaisons et transmissions à Versailles le 08/01/1923. Muté au 510e régiment de chars de combat [...] du 22/05/1927. Nommé capitaine le 13/09/1931, maintenu au 510 RCC. Affecté à l'Ecole supérieure de guerre le 01/11/1931. Mis hors cadre(état-major) à compter du 01/11/1933 et affecté comme stagiaire à l'état-major de la 1ère région aérienne à Metz le 02/09/1933. Désigné pour faire du service pendant les 11e et 12e 1933 à l'état-major de la région fortifiée de Lauter. Affecté à l'état-major général du ministère de l'air, stagiaire le 05/07/1934. Affecté au 503e RCC le 07/08/1935 rejoint le corps le 18/11/1935, prend le commandement de la 5e compagnie le 19/11/1935. Classé à l'état-major PI, affecté à l'état-major du général inspecteur général des forces aériennes des théâtres d'opérations terrestres et des réserves de l'air le 07/09/1937,

Six citations : 2 à l'ordre de l'armée (1918), 1 à l'ordre du régiment, 1 de la brigade (1918) et 1 à l'ordre du corps d'armée (1919).

Marié le 04/10/1919 à Boussens avec Renée Caussou, au moins 3 enfants

 

 

LAPIN

(43e RAC, 3e groupe, 9e batterie ?)                                                         

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

LATGE Louis Augustin (1888 ? - )

Maréchal des logis 43e RAC 3e groupe 8e batterie

LATGE

Classe 1908

Identifié dans les légendes de l’album : p. 127 (Verdun 29/03 – 20/06/1916)

Cité à l'ordre du régiment (1918)

 

 

LAVOISIER Eugène Alphonse Marie (Saint-Léger-du-Bourg-Denis 1873 – 1949)

Lieutenant 43e RAC 3e groupe

LAVOISIER

Registre de matricule bureau de Rouen nord classe 1893 matricule 2456. Engagé volontaire pour 4 ans au titre de l’Ecole centrale des arts et manufactures (1894), promu sous-lieutenant de réserve affecté au 26e régiment d’artillerie (1897), puis au 10e régiment d’artillerie (1898), lieutenant de réserve en 2e (1906). Lieutenant de réserve (1910). Affecté au 43e RAC par décision ministérielle le 25/09/1910 (Revue d'artillerie octobre 1910). Rappelé à l’active le 02/08/1914 affecté à l’état-major du 3e groupe du 43e RAC en tant qu’officier orienteur. Nommé capitaine de réserve le 26/09/1915. Affecté à la 8e SMA le 18/11/1915. Commandant de la 9e batterie le 14/12/1915 y est signalé le01/07/916. Classé à l’Etat-Major du groupement d’artillerie de la 5e DI le 03/01/1917. Mis en congés illimités de mobilisation le 07/01/1917.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 9, 10, 49-50 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 11, 59, 60, 104 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 109 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916), 143, 144, 145 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 14 décembre 1915, 29 août 1916, 4 janvier 1917

Classé au dépôt du 33e régiment d’artillerie le 23/09/1917. Rayé des contrôles de l’école de Fontainebleau et dirigé sur l’école américaine de Saumur le 18/11/1917. Mis à disposition de la Mission militaire auprès de l’armée américaine le 27/08/1918. Promu chef d’escadron le 06/06/1919 affecté pour la mobilisation au 43e RAC. Affecté au 3e bataillon d’ouvriers d’artillerie le 19/10/1922.

Ingénieur des Arts et métiers (Ecole centrale des arts et manufactures 1894). Industriel filateur (filature de coton Eugène Lavoisier à Saint-Léger-du-Bourg-Denis,puis les anciens établissements Lavoisier S.A., puis établissements Levaillant, puis société Jeudy). Maire de Saint-Léger-du-Bourg-Denis (1912-1946) président de la chambre de commerce de Rouen. Chevalier de la Légion d’Honneur 1917, officier 1934 (Source Base Léonore dossier LH/1508/74).

 

 

LE BEGUE de GERMINY Hippolyte Marie Ghislain Antoine (Lille 1840 - Tournai 1918)

Général, Dossier Léonore LH/1512/72

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 4 juin 1915 (propriété, à Brévillers, Somme)

 

 

LE BLOND

(43e RAC, 3e groupe, 9e batterie ?)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

 

LEBRETON Alfred Charles (Le Mans 1879 - )

Capitaine 43e RAC

LEBRETON

Registre de matricule, bureau du Mans, classe 1899 n°1367. Etudiant à Nantes lors de l'incorporation au 26e régiment d'artillerie le 16/09/1900. Brigadier le 16/05/1901, maréchal des logis le 16/11/1901. Rengagé pour deux ans le 09/02/1903. Admis à suivre les cours de l'école militaire d'artillerie et du génie le 14/03/1904, élève sous-officier le 16/04/1904. Promu sous-lieutenant le 16/03/1905 pour prendre rang le 01/04/1905. Lieutenant en 2e le 01/04/1907. Passé au 15e bataillon d'artillerie à pied le 25/03/1909. Passé au 40e régiment d'artillerie le 11/05/1909. Passé au 43e RAC le 09/04/1913.

Promu capitaine le 20/09/1914, 43e RAC, 2e groupe, 5e batterie (voir Carnet de route de Jacques Brunel de Pérard, lettre adressée suite à son décès à sa mère par le cap. Lebreton) y est encore signalé au 1er juillet 1916. Signalé à l'état-major du 43e RAC le 11 février 1917. Ecole d'état-major de Senlis le 10/08/1917.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 145 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 177 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917)

Affecté au 7e régiment d'artillerie le 17/08/1918. Promu chef d'escadron à titre temporaire à compter du 22 septembre 1918 (J.O. du 04/10/1918), commandant du 1er groupe. Classé hors cadre à dater du 08/03/1919 (mission). Affecté au 58e régiment d'artillerie le 06/06/1919 (n'a pas rejoint) affecté à l'état-major du général Gouraud, haut-commissaire de la République en Syrie le 31/10/1921. Affecté au 43e RAC le 08/08/1921. Affecté au 25e régiment d'artillerie, Armée du Rhin (J.O. du 25/12/1923), chef d'escadron commandant le VIe groupe. Affecté au Maroc (J.O. du 25 mars 1926) 64e régiment d'artillerie 1er groupe, débarqué à Casablanca le 18/04/1926, mis à disposition du général commandant le groupement de Fez, provisoirement adjoint au colonel commandant du groupement. Promu au grade de chef d'escadron le 25/03/1927, affecté à l'état-major particulier de l'artillerie TM de la région de Fez 4e bureau (24/06/1927). Affecté à l'état-major de la 1ère région J.O. du 25/01/1931 (adresse : Lille, 48 rue Saint-André).

Chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur (31/12/1914) base Léonore dossier n°19800035/803/91090. Citations à l'ordre de l'armée (09/1914) à l'ordre de la division (09/09/1919) ; Croix de guerre, Ordre Russe de Saint-Anne de 3e classe (septembre 1916).

Citations à l'ordre du 7e RAC (27/01/1919), à l'ordre de la 2e brigade (22/05/1920), de la division (07/1920), du corps d'armée (08/1920) Armée du Levant.

 

 

LE CARS Yves Marie Joseph (Garlan 1891 - Paris 1966)

Médecin auxiliaire 43e RAC 3e groupe                 

LE CARS

Registre de matricule, subdivision de Brest, classe 1911 n°842 (visionneuse p.494-496). Incorporé le 29.10.1912 au 7e R.A.C. (a renoncé à son sursis). Engagé pour six ans le 15/12/1913 au titre d'élève de l’Ecole du Service de Santé Militaire de Lyon. Brigadier le 18/12/1913. Nommé médecin auxiliaire le 02/08/1914 et affecté au groupe de brancardiers de la 16 DI, détaché au GAD 116 du 95e RI du 10/05/1916 au 18 BL du 1er au 10/06/1916. Affecté au 120e R.I.T. le 02/07/1916, [évacué le 12/081916, rentré au corps le 06/12/1916 info Stéphan Agosto]. Affecté au J.B.P.S. le 08/12/1916. Affecté au 3e groupe du 43 RAC le 17/12/1916 [en remplacement de Neyreneuf affecté au 1er groupe du 43e RAC]. Affecté au 74e RI le 23/08/1917 [en remplacement du sous-aide major Didry lui-même le remplaçant au 3e groupe du 43e RAC]. Nommé médecin aide-major de 2e classe le 24/09/1918.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 148, 149 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 151, 164, 166, 179 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917)

Reçu docteur le 30/04/1920 et affecté au Maroc, Hôpital Ber-Rechid à Rabbat le 03/07/1920. Mobile de Tadla le 09/10/1920. Passé à l'ambulance de Sidi Lam[..] le 08/12/1920. Désigné pour suivre un stage au Val-de-Grâce le 15/05/1921. Débarqué à Casablaca à l'issue de la formation le 20/09/1921, ambulance de Gelmous le 30/09/1921. Affecté au service médical des troupes de la Place de Casablanca le 11/05/1922. Réintégré dans les cadres et affecté à la Place de Rennes le 08/11/1922. Promu médecin major 2e classe le 24/03/1923 et affecté10e RAC de Rennes au 23/12/1923. Affecté à 20e compagnie autonome du train des équipages à Rennes J.O. du 25/06/1929. Passé au 41e RI le 10/01/1930.

Parti aux armées avec le 41e RI Armées du Nord et du Nord-Est 02/09/1939 - 24/07/1940. Médecin chef à l'Ecole de Fontainebleau repliée à Saint-Auvant du 25/07 au 02/09/1940. Place professionnelle de Périgueux (médecin chef) 03/09 - 08/11/1940, Place de Périgueux disposition du médecin chef du 09/11/1940 au 27/05/1941. Affecté au centre de réforme de Rennes médecin chef, étant en congé d'armistice avec emploi, a rejoint son poste le 28/05/1941.

Marié à Lyon 7e, le 25/11/1919 avec Berthe Marguerite Ferrier (3 filles)

Durant la première guerre mondiale 2 citations (1918) : 1 à l'ordre de la 5 D.I, 1 à l'ordre du 74e RI. Officier dans l'ordre de la légion d'honneur (1941). Durant la seconde guerre mondiale 3 citations (1940) : 2 à l'ordre du 41e RI, 1 à l'ordre de la 19e D.I. : Croix de guerre 1939-1940.

 

 

LECLERC Léopold Marcel (Le Tréport 1889 – Verdun 1916)

Maître pointeur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 21 avril 1916 tué à l’ennemi, Répertoire p. 142-143

 

 

LECOMTE

(Monsieur, à Mondeville)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 2 août 1914

 

 

LECOQ Adrien Honorat Albert  (Angerville-l’Archer 1882 – Sanvic, auj.Le Havre, 1946)

43e régiment d’artillerie, groupe territorial

Voir Lettres et correspondances des poilus du 43e d'artillerie

 

 

LECOQ Henri Marie Gustave  (Le Havre 1884 – Sainte-Adresse 1970)

Lieutenant puis capitaine 43e RAC 3e groupe

LECOQ

Registre de matricule, bureau du Havre, classe 1904, matricule 1417. Engagé volontaire en 1905 pour 4 ans au titre d’élève de l’école centrale des arts et manufactures. Promu sous-lieutenant au 20e régiment d’artillerie le 27/08/1908.  Passé dans la réserve de l'armée active au 01/10/1909, classé au 20e régiment d'artillerie le 15/12/1909. Classé au 43e régiment d’artillerie le 25/05/1911, y accomplit une première période d'exercice du 24/07 au 12/08/1911 puis une seconde du 18 au 14/09/1912. Suite à l'ordre de mobilisation générale,arrivé au corps du 43e RA le 2 août 1914 et affecté à l’Etat-Major du 3e groupe. Signalé dans la même affectation en tant qu’officier d’approvisionnement au 28 mai 1915. Signalé affecté à la 7e batterie le 11 février 1917 même affectation le 1er juillet 1917. Promu capitaine le 14 octobre 1917. Signalé avec ce grade à l’Etat-Major du 43e RAC au 1er janvier 1918.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 41, 47 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 7 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 143, 146 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 151, 166, 177 (Le Chemin-des-Dames 28/03 - 01/09/1917), 184, 186 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918).

Mis en congés illimités de démobilisation le 12 février 1919. Rattaché au 11e régiment d’artillerie. Affecté pour mobilisation au 103e régiment d’artillerie lourde  le 11/06/1920. Promu capitaine de territoriale le 10/02/1921 même affectation. Affecté au 3e bataillon d'ouvriers d'artillerie le 19/10/1922.

Croix de guerre deux étoiles – 4 citations.

Courtier maritime. Marié à Sainte-Adresse le 7 octobre 1912 avec Marguerite Taconnet (six enfants : Suzanne 1913-1980, Yvonne 1914-2012, Jacqueline, Maurice, Monique, Antoinette). Adresses connues : Longueil (1911) ; Sainte-Adresse, rue des pêcheurs (1914) ; 8, rue Chef de Caux.

 

 

LECUIROT

Canonnier conducteur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie  : 3 septembre 1914 blessé, Répertoire p. 134-135

 

 

LEDRAPPIER Constant Elie Georges (Mohon 1889 – Mareuil 1915)

2ème canonnier conducteur agent de liaison avec l’infanterie, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie  : 15 octobre 1915 tué à l’ennemi ; 22 octobre 1915

 

 

LEFEBVRE (1888 ? - )

43e RAC, 2e ou 3e groupe

Voir Lettres et correspondances des poilus du 43e d'artillerie

 

 

LEFRANÇOIS

24e RI

LEFRANCOIS

Identifié dans les légendes de l’album : p. 217 (Aisne et Sissonne 09/09-11/11/1918)

 

 

 

LELONG

Capitaine, 43e régiment d'artillerie ?

LELONG

Identifié dans les légendes de l’album : p. 145 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917)

 

 

 

LE MONTREER Georges Yves Daniel (Paris 1894 – Paris 1966)

43e régiment d'artillerie, 62e batterie

Voir Lettres et correspondances des poilus du 43e d'artillerie

 

 

LENEVEU Auguste Georges Emmanuel (Mathieu 1880 - )

Aide-major vétérinaire [14e régiment de hussards de passage au 43e RAC 3e groupe ?]

LENEVEU

Registre de matricule, bureau de Caen, classe 1900, matricule 182. Elève àl'école vétérinaire de Lyon à l'incorporation. Incorporé à compter du 14/11/1901, 2e canonnier conducteur au 22e régiment d'artillerie. Envoyé dans la disponibilité le 24/09/1902 dans l'attente de son passage dans la réserve de l'armée active qui aura lieu le 01/11/1904.

Nommé vétérinaire auxiliaire de la réserve et affecté au 6e régiment de dragons le 20/01/1904. Diplômé de l'Ecole vétérinaire de Lyon en 1904 (Recueil de médecine vétérinaire du 15 octobre 1904). A accompli une période d'exercices comme secrétaire de lacommission de classement de chevaux n°22 du 15 au 28/05/1905. Affecté à la 110e brigade de réserve le 23/08/1909. A effectué une période d'exercices au 36e régiment d'infanterie du 25/05 au 10/06/1910. Passé au 7e régiment de chasseurs le21/11/1911. Passé au 28e régiment d'infanterie pour être affecté à la 211e brigade le 19/04/1913.

Rappelé à l'active le 01/08/1914. A rejoint le 28e  régiment d'infanterie le 03/08/1914. Passé au 14e régiment de hussards le 04/11/1914. Nommé vétérinaire aide-major de 2e classe pour prendre rang à la date du 07/03/1915. Aux armées du 04/08/1914 au 03/11/1915. [Présent au 43e RAC en novembre 1915?]...

Identifié dans les légendes de l’album : p. 9, 10, 109 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916)

Intérieur du 04/11/1915 au 19/09/1917. Dépôt des chevaux malades de la 5e armée, nommé au grade de vétérinaire aide-major 1ère classe pour prendre rang du 07/03/1917 (J.O. du 11/03/1917). Nommé Aide-major vétérinaire à l'hôpital vétérinaire de Vernon (Eure) (Recueil de médecine vétérinaire). Orient du 20/09/17 au 05/05/1918. Passé au 4e régiment de spahis le 16/03/1918. Aux armées du 06/05/1918 au 07/05/1919. Passé au 262e RAC le 05/05/1918. Mis en congé illimité de démobilisation par le service vétérinaire de la 3e région à Rouen le 07/05/1919.

Affecté dans la réserve au 28e régiment de dragons le 30/01/1922 vétérinaire 1ère classe. Passé au 8e régiment de dragons le 17/08/1923. Affecté au 12e RAD le 24/04/1926. Affecté au CM artillerie n°40 à compter du 01/06/1928. Promu au grade de capitaine vétérinaire (réserve) centre mobilisateur d'artillerie n°40 rang du 25/12/1930 (J.O. du 09/01/1931).  Passé au CM de cavalerie n°40 le 12/05/1931, puis au CM de cavalerie n°20 le 01/05/1931.Passé au CMC n°3 le 07/12/1933. Passé au CMT n°3 le 05/03/1934. Vétérinaire capitaine (réserve) du centre de mobilisation du train n°3 (J.O. du 16/05/1936). Rayé des cadres, placé dans la position d'officier honoraire (J.O. du 01/02/1939).

Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur (1936) (J.O. du 06/08/1936) ; Chevalier dans l'ordre du Mérite agricole (1922) (J.O. du 27/08/1922)

Vétérinaire à Caen, 16 Place Saint-Martin (1905-1913) ; Caen, rue Jean Romain (1919) ; Caen, 16 Place Saint-Martin (1922-1931) ; Caen 8, rue Le Verrier (1931-1936), vétérinaire départemental (1940). Auteur de : "L'urémie d'origine acarienne chez le cheval." Recueil de médecine vétérinaire, XCIII, n°17, 15 septembre 1917, pp. 477-481.

 

 

LEPARC

43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 28 mai 1916

 

 

 

LEPESQUEUR Gaston Raoul Blosseville-Bonsecours 1884 - )

Adjudant 43e RAC 3e groupe, 7e batterie

LEPESQUEUR

Registre de matricule, subdivision de Rouen Nord, classe 1904 n°2450. Chaudronnier en fer à Rouen à l'incorporation le 09/10/1905 au 22e régiment d'artillerie. 1er canonnier conducteur le 19/09/1906, brigadier le 19/11/1906. Rengagé pour 2 ans le 24/07/1907 à compter du 01/10/1907. Maréchal des logis le 12/10/1907. Rengagé le 21/09/1910 à compter du 01/10/1910. Maréchal des logis chef le 26/09/1910.

Passé au 43e RAC le 01/01/1911. Rengagé pour 2 ans le 30/09/1911 à compter du 01/10/1911. Rengagé pour 2 ans le 29/08/1913 à compter du 01/01/1913. Commande la 2e section de la 7e batterie du 43e RAC (07/01/1915). Adjudant le 17/09/1914. Passé au 11e RAC 101e batterie de 90 le 31/10/1915.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 40, 49 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

Passé au 1er RAC le 31/07/1916. Nommé sous-lieutenant à titre temporaire (artillerie de tranchée) le 28/07/1916 rang du 31/07/1916. Passé au 13e RAC le 28/08/1916. Passé au 272e régiment d'artillerie le 01/10/1917. Blessé le 27/02/1917 par éclat de torpille (plaie pénétrante jambe droite et pied gauche sans lésions tendineuses ou nerveuses). Passé au 176e régiment d'artillerie de tranchée le 01/04/1918. Promu lieutenant à titre temporaire le 31/07/1918. Affecté au 108e régiment d'artillerie le 01/08/1918. Passé au 131e régiment d'artillerie le 10/02/1919, détaché à l'armée polonaise. Affecté pour ordre au 83e régiment d'artillerie lourde le 01/05/1921. Affecté au 43e RAC le 20/09/1920 (rayé des contrôles de la mission française de Pologne). En congé le 01/02/1922 jusqu'au  22/07/1922. Admis à faire valoir ses droits à la pension de retraite proportionnelle le 22/06/1922. Nommé lieutenant de réserve à titre définitif le 20/11/1922, rang du 31/07/1918. Affecté dans la réserve au 43e RAC le 20/11/1922. Maintenu à la disposition de la compagnie bordelaise des produits chimiques, usine de Rouen rue de Madagascar au 30/07/1925. Placé dans la disposition hors cadres au titre du 3e corps d'armée le 24/02/1926.  Promu capitaine le 26/12/1927. Rayé de l'affectation spéciale le 31/12/1931 et affecté au CM d'artillerie n°3 le 20/01/1932. Maintenu dans les cadres sur sa demande le 26/09/1933.

Rappelé le 27/09/1938 pour la mobilisation partielle, libéré le 01/10/1938. A effectué un stage de 2 jours de président de commission de réquisition hippo à Rouen du 07 au 08/06/1939. Rappelé à l'activité par mesure 99 a rejoint une commission de réquisition hippo comme président le 26/08/1939. Dirigé sur le centre de d'organisation d'artillerie hippo de Ploërmel Josselin, commandant de batterie le 30/09/1939. Versé au CAOA de Vannes à compter du 01/01/1940. Rentré au dépôt d'artillerie n°3 le 13/04/1940, batterie 103. Détaché le 16/04/1940 au dépôt d'artillerie n°303 .

Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur (1922). Croix de guerre, 2 citations à l'ordre de la division (1916 et 1917). Décoration polonaise des "Croix Vaillants" (1921).

Adresses connues : Bosc-Normand (1922) ; Le-Petit-Quevilly, 111 rue Malétra (1925) ; Caen, 89 rue d'Auge (1935) ; Rouen, rue de Chanzy (1932 ?) ; Le-Petit-Quevilly, 11 impasse Clément (1937).

 

 

LEROY Emile

(à La Trinité de Réville, Eure)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie : Répertoire p. 136

 

 

LESUEUR Albert Casimir Georges (Eu 1892 – Verdun 1916)

2ème canonnier conducteur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie : 28 mai 1916 tué à l’ennemi ; 29 mai 1916 ; Répertoire p. 142-143

 

 

LEVAVASSEUR Aldrix Louis Alphonse (Valognes 1894 – Valognes 1941)

43e régiment d'artillerie

Voir Lettres et correspondances des poilus du 43e d'artillerie

 

 

LEVÊQUE [Raoul Marius Ernest (1897 - 1971) ?]

24e RI

LEVEQUE

[Registre de matricule, bureau de Rouen nord, classe 1917 n°1972 ?]

Identifié dans les légendes de l’album : p. 214 (Aronde et Matz 21/06-8/09/1918)

 

 

LEZIN Eugène

2ème canonnier conducteur, 43e RAC, 3e groupe 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

LOCHEREAU Maurice Eugène (Corneuil 1892 - Dieppe 1934)

Lieutenant 74e RI 2e bataillon

LOCHEREAU

Registre de matricule, bureau de Rouen nord, classe 1912, n°1673. Employé de commerce à Rouen à l'incorporation le 09/10/1913 au 74e RI. Nommé caporal le 03/08/1914, nommé sergent le 20/09/1914. Promu sous-lieutenant à titre temporaire le 25/06/1915. Blessé accidentellement le 01/05/1916 pendant un exercice de grenades. Nommé sous-lieutenant de réserve à titre définitif le 17/11/1916, rang du 24/10/1916. Promu Lieutenant de réserve à titre définitif le 29/12/1917, rang du 18/06/1917.

Blessé le 21 juillet 1918, blessé le 15 octobre 1918

Identifié dans les légendes de l’album : p. 205 (secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Mis en congé illimité le 27/08/1919. Passé au 39e RI à la dissolution du 74e RI le 14/04/1920. Promu capitaine de réserve le 27/12/1922. A accompli un stage de 3 jours au titre des divisions de formation du 05 au 07/10/1931. Proposé pour maintien dans les cadres 10% documentaire, décision de la commission de réforme de Rouen du 26/02/1931 pour : 1° à gauche tympan cicatriciel otorrhée ; 2° PM cicatrice cuisse gauche, accuse des algies, cicatrice région dorsale perte musculaire (b.d.g.).

Deux citations : 1 à l'ordre du 74e RI (1915), 1 à l'ordre de la 5e DI (1916)

Marié 1 enfant (avant 1927), 3 enfants (avant 1931)

Adresses connues : Rouen, 5 rue Jean Rondeau (1919) ; Boisguillaume, 26 rue de l'Eglise (1923) ; Rouen, 5 rue Blosseville (1925).

 

 

LOP (F.S ?)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 21 novembre 1915 ; Répertoire p. 136

 

 

LOYER

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 28 mai 1916 blessé ; Répertoire p. 134-135



 

 

 Lien vers la deuxieme partie de l'index : A à G

 

 Lien vers la troisième partie de l'index : M

 

Lien vers la quatrième partie de l'index : N à Z