Cette page est consacrée à la présentation du 24e régiment d’infanterie, unité à laquelle René Verney est affecté en que médecin chef de service le 1er juin 1918 et qu'il accompagne jusqu’à sa démobilisation le 23 février 1919.

1918 Cantine et casque de R

Casque et cantine du docteur René Verney, médecin chef du 24e RI du 01/06/1918 au 23/02/1919

Coll. Verney-grandeguerre

Le 24e régiment d'infanterie, mobilisé dans la 3e région militaire (1er et  3e bataillons casernés à Paris et Aubervilliers, le 2e à Bernay, dépôt caserne Turreau) appartient tout au long du conflit à la 6e division d’infanterie aux côtés du 28e (Evreux et Paris), du 119e RI (Lisieux et Courbevoie) et du 22e régiment d’artillerie de campagne (casernement à Versailles) qui constitue l’artillerie divisionnaire. Le 5e RI a quitté la division en mai 1917 pour la 5e DI, alors que le 5e régiment d’infanterie territoriale la rejoint d’août à novembre 1918.

Bernay, Caserne Turreau (Coll  Bernay, Caserne Turreau (ND Phot 

Bernay, Caserne Turreau [dépôt du 2e bataillon du 24e RI], Coll. Walter,Bernay (à gauche) ; ND Phot. (à droite)

Cartes postales coll. Verney-grandeguerre

Bernay, 24e régiment d'infanterie, le repos après la manoeuvre (Cliché A. Sidrot)

Bernay, 24e Régiment d'infanterie, le repos après la manoeuvre (Cliché A. Sidrot) - Carte postale coll. verney-grandeguerre

Sur la vie miliaire à Bernay voir le site : Y avair ça chez mémé.

Le régiment est en position depuis mars 1918 dans le secteur des Hurlus (Marne), le bataillon placé en 1ère ligne  occupant le saillant de Tahure. Fin juin il se dirige avec la 6e DI sur le secteur de Gournay-sur-Aronde (Oise), participant en août à l'offensive sur le Matz. En septembre il se déplace vers l'Aisne dans le sous-secteur de Vauxtin, puis enfin en octobre il force le passage sur l’Aisne au nord de Courlandon entre Maizy et Concevreux poursuivant l’offensive jusqu'à Sissonne où il est stoppé près de trois semaines face à la « Hunding stellung » et où il cesse le combat le 11 novembre.

La fin des hostilités est marquée par un long périple de plus de 400 km qui le mène, jusqu’en Sarre dans le secteur de Sankt-Ingbert, participant avec la 6e DI à partir de janvier 1919, à l'occupation du Palatinat bavarois.

Le 24e RI est placé depuis le 6 juin 1916 sous le commandement du lieutenant-colonel J.-C. Henry issu du 119e RI.

En 1918, il est constitué de 3 bataillons composés de 3 compagnies et de 3 sections de mitrailleuses (SM1 à SM3).

En l’absence de document officiel à notre disposition, nous proposons ci-dessous une restitution de l’organisation régimentaire durant la période au cours de laquelle René Verney occupe les fonctions de médecin chef du service régimentaire et ce, d’après les légendes des photographies (voir index des noms de personnes) en complément des données fournies par le Journal des marches et opérations correspondant (Mémoire des hommes SHD 26N/599/7), et des pages de l'historique régimentaire consacrées à cette période du conflit.

 

Officiers de l'état-major :

Commandant Gohière de Longchamp

Lieutenants Cuvigny, Delhomme, Jacoutot, Olivier, Oudot

Sous-lieutenants Bâton, Laloué

Grenadiers d’élite

Sous-lieutenant Teyssier

Album R. Verney p.208 droite bas

Gournay-sur-Aronde (Oise), popote de l’état-major, juillet 1918, p. 208

  de g. à dr. abbé Besnel, cdt de Longchamp, lt Olivier, Dr Verney [et...]

Album R. Verney p.211 gauche bas

Estrées-Saint-Denis (Oise), juillet 1918, p. 211

De g. à dr. Vét. [.?.], lt Jacoutot,  Phar. Vuillermoz, lt Delhomme, lt Oudot, lt Laloue, lt Teyssier, lt Cuvigny (le chien Jack)

Album R. Verney p.213 gauche

Roye-sur-Matz (Oise), PC du colonel, août 1918, p.213

de g. à dr. s/lt Bâton, cdt de Longchamps, s/lt Laloue

1er bataillon (bataillon Machard-Grammond) commandant Maurice Abel Machard-Grammont

             1e compagnie capitaine Alexandre Louis Gustave Nurdin

             2e compagnie lieutenant Langlet ; sous-lieutenant Deboulet

             3e compagnie lieutenant Lainé ; lieutenant Seynaëve

             SM1

2e bataillon (bataillon Mollinier), sous les ordres du capitaine Gustave Mollinier

             5e compagnie capitaine Lecointe - section Joyet - section Royer

             6e compagnie lieutenant Mansard - section Nicolet - section Lamourère

             8e compagnie

             SM2 sous-lieutenant Lesage

3e bataillon (bataillon Feyzeau) sous les ordres du capitaine Artaud ; capitaine Lemesle

             9e compagnie lieutenant Morel

             10e compagnie lieutenant Charles Paul Cerveau

             11e compagnie

             SM3

 

Service de santé régimentaire

Médecin aide-major René Verney

Pharmacien Vuillermoz

Médecin aide-major Babin

Sous-aide-major Meurdrai

Brancardiers Aufrère, Dubosc, Lefrançois

Brancardiers ou infirmiers Lévêque, Olive, Vallot, Bourniquel

Album R. Verney p.209 centre bas

Gournay-sur-Aronde (Oise) ?, juillet 1918, p. 209

de g. à dr. abbé Besnel, s/a-m Meurdrai, Dr Verney, lt Olivier, lt Cuvigny (le chien Jack)

Album R. Verney p.214 gauche

Roye-sur-Matz (Oise), Pont du chemin de fer, août 1918, p. 214

de g. à dr. Lévêque [?...] Olive, Aufrère, Vallot, Bourniquel

Album R. Verney p.217

 Dhuizel (Aisne) relai des brancardiers septembre 1917, p. 217

de g. à dr. Aufrère, Dubosc, Lefrançois

Malheureusement nous ne possèdons aucun relevé individuel des pertes du régiment durant la période de cinq mois et demi allant du 1er juin au 11 novembre 1918. Les  informations provenant du JMO régimentaire relayées par l'historique régimentaire font pourtant état d'au moins 202 tués et plus de 886 blessés.

Pour plus de détail, nous renvoyons sur les introductions des quatre chapitres de la restitution du Journal de marche de René Verney :

Secteur de Champagne (1er – 20 juin 1918)

Offensive sur l’Aronde et le Matz (21 juin – 8 septembre 1918)

Offensive sur l’Aisne, Sissonne (9 septembre – 11 novembre 1918)

Armistice, occupation du Palatinat (11 novembre 1918 – 23 février 1919)