Cette page est consacrée à la présentation du 74e RI, régiment d'infanterie normand de la 3e région militaire cantonnements : Rouen caserne Pelissier, Elbeuf caserne Bachelet-d’Amville et Gaillon. Elle ne concerne que la courte période au cours de laquelle René Verney y est affecté (14 mars - 25 mai 1918).

Tout au long du conflit, le 74e RI appartient à la 5e Division d’infanterie et participe aux mêmes opérations que le 43e RAC. Durant la période au cours de laquelle René Verney est affecté au 74e RI, la division est en position dans la Marne à l’est de Reims dans le secteur Suippes-Souain. Le régiment occupe précisément les mêmes sous-secteurs (Wagram-Dardanelles) que le 3e groupe du 43e RAC qui assure son soutien.

Le JMO du Service de santé divisionnaire de la 5e DI (SHD 26N270/20) renferme à la date du 8 mars 1918, une carte permettant de situer les sous-secteurs occupés conjointement par le 3e gr. du 43e RAC et le 74e RI dans le secteur de Souain-Perthes-les-Hurlus.

JMO 5eDI service santé Mémoire des hommes SHD 26 N 270 020 8 mars 1918 - p

Mémoire des hommes SHD 26N270/020 8 mars 1918

Les 2 600 hommes du 74e RI sont alors placés sous les ordres du lieutenant-colonel Brenot (chef de corps du 16 septembre 1914 au 15 juin 1918). Ils se répartissent au sein des 3 bataillons composés chacuns de 3 compagnies auxquelles s’adjoignent 1 compagnie de mitrailleuses :

            -1er bataillon ou bataillon Jaurès (compagnies n°1 à 3 + CM1)

            -2e bataillon ou bataillon Amadieu (compagnies n°5 à 7 + CM2)

            -3e bataillon ou bataillon Spacenski (compagnies n°9 à 11 + CM3)

René Verney est affecté au 74e RI en tant que médecin du 2e bataillon, constitué environ de 850 officiers, sous-officiers et hommes de troupe. Sous ses ordres, le service de santé du bataillon est composé d’une vingtaine d’hommes : un médecin auxiliaire, un brigadier-brancardier, quatre infirmiers et douze brancardiers. Ses fonctions sont identiques à celles exercées au sein du 43e RAC, mais dans un contexte plus exposé au feu ennemi (3 500 hommes du 74e RI ont perdu la vie au cours du conflit).

Le médecin accompagne le mouvement de son bataillon. Avec les deux autres bataillons du régiment, ils se relèvent mutuellement par roulement tous les lundis.

Le bataillon monté en première ligne pour 7 jours (quartier Dardanelles) dispose de trois postes de secours avancés positionnés d’est en ouest sur la ligne de front : Chalet, Cabane et Grenouilles et d’un poste de secours principal placé légèrement en retrait à mi-chemin au nord du village de Souain : Dardanelles.

Album R. Verney p.204 centre bas

Souain (Marne), quartier Dardanelles, poste de secours de la Cabane, mars-mai 1918,

Dr Verney, p. 204

Album R. Verney p.204 droite haut

Souain (Marne), quartier Dardanelles, poste de secours Grenouilles, mars-mai 1918, p. 204

Le bataillon placé en position intermédiaire stationne 7 jours dans le sous-secteur Wagram au nord-est de Souain qui dispose d'un poste chirurgical avancé : le PA Paulinier.

Album R. Verney p.201 gauche bas

Souain (Marne), sous-secteur Wagram, poste chirurgical avancé Paulinier, mars-mai 1918, p. 201

Le bataillon en repos est placé durant une semaine en cantonnement au camps de Darolles, situé à mi-chemin entre Souain et Suippes à l’est de la route.

Album R. Verney p.198 gauche bas

Souain (Marne), camp de Darolles, baraque du chef de bataillon mars-mai, 1918, p. 198

Officiers du 2e bataillon du 74e RI (bataillon Amadieu)

Nous n’avons pas à notre disposition la liste des officiers composant le bataillon Amadieu durant cette courte période, mais nous pouvons, d’après les légendes des photographies figurant dans l’album citer certains d’entre eux (cf. index des noms de personnes) :

Capitaines

Léopold Marius DÉJEAN ; Charles Auguste Marie HALNA du FRETAY ; Arthur Ferdinand Stanislas HENRI ; Paul Xavier RAFFENNE

Lieutenants

Jean Pierre BEGUE ; Joseph Félix Octave CARDIN ; Georges Félcien Eugène Joseph CHAUVEL ; GER[NICE] ; Emile François Marie GUILLEE ; Grégoire Pierre Edouard KELLER ; Maurice Jules LAINE ; Maurice Eugène LOCHEREAU ; Antoine Alfred SABATIER ; Henri Léon TURPIN

Sous-lieutenants

Max Jean Robert GAUGRY ; Charles Denis Fernand PASSEFOND

Adjudant

Aristide Henri Louis RABANT

Service de santé régimentaire

Paul Auguste MAUSSIRE médecin major ; Arsène Charles TACHON pharmacien aide-major ; René VERNEY médecin aide-major ; Lucien Jules César CHOQUET sous-aide major

 

Durant ces deux mois, les pertes du 2e bataillon du 74e RI s'élèvent, d'après les JMO régimentaires, à 7 tués, 17 blessés, 35 intoxiqués et 2 disparus.

Signalons, bien qu'il ait alors quitté le 74e RI, que l'une des figures les plus marquantes du régiment est Roland Dorgelès (1885-1973) qui livre un an plus tard en 1919 dans « Les Croix de Bois », un témoignage saisissant sur le quotidien des soldats au front.

 

Nos chaleureux remerciements à Stephan Agosto qui nous a permis de valider ces informations. Pour en savoir plus, voir le site :Le 74e régiment d'infanterie durant la Grande Guerre.

 

Voir la suite

 

Accès direct au Journal de Marche illustré HD