Nous devons la connaissance de cet hymne inédit à Robert Mary Victor TRONSSON (Lisieux 1893 – Bayeux 1949), maréchal des logis au 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie (voir sa notice biographique dans la page d'accueil). Il en a recueilli les paroles dans son Carnet de route (1er août 1914 – 16 février 1916) : document inédit amicalement mis à disposition par son petit fils Thierry Grenier.

 

TRONSON

Album R. Verney p.032 gauche bas

Front de l'Aisne, hiver 1914-1915 Bois de Gernicourt (Aisne), 43e RAC, 1ere section de la 9e batterie (Album R. Verney p. 32)

Le maréchal des logis Robert Tronsson figure à l'extrème droite, bras croisés

 

 

 

Hymne du 43ème d’Artillerie

(Auteur anonyme sur l'air : Le Rêve passe*)

 

*Musique de Charles Helmer et G. Krier (Editions Paul Beucher 1906 - Paroles originales d’Armand Foucher)

 -Accéder ici à la version enregistrée par Bérard en 1909.

 -Accéder ici à la version enregistrée en 1909 par M. Dhaller, baryton, accompagné des choeurs et de la Musique de la Garde Républicaine.

 

Carnet R Tronsson 140-141

  Carnet de route de Robert Tronsson : Hymne du 43e d'artillerie

 

1er couplet

Une sombre rumeur se répand sur la terre

Dans l’Europe soudain vient d’éclater la guerre

Dans l’air monte fétide une acre odeur de sang

Chacun vole au danger et l’on serre les rangs

Une aube de carnage à la frontière flamboie

Et nous voyons déjà le ciel bleu qui rougeoie

Allons braves soldats, sonnez le branle-bas

Des suprêmes combats !

 

Accourez tous aux accents de la Marseillaise

Marchons au feu sans peur affrontons la fournaise

Nos trois couleurs flottent aujourd’hui sur l’Alsace

C’est l’étendard de notre pays qui passe.

 

Ecoutez le tocsin

Frondant dans le lointain

Ce qu’on entend là bas

Est-ce un râle ? Est-ce un glas ?

Au milieu des hourras et des cris de souffrance

On guette l’horizon poindre la délivrance

Tenons-nous prêts pour le suprême assaut

Au Drapeau !

Au Drapreau !

 

Accourons tous aux accents de la Marseillaise

Marchons au feu vite affrontons la fournaise.

 

2ème couplet

Tous debout artilleurs du 43ème

Chacun vous suit des yeux  vous réclame et vous aime

Car vous portez en vous nos sublimes espoirs

Vous remplissez en cœur le plus grand des devoirs

Vous irez à Berlin au centre du royaume

Et vous éventrerez ce bandit de Guillaume

Car vous êtes des gars descendants de Barrat

Que l’on n’arrête pas.

 

C’est le salut c’est l’honneur et c’est l’espérance

C’est la grandeur c’est la revanche de la France

En chevauchant dans les airs les monts et les plaines

Nous reprendrons demain l’Alsace-Lorraine.

 

Et au son du tambour

Nous gagnerons Strasbourg

Nous franchirons le Rhin

Nous conquerrons Berlin !

Quand nous aurons broyé la race germanique

L’Univers tout entier voudra la République

Frères Lorrains le sort en est jeté

Liberté !

Liberté !

 

C’est le salut, c’est l’honneur et c’est l’espérance

C’est la grandeur la revanche de la France

C’est la paix c’est la gloire !

C’est le succès c’est  la victoire !

 

Signé : le Dépôt

 

Rouen - L'étendard du 43e Régiment d'artillerie Carte-photo (coll

L'étendard du 43e Régiment d'artillerie (carte-photo coll. Verney-grandeguerre)

Porte-étendard du 43e RAC (adjudant Bourgoin), entouré de sa garde (maréchaux des logis Gloeser et Thoury).

Prise de vue réalisée à Rouen caserne Jeanne-d’Arc à l’issue de la cérémonie de présentation de l’étendard au régiment qui s’est déroulée sur l'esplanade du Champs de Mars de Rouen le 17 juillet 1911. 

 

 

 

 

Accéder ici à la page consacrée à la présentation du

43e Régiment d'artillerie de campagne (43e régiment d'artillerie)