A. Verney

 

 Introduction à la restitution du journal de marche de René Verney

XII

Armistice, occupation du Palatinat

 

 

L’album de la guerre européenne ne renferme aucun cliché de cette dernière période, qui clôture le journal de marche de René Verney.

Dès le lendemain de l’armistice, le 24e RI se met en mouvement par voie de terre. Il s’engage alors dans un long périple de plus de 400 km qui le mène via Châlons-en-Champagne, Saint-Dizier, Château-Salins, jusqu’en Sarre à Sankt-Ingbert .

Après une courte étape le 12 novembre à Juvincourt-et-Damary où il défile devant le général commandant la 6e division, il quitte l’Aisne pour rejoindre le 16 novembre l’ensemble de la division à Epernay (Marne) où se déroule une revue des troupes suivie d’une période de repos d’une dizaine de jours.

Le mouvement se poursuit ensuite pendant deux jours vers Châlons-en-Champagne (Marne) où le 24e RI défile le 27 novembre, et bénéficie d’une nouvelle semaine de repos à Sarry et Moncetz-en-Champagne.

Le 3 décembre le régiment reprend sa marche vers Saint-Dizier (Haute-Marne) où il défile le 6, poursuivant après une journée de repos son itinéraire, traversant les départements de la Meuse et de la Meurthe-et-Moselle. Après une nouvelle journée de repos le 12 près de Toul, il parvient le 15 décembre en Lorraine, défilant à Delme (Moselle) accueilli avec enthousiasme par le maire et l’ensemble de la population.

Le régiment défile ensuite le 17 décembre à Château-Salins et cantonne dans diverses localités de la région jusqu’au 4 février, les bataillons étant chargés de la garde de prisonniers russes à Bourdonnay, Fresnes-en-Saulnois, Marsaal et Château-Salins même.

Relevés par des factions du 356e RI, le régiment se dirige à partir du 5 février vers la frontière de la Sarre atteinte le 8. La 6e DI a en effet  reçu l’ordre de relever la 42e DI dans le Palatinat bavarois, (cercle Sankt-Ingbert , Zweibrücken  et  Hombourg). La frontière de la Sarre est atteinte dès le 8 à  Bliesbruk (Moselle). L’un des bataillons du régiment  a en charge la surveillance de la circulation de part et d’autre de la frontière entre Gersheim et Reinheim Frauenberg (Sarre), Obergailbach et Bliesbrück (Moselle). Les deux autres bataillons doivent occuper les localités de Blieskastel atteinte le 10 et de Sankt-Ingebert dans laquelle stationne l’état-major à partir du 11 février. C’est ici le 23 février 1919 que René Verney reçoit son congé de démobilisation.

Le JMO régimentaire reste muet quant à l’organisation des missions dévolues aux hommes du 24e RI au cours de cette période. De la même manière, le JMO du service de santé divisionnaire ne révèle rien des conditions dans lesquelles René Verney exerce ses fonctions de médecin régimentaire. Les seules informations disponibles proviennent des relevés mensuels des mouvements des malades et blessés dont nous avons déjà noté précédemment le caractère lacunaire : pour le 24 RI, 72 hommes de troupe malades en décembre, 30 en janvier.

 

voir la suite :

Le Journal de marche