Cet index regroupe les noms des 172 personnes figurant dans les légendes de l'album de R. Verney et des 129 personnes citées dans le carnet de route de R. Tronsson. Pour accéder à l'ensemble des images de l'album sur lesquelles figure l'un des hommes présents dans ce répertoire : cliquer le lien " Identifié dans les légendes de l’album " ; pour accéder à la page originale du carnet de route dans laquelle figure le nom : cliquer sur la date correspondante ; pour accéder au chapitre de la restitution du journal de marche permettant de contextualiser cliché et/ou citation retranscrite : cliquer sur le lien entre parenthèses.

 

Travail en cours : recherches biographiques collaborative

(corrections, compléments ou infos contactez-moi via l'onglet en haut de page)

 

 

ADDINE

43e RAC ?

ADDINE

Identifié dans les légendes de l’album : p. 47 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

ADJACENT Maurice Paul (Dives-sur-Mer 1890 - Houlgate 1962)

1er canonnier conducteur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie. Registre de matricule bureau de Lisieux, classe 1910 n°131 (visionneuse p. 183).

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie :  Répertoire p. 142-143

 

 

ALLAIN Louis Raoul (Le Havre 1888 - Le Havre 1937)

Cannonier conducteur 43e RAC

Album R

Registre de matricule subdivision du Havre classe 1908 n°322 Boulanger au recrutement 06/10/1909, dirigé sur le 11e RAC 2e cannonier servant. Passé au 43e RAC le 01/01/1911. Passé dans la réserve de l'armée active le 26/03/1912, certificat de bonne conduite refusé. Rappelé sous les drapeaux arrivé au corps le 03/08/1914. 1er Canonnier conducteur 43e RAC 2e groupe (Aisne) ; 3e groupe (Artois) ; 3e groupe 7e batterie (Chemin des Dames). Blessé à Soupir (Aisne) les 17-18 juillet 1918 par éclas d'obus au bras droit, écvacué l'hôpital jusqu'au 22/11/1917 puis 30 jours de convalescence, rejoint le dépôt le 23/12/1917. Passé au 6e RAC le 23/12/1918. Proposé pour réforme temporaire n°1 avec gratification de 7e Cie 20% pour paralysie du nerf médian droit par la commission de réforme du Havre du 16/05/1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 58 cérémonie de remise de décoration (Artois 23/05 - 25/10/1915)

Cité à l'ordre de l'armée pour le motif suivant "Au combat du 24 août 1914, les avants-trains de sa batterie étant pris sous un feu d'artillerie très violent a, quoique simple conducteur, puissamment contribué par son sang-froid et son action à ramener l'ordre parmi les attelages. A dégarni et dégagé lui-même un certain nombre de chevaux tués ou blessés et a reconstitué les attelages de plusieurs avant-trains." Croix de guerre avec palme remise le 16 juin 1915 à Fosseux Pas-de-Calais) cf. cliché p. 58.

Réformé définitivement et proposé pour une pension de 40% pour raideur des quatre derniers doigts de la main droite par commission de réforme de Rouen du 22 mars 1923. A fait l'objet de 1927 à 1934, d'une dizaine de condamnations pour ivresse par le Tribunal correctionnel du Havre avec, à compter le la 3e comdamnation, une peine systématique de prison de 2 mois assortie de 200 fr d'amende et deux ans d'incapacité des droits.

Adresses connues : Le Havre, rue du Champs de foire (1912), Rouen (1912-1913), Le Havre (1914-1921), Rouen (1923), Le Havre (1929-1937).

 

 

ALMEIDA Georges Edouard d' (Colombes 1888 - Nogent-sur-Marne 1979)

Sous-lieutenant au 11e RAC, 151e batterie de 75 T (voir JMO AD5 au 01/02/1917)

ALMEIDA

Sous-officier de complément au 11e RA, nommé au grade de sous-lieutenant (réserve) à titre temporaire le 15/05/1916 rang du 28/04/1916 (J.O. du 20/05/1916). Nommé au grade de sous-lieutenant [à titre définitif] le 01/05/1917 pour prendre rang du 20/05/1917 maintenu au 11e RA (J.O. du 09/06/1917). Nomination au grade de lieutenant à titre temporaire rang du 10/05/1917 maintenu au 11e RA, ratifiée le 24/05/1917 (J.O. du 01/06/1917).  Promu au grade de lieutenant le 20/04/1918 rang du 28/04/1918 au 37e RA (J.O. du 28/04/1918). Mutation au grade de lieutenant (réserve) au 04/05/1918 du 177e RA au 178e RA ratifiée le 15/07/1918 (J.O. du 24/07/1918).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 137 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917)          

Muté le 01/06/1922 du 22e RA au 43e RA (J.O. du 01/06/1922). Proposé au tableau d'avancement de 1927 pour être promu au grade de capitaine (réserve) au 43e RAC (J.O. du 19/05/1927), promu le 26/12/1927 (J.O. du 11/01/1928).

Croix de guerre, 2 citations ; Médaille commémorative italienne de la Première guerre mondiale (Source : Ministère du Commerce Dossier de proposition pour la Légion d'honeur Arch. Nat. F/12/8494)

Administrateur de sociétés (domaine d'activité : presse), publiciste à Paris, promu au grade de chevalier dans l'ordre de la légion d'honneur (J.O. du 27/05/1926 pas de dossier base Léonore) et dans l'ordre du mérite agricole (J.O. du 04/08/1926) ; Directeur de publication de Paris-Ciné (1968) ; Adresse connue : 8, rue de Florence à Paris (avant 1939).

 

 

ARDOUIN-DUMAZET

lieutenant 118ème régiment d’artillerie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 18 mai 1916 (Verdun 23/03 - 20/06/1916)

 

 

AUFRERE

24e RI

AUFRERE

Identifié dans les légendes de l’album : p. 214 (Aronde et Matz 21/06-8/09/1918),  p. 217 (Aisne et Sissonne 09/09-11/11/1918)

 

 

AUGUSTIN Jacques

Sous-lieutenant 43e RAC 3e groupe

AUGUSTIN

Classe antérieure à 1916

Sous-officier du 43e (maréchal des logis 6e batterie ? citation à l'odre du régiment 1916) ayant suivi avec succès le cours de perfectionnement (9e série) à l'école Fontainebleau, nommé sous-lieutenant à titre temporaire pour prendre rang du 01/05/1917 au 43e RAC (J.O. du 29/04/1917). 3e groupe 8e batterie le 04/05/1917, fait partie des officiers de la 9e batterie au 1er juillet 1917 (source JMO régimentaires). Passé dans la réserve au grade de sous-lieutenant affecté au 43e RAC par décision ministérielle du 30/04/1918 (J.O. du 04/05/1918). Nommé sous-lieutenant à titre définitif le 24/06/1918 pour prendre rang du 01/05/1917 même affectation (J.O. du 09/07/1918) et 02/09/1918).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 177 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917), 11, 182, 183, 186 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918), 194 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

 Promu au grade de lieutenant à titre définitif le 16/05/1919 pour prendre rang du 01/05/1919 même affectation (J.O. du 24/05/1919).

 

 

BACHELER

36ème régiment d’infanterie             

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 3 septembre 1916 (Les Eparges 22/06/1916 - 27/03/1917)

 

 

 

BADOUË

43e RAC 3e groupe, 9e batterie, 2e section

BADOUE

Identifié dans les légendes de l’album : p. 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

BAILLEMONT Fernand

trompette 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

BALTUS

(43e RAC, 3e groupe, 9e batterie ?)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

BARBARAY Médéric Louis Marie (Hautot-Saint-Sulpice 1886 - Elbeuf 1965)

Brancardier 43e RAC 3e groupe

BARBARAY

Registre de matricule, bureau de Rouen sud, classe 1906 n°1263. Encolleur à l'incorporation le 08/10/1907 au 5e régiment d'infanterie. Clairon le 25/09/1908. Envoyé dans la disponibilité le 25/09/1908.Effeune période d'exercice au 5e RI du 27/08 au  18/09/1912. Placé dans la disponibilité et la réserve de l'armée active au 119e régiment d'infanterie. Mobilisé le 01/08/1914 arrivé au corps le 04 août. Proposé pour changement d'arme par commission de réforme de Lisieux du 10/04/1916 pour cicatrice adhérente au niveau du 4e orteil qui chevauche les deux autres. Passé au 43e RAC le 19/04/1916. Brancardier 3e groupe (y est en juin 1917). 2e canonnier servant, 9e batterie (y est en septembre 1917).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 175 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917)

Envoyé en congé illimité de démobilisation le 02/04/1919 dépôt démobilisateur du 11e RAC Rouen. Maintenu service armé, infirmité inférieure à 10% pour amputation du 4e orteil droit. Réaffecté le 01/06/1921 au 43e RAC, classé affecté spécial à l'établissement Cantelou et Cie à Elbeuf. Rayé de l'affectation spéciale le 10/11/1927 sans affectation. Maintenu en service armé (infirmité inférieure à 10% pour amputation du 4e orteil droit, raideur du 3e orteil, aplagie plantaire) par la commission de réforme de Rouen le 15/03/1929.

Adresses connues : Caudebec-les-Elbeuf, 18 rue Lamartine (1919) ; Caudebec-les-Elbeuf, impasse Leroy (1921) ; Elbeuf, 42, rue Boucher-de-Perthes (1932).

Croix de guerre, cité à l'ordre du régiment (1917), a droit au port de la fourragère aux couleurs de la croix de guerre.

 

 

BASNEL ou BUSNEL

 43e RAC 3e groupe

BUSNEL

Identifié dans les légendes de l’album : p. 142 (Les Eparges 22/06/1916 - 27/03/1917

 

 

BARRIERE Elie

Maréchal des logis 43e RAC 3e groupe, 9e batterie 1e section

BASSIERE

Blessé le 28/05/1915 à Brévillers (Somme), blessé le 28/05/1916 à Douaumont (Meuse)

Identifié dans les légendes de l’album : p. 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie :  1er septembre 1914 (Retraite 25/08 - 05/09/1914) ; 28 mai 1916 blessé (Verdun 23/03 - 20/06/1916) ; 11 octobre 1916 (Les Eparges 22/06/1916 - 27/03/1917) ; Répertoire p. 134-135

Médaille militaire, rang du 03/06/1916 (J.O. du 01/08/1916)

 

 

BÂTON Antoine (Paris 1889 - Paris 1974)

Sous-lieutenant 24e RI

BATON

Registre de matricule, bureau de Versailles, classe 1909, n°1343. Ingénieur agricole à l'incorporation le 03/10/1010 au 37e RI soldat de 2e classe. Soldat de 1ère classe le 21/05/1911. Promu caporal le 24/09/1911. Envoyé dans la disponibilité le 25/09/1912.

Rappelé à l'active par suite de mobilisation générale, arrivé au corps du 5e RI (Falaise) le 03/08/1014. Passé le 10/08/1914 au 406e RI. Blessé le 15/09/1914 au Govar[h]. Nommé sergent le 11/10/1915. Passé au 24e RI le 19/08/1916. Promu sous-lieutenant de réserve à titre temporaire le 20/03/1917 rang du 16/03/1917 maintenu au 24e RI (J.O. du 25/03/1917). Blessé le 15/08/1918 (commotions et plaies multiples au visage et aux mains). Son action en tant que lieutenant est soulignée dans l'historique régimentaire (chapitre XV. - Vesle et Aisne p. 34-35) : "Dès le 3 [octobre 1918], les sapeurs de la 3/52e et les pionniers du régiment, sous les ordres du lieutenant Baton, profitent de la nuit sombre pour lancer une passerelle sur le canal, et le terrain broussailleux entre le canal de l'Aisne est exploré. L'ennemi se retire en tiraillant". Mis en congés de démobilisation le 31/07/1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 213 (Aronde et Matz 21/06-08/09/1918)

Nommé par décret présidentiel du 05/06/1920 (J.O. du 12/06/1920) : sous-lieutenant à titre définitif rang du 11/04/1917, lieutenant à titre temporaire rang du 10/08/1919, et promu lieutenant à titre définitif rang du 11/04/1919. Passé au centre de mobilisation d'infanterie n°21 le 01/03/1928. Dégagé des obligations du service militaire

A accompli une période obligatoire de 25 jours au 67e RI, camp de Mourmelon du 08/08 au 01/09/1932. Promu capitaine rang du 25/06/1934 affecté au CM d'infanterie n°21 le 22/06/1934 (J.O. du 24/06/1934). A accompli une période obligatoire d'instruction au 67e RI du 24/05 au 12/06/1937. Maintenu dans les cadres après la durée légale du service sur sa demande du 20/06/1928. A accompli un stage obligatoire d'information Centre de Paris service des chemins de fer du 09 au 18/06/1938. Affecté au service des chemins de fer de la 2e région le 11/08/1938.

Promu chevalier dans l'ordre de la légion d'honneur (16/10/1920, dossier base Léonore n°19800035/1247/43896 non communicable). Croix de guerre avec étoile d'argent (13/09/1918). Nombreuses citations : 1 à l'ordre de la DI (1918) ; 1 à l'ordre de la brigade (1919) ; 2 à l'ordre du régiment (1918)

Marié à Paris 16e le 21/10/1926 avec Marguerite Hérard (3 enfants). Adresses connues : Hotot-en-Auge (1912) ; Argenteuil, rue nationale n°10 (1919) ; Paris, 8 rue Eugène Gibez (1926) ; Paris, 60 rue de Charenton (1937).

 

 

BEAUMONT Clément (1886 - )

Infirmier / brancardier 43e RAC

BEAUMONT

Classe 1906. Blessé à Jumigny (Aisne) le 31 août 1917

Identifié dans les légendes de l’album : p. 133 (Verdun 29/03 – 20/06/1916), 156 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917)

 Cité à l'ordre du régiment (1919)

 

 

BEGUE Jean Pierre [ info Stéphan Agosto]

Lieutenant 74e RI

BEGUE

Appartenant au 39e RI, promu au grade de sous-lieutenant de réserve à titre temporaire et affecté au 129e RI le 26/10/1915 (J.O. du 29/10/1915). Nommé au grade de sous-lieutenant de réserve à titre définitif, 74e RI le 17/11/1916 pour prendre rang du 24/10/1916 (J.O. du 20/11/1916). Promu au grade de lieutenant de réserve à titre définitif 74e RI le 30/11/1917 pour prendre rang du 06/12/1916 (J.O. du 06/12/1917). Promu au grade de lieutenant de réserve à titre temporaire (?) 74e RI le 13/08/1918 rang du 26/10/1917 (J.O. du 18/08/1918).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 205 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Muté du 11e RI au 129e RI le 08/10/1920 (J.O. du 16/10/1920)

 

 

 

BERCIER Jean Marius Fernand (Marseille 1892 – Verdun 1916)

 

2ème canonnier servant 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

 

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 21 avril 1916 , 20 mai 1916 tué à l’ennemi (Verdun 23/03 - 20/06/1916) ; Répertoire p. 142-143

 

 

 

 

 

BERNTZWILLER Charles Philippe Henri  (Metz 1873 - )

Capitaine 43e RAC 3e groupe

BERNTZWILLER

Registre de matricule subdivision de Nancy classe 1893, matricule n°1340 (page 459). A refusé la dispense que lui a conféré son numéro de tirage au sort. Affecté au 8e régiment d’artillerie 2e Canonnier servant 16 novembre 1894 ; 25e régiment d’artillerie 2e Canonnier conducteur 22 novembre 1894, brigadier 16 mai 1895 ; 40e régiment d’artillerie, même grade 1er octobre 1895. Maréchal des logis 16 novembre 1895 ; Ecole militaire d’artillerie élève officier 4 avril 1899 ; 39e régiment d’artillerie sous-lieutenant 1er avril 1900. Lieutenant en 2e 1er avril 1902 ; 6e bataillon d’artillerie à pied même grade 17 mars 1903 ; 8e régiment d’artillerie 25 mars 1906, lieutenant 1ere 23 juin 1907 ; 43e RAC 9e batterie même grade 24 juin 1910, capitaine 27 mars 1911 ; Blessé à Hanzinelle le 24 août 1914 par balle qui lui a traversé l’épaule droite. Affecté à l’Etat major de l’AD5 au même grade le 10 décembre 1915 ; 43e RAC 3e groupe chef d’escadron à titre temporaire 1er janvier 1917 ; 4e batterie 7 janvier 1917 ;  7e batterie 10 janvier 1917 ; 43e RAC 2e groupe chef d’escadron à titre temporaire 27 février 1919. Rentré au dépôt 4e batterie 4 mars 1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 4, 5, 11, 28-29, 31-32, 37-38, 41 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 9, 10, 59, 83 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 11, 109 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916), 158, 162, 166, 177, 181 (Le Chemin-des-Dames 28/03 - 01/09/1917), 11, 182, 183, 184, 186, 190 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918), 194 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 5 août 1914 et 24 août 1914 blessé (Mobilisation, Campagne de Belgique 02-24/08/1914) ; 6 septembre 1914 (Bataille de la Marne 06-12/09/1914) ; 19 octobre 1914 , 24 décembre 1914 , 1er janvier 1915 et 24 mars 1915 (Front de l'Aisne 13/09/1914 - 22/05/1915) ; 14 décembre 1915 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916) ; 4 janvier 1917 (Les Eparges 22/06/1916 - 27/03/1917) ; Répertoire p. 134-135

121e régiment d’artillerie lourde chef d’escadron à titre temporaire 4 septembre 1919 ; mis en congés de 3 ans 15 février 1920 ; Classé au 62e régiment d’artillerie de campagne 24 janvier 1923 Installé à Chaumont en 1922 et Epinal 26 rue de la clef d’or en 1921-1924. Chevalier de la légion d’honneur 1914, officier 1920 (source Léonore dossier 19800035/1274/46759), Croix de guerre avec palme 4 citations : 6 à l’ordre de l’armée, 2 à l’ordre de la division.

Charles Berntzwiller est reconnaissable dans l'Album souvenir du 43e régiment d'artillerie, Rouen juin 1912 "Les officiers" au troisième rang le second à partir de la droite bras croisés et "9e Batterie" au centre.

 

 

BESNARD

43e RAC 3e groupe

BESNARD

Identifié dans les légendes de l’album : 133 (Verdun 29/03 – 20/06/1916), 141 (Les Eparges 22/06/1916 - 27/03/1917)

 

 

 

BESNEL [BEYNEL Gabriel François Victor (Chanac-les-Mines 1878 - 1955)]

Abbé 6e DI - 24e RI [?]

BESNEL

Registre de matricule subdivision de Tulle classe 1898, matricule n°233 (page 308). Classé dans les services auxiliaires pour motif de santé : faiblesse générale et cicatrice vicieuse au bas de la face. Petit séminaire de Brive (1900, 1905) ; Curé de Ginel (1914) classé dans le service armé par la commission de réforme de Tulle le 03/11/1914. Incorporé le 17/02/1915, nommé caporal le 01/05/1915. Passé à la 3e section d'infirmiers militaires le 15/06/1917. Mis en congés illimités le 25 février 1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 208, 209 (Aronde et Matz 21/06-8/09/1918)

Se retire à Cublac (1927). L'abbé Victor Beynel figure en 1932 parmi les membres de l'Association amicale des anciens combattants du 24e Régiment d'Infanterie (il est alors curé-doyen de Saint-Jean-Prophète à Tulle). Chanoine honoraire, professeur puis supérieur à l'école Bossuet de Tulle. Auteur de l'ouvrage Guide pratique pour la version latine. Paris, J. de Gigord, éditeur, l930.

 

 

BEUDIN

Canonnier servant, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 6 septembre 1914 (Bataille de la Marne 06-12/09/1914) ; Répertoire p. 134-135

 

 

BIGOT Gustave Victor (Paris 1891 – Dornach 1914)

Caporal 35e régiment d’infanterie, mort pour la France, tué à l’ennemi à Dornach le 19 août 1914

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 21 novembre 1914 (Front de l'Aisne 13/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

BIJON

(43e RAC, 3e groupe, 9e batterie ?)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

BILLARD

Aumônier titulaire affecté au G.B.D. de la 5e D.I.  [info Stéphan Agosto]

BILLARD

Identifié dans les légendes de l’album : p. 200 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

 

 

BLOT Maurice Louis Constant (Tournedos-Bois-Hubert 1879 - Ormes 1934)

Lieutenant 43ème RAC 3e groupe, 9e batterie (puis commandant 43ème RAC, 1er groupe, 1ère batterie). Registre de matricule bureau d’Evreux classe 1899 n°515

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 23 août 1914 blessé , 24 août 1914 (Mobilisation Campagne de Belgique 02-24/08/1914) ; Répertoire p. 134-135

 

 

BOIVIN-CHAMPEAUX Jacques Alfred Marie (Paris 1892 - Paris 1954)

Sous-lieutenant 6e dragon détaché au 43e RAC 3e groupe

BOIVIN-CHAMPEAUX

Présent sous les drapeaux le 02/08/1914. Sous-lieutenant de cavalerie (6e dragon) détaché en liaison d’artillerie à l’Etat-Major de l’ID5 (y est le 18/07/1917). Venant de Fontainebleau est affecté à la 9e batterie du 43e RAC le 24/04/1917, puis à la 8e batterie (y est 01/07/1917 - 01/01/1918). Nommé sous lieutenant à titre définitif (réserve) 6e dragon (détaché au 43e RAC) rang du 01/11/1916 (J.O. du 27/09/1918). Nommé lieutenant à titre temporaire (réserve) 6e dragon (détaché au 43e RAC) rang du 17/07/1918 par décision ministérielle en date du 16/09/1918 (J.O. du 27/09/1918)

 

Identifié dans les légendes de l’album : p. 179-180 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917), 11, 182, 183 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918)

Croix de guerre trois citations, chevalier puis officier de la Légion d’honneur (Ministère des finances). Intègre le ministère des finances en 1919, Inspecteur des finances (1932-1940 directeur des services financiers de la Compagnie générale transatlantique, 1943 directeur du service du budget et des contrôles de la SNCF) (source Léonore dossier 19800035/5/642)

Marié à Paris le 24/04/1924 avec Suzanne Pauline Naudet, Maire de Moyaux (Calvados) et propriétaire du château de Beauchamp, un fils (Claude décédé en 2012 sans descendance). Son père Paul Louis Victor Sénateur du Calvados (1907-1925), son frère Jean Louis Sénateur du Calvados (1928-1940 et 1946-1954).

 

 

BOSC

Maréchal des logis, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie. A effectué un stage à l'école centrale de pyrotechnie militaire du 15/01 au 15/12/1913 (J.O. du 29/11/1912)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 29 août 1916 (Retaite 25/08-05/09/1914) ; 14 septembre 1916 (Front de l'Aisne 13/09/1914 - 22/05/1915) 

Cité à l'ordre du régiment (1916)

 

 

BOUCHER René Henri Fritz

Sous-lieutenant 43e RAC

BOUCHER

Classe antérieure à 1916

Sous-officier du 43e régiment d'artillerie ayant suivi avec succès le cours de perfectionnement (9e série) à l'école Fontainebleau,nommé sous-lieutenant à titre temporaire pour prendre rang du 01/05/1917 au 43e RAC (J.O. du 29/04/1917). Affecté le 05/05/1917 à l’Etat-Major du 3e groupe (y est encore le 01/01/1918).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 164, 168, 177, 179 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917), 11, 182, 183, 186 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918), 194 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Nommé sous-lieutenant de réserve à titre définitif pour prendre rang au 17/05/1917, 43e RAC (J.O. du 16/02/1919). Nommé lieutenant de réserve à titre temporaire le rang du 01/05/19 même affectation (J.O. du 01/06/1919). Lieutenant au centre de mobilisation d'artillerie n°3 (1933) (J.O. du 25/05/1933). Passé au centre de mobilisation d'artillerie n°5 (J.O. du 12/04/1936)

 

 

 

BOURDET [Georges Emile (Thérouldeville 1887 - )?]

Infirmier 43e RAC

BOURDET

Registre de matricule bureau du Havre, classe 1912 n°2185 ?

Identifié dans les légendes de l’album : 133 (Verdun 29/03 – 20/06/1916)

 

 

 

BOURNIQUEL

24e RI

BOURNIQUEL

Identifié dans les légendes de l’album : p. 214 (Aronde et Matz 21/06-08/09/1918)

 

 

 

BOUSQUET

24e RI équipe médicale (infirmier ou brancardier)

BOUSQUET

Identifié dans les légendes de l’album : p. 215 (Aronde et Matz 21/06-08/09/1918)

 

 

 

BOUTELIER Maurice Ferdinand Armand Léandre André (La-Roche-sur-Yon 1892 - Neuilly-sur-Seine 1961)

Médecin aide-major 2e classe au 24e RI

BOUTELIER

Registre de matricule, bureau de La-Roche-sur-Yon, classe 1912, n°113 (visionneuse p. 189). Etudiant en médecine (faculté de Paris) bénéficiant d'un sursis en 1913 et 1914. Incorporé le 11/08/1914 à la 11e section d'infirmiers militaires soldat de 2e classe. Nommé médecin auxiliaire le 25/08/1914 pour prendre rang du 11/08/1915 à la suite de la section [?]. Passé au 84e régiment d'infanterie [territoriale ?] le 21/10/1914. Passé dans la réserve de l'armée active le 11/08/1916, maintenu sous les drapeaux. Passé à la 3e section d'infirmiers militaires le 17/03/1917. Passé au 24e régiment d'infanterie le 28/03/1917. Promu Médecin aide-major 2e classe à titre temporaire (R.P.S. d'une armée) à dater du 22/05/1917 (J.O. du 15/06/1917). Blessé à Tahure (Marne) intoxiqué à l'ypérite durant l'attaque aux gaz de la nuit du 27-28/05/1918, voir Guerre des gaz, II épilogue).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 216 (Aronde et Matz 21/06-8/09/1918)

Passé au 6e régiment de Dragons le 17/07/1919. Promu au grade de Médecin aide-major 2e classe à titre définitif (G.M.P.) à dater du 22/05/1919 (J.O. du 07/07/1919). Promu au grade de Médecin aide-major 1ere classe à titre temporaire le 25/06/1919, dirigé sur le Service de santé du GMP. Mis en congés illimités de démobilisation le 23/08/1919. Se retire à Paris, Hôpital Saint-Louis.

Promu au grade de Médecin aide-major 1ere classe (réserve) à titre définitif pour prendre rang du 23/11/1920 (J.O. du 20/10/1921). Affecté au 9e régiment de zouaves le 20/05/1921. A accompli un stage au 11e régiment d'artillerie (Vincennes) du 12/11 au 11/12/1923. A accompli une période d'instruction à l'hôpital militaire Villemin (Paris) du 02 au 16/12/1929. Promu médecin capitaine de réserve (décret du 23/06/1930) pour prendre rang du 25/06/1930. Affecté à la 11e région par décision ministérielle du 04/11/1932.

Marié (1926), médecin installé à La-Roche-Sur-Yon (1930), professeur à l'Ecole de médecine de Nantes. Voir précisions sur parcours professionnel et familial et parcours politique et culturel

Chevalier dans l'ordre de la légion d'honneur (1920), Officier (1956) (Base Léonore dossier 19800035/391/52429). Croix de guerre 4 citations : 1 à l'ordre du 84e RIT régiment (1917), 2 à l'ordre du 24e RI (1917 et 1918), 1 à l'ordre de la 6e DI (1917).

 

 

BOUTRON [Léon Emile Alphonse (Rouen 1886 - Mont-Saint-Aignan 1930) ?]

Brancardier 43e RAC 3e groupe (Front de l'Aisne).

BOUTRON

[Registre de matricule subdivision de Rouen Nord, classe 1906, matricule 869. Employé de bureau au recrutement (comptable en 1924) incorporé le 01/10/1907 au 1er cuirassiers cavalier de 2e classe. Cavalier 1ère classe le 22/09/1909, libéré le 25/09/1909. Placé dans la disponibilité et la réserve de l'armée active au 22e RAC puis au 43e RAC. Mobilisé le 2 août 1914. Nommé brigadier le 8/06/1916. Nommé Maréchal des logis le 28 mars 1918 par ordre du Chef d'escadron commandant provisoirement le 43e RAC 9e batterie. Mis en congé illimité de démobilisation le 26 mars 1919 (6e échelon par le dépôt mobilisateur du 11e RAC). Armée territoriale et sa réserve : 43e RAC.]

Identifié dans les légendes de l’album : p. 47 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), p.191 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918)

[Citation à l'ordre du régiment 12/11/1918. Croix de guerre a droit au port de la fourragère aux couleurs de la croix de guerre à titre exceptionnel.

Adresses connues : Mont-Saint-Aignan (1912) ; Le Houlme, rue Saint Jean (1914-1919) ; Mont-Saint-Aignan (1928-1930)]

 

 

BRAUN Lucien (Paris 1864 – Fontainebleau 1940)

Chef d’escadron 43e RAC 3e groupe

BRAUN

Elève de l’Ecole polytechnique promotion 1882. Elève de l’école d’application de l’artillerie et du génie sous-lieutenant élève 01/10/1884. Lieutenant en 2e au 10e bataillon d'artillerie de forteresse 01/10/1886. Lieutenant en 1er au 16e régiment d'artillerie 12/09/1889. Capitaine en 2e au 5e bataillon d'artillerie à pied 26/12/1893, affecté ensuite dans le même grade au 15e bataillon d'artillerie à pied 01/11/1898, puis au 18e bataillon d'artillerie à pied 15/02/1899, enfin au 26e régiment d'artillerie 18/05/1901. Nommé avec cette affectation capitaine en 1er 18/05/1901. Affecté dans ce grade à l'Etat major particulier de l'artillerie 01/09/1909, où il est nommé chef d’escadron 26/06/1911.

Affecté dans ce grade à l’Etat-major du 43e Régiment d’artillerie de campagne le 09/02/1912, chef d’escadron du 3e groupe 04/07/1912. Promu lieutenant-colonel à titre temporaire affecté à la 168e DI le 22 décembre 1916, rayé des contrôles le 4 janvier 1917. Chevalier légion d’honneur 1905, officier et croix de guerre 1916 (source Léonore dossier 19800035/449/60138)

Identifié dans les légendes de l’album : p. 3 (Introduction), 8, 49 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 9, 10, 59, 68 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 10, 11, 109 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916), 7, 136, 137, 139, 145 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 19 octobre 1914 (Front de l'Aisne 13/09/1914 - 22/05/1915) ; 20 juin 1915 (Front d'Artois 23/05 - 25/10/1915) ; 15 avril 1916 (Verdun 23/03 - 20/06/1916) ; 4 janvier 1917 (Les Eparges 22/06/1916 - 27/03/1917)

Membre d'une famille en vue de la communauté israëlite de Paris (petit-fils de Salomon Ulmann, Grand rabbin de France), il se marie le 10 avril 1894 à Paris XVIe avec Palmyre COBLENTZ (Mulhouse 1870 - ? 1942 ?), dont il aura deux fils nés à Verdun : Samuel Pierre né le 14 février 1895, et Robert né le 24 décembre 1895. Retiré à Caen (1922) (au grade de lieutenant-colonel) 21, rue de l’ancienne comédie. Il s'éteint à Fontainebleau en 1940 sans descendance directe : son aîné Samuel Pierre, lieutenant au 36e RI étant décédé des suites de ses blessures le 15 avril 1916 à Verdun, le cadet Robert, officier d'artillerie durant tout le conflit décède à Paris le 20 avril 1919 quelques semaines après avoir intégré l'école polytechnique.

Pour plus de détail voir : Braun père et fils : de Verdun à Verdun 15 avril 1916.

Le journal L'illustration publie, à la planche 434 de son Tableau d'honneur de la guerre, le portrait de Lucien BRAUN chef d'escadron du 3e groupe du 43e RAC aux côtés de celui de son fils Samuel Pierre BRAUN, lieutenant au 36e Régiment d'infanterie. Par ailleurs Lucien Braun est reconnaissable dans l'Album souvenir du 43e régiment d'artillerie, Rouen juin 1912 "Les officiers" au premier rang le second à partir de la droite).

 

 

BUSNEL voir BASNEL

 

 

CACQUERAY de

brigadier 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie       

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 3 mai 1916 (Verdun 23/03 - 20/06/1916) ; Répertoire p. 142-143

 

 

CARDIN Joseph Félix Octave (1895 Ghyvelde - Dinard 1971) [info Stéphan Agosto]

Lieutenant 74e RI 2e bataillon

CARDIN

Classe 1915. Appelé le 19/12/1914 et incorporé au 5e R.I. Affecté au 36e R.I. le 25/04/1915. Muté au 74e R.I. le 12/06/1915, nommé caporal le 09/07/1915 et caporal fourrier le 04/08/1915. Blessé à la tête le 27/09/1915 par éclat d’obus. Nommé sergent fourrier le 16/10/1915. Détaché comme élève aspirant à l’école militaire de Saint-Cyr le 17/05/1916, promu aspirant le 09/09/1916. Promu sous-lieutenant le 04/04/1917. Lieutenant prenant part aux activités du groupe des grenadiers l’élite du 2/74e en 04/1918, blessé le 2.05.1918 à l’œil gauche. [info Stéphan Agosto]

Identifié dans les légendes de l’album : p. 198, 205 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

 Désigné comme élève-observateur en avion le 15/05/1918, escadrilles d’affectation : Spad 266 (le 23/07/1918), descendu par D.C.A. allemande le 06/08/1918, près de Soissons – contusions multiples. Promu lieutenant, 74e R.I. à titre déinitif. Affecté au 2e Régiment d’aviation d’observation le 05/06/1920, breveté pilote le 27/10/1920. Lieutenant au 37e Régiment d’aviation à Rabat (Maroc) en 1923. Capitaine de la Direction des Forces Aériennes de Terre en 1933. Lieutenant-colonel de l’Air, commandant le C.I.M.T. 231 (Romilly-sur-Seine) en 1947.  [info Stéphan Agosto]

Deux citations durant le conflit : 1 à l'ordre de la brigade(1915), 1 à l'ordre de la division (1916) ; 3 citations postérieures au conflit (1922-1933) [info Stéphan Agosto]

 

 

CASTERA Antoine

Adjudant 43e RAC

CASTERA

Adjudant (active ?) au 43e RAC (y est de 1914 à 1916 cf. JMO et album), appartient au 3e groupe, 8e batterie (Verdun), passé au 336e artillerie avant la fin des hostilités.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 40 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

Adjudant au 336e régiment d'artillerie, nommé au grade de sous-lieutenant (armée active) le 23/07/1918 rang du 30/06/1918 (J.O. du 29/07/1918) . Sous-lieutenant à titre temporaire (armée active) muté le 05/04/1920 du 103 régiment d'artillerie (déctaché au parc d'artillerie du 3e corps d'armée) au 43e RAC (J.O. du 10/04/1920). Sous-lieutenant à titre temporaire (armée active) muté le 20/08/1920 du 43e RAC (déctaché au parc d'artillerie du 3e corps d'armée) au 11e régiment d'artillerie, même position (J.O. du 25/08/1920). Nommé lieutenant 11e régiment d'artillerie le 01/12/1921 (J.O. du 26/12/1921). En activité de service, 3e Région, lieutenant à titre temporaire au 11e régiment d'artillerie portée (J.O. du 16/09/1922). Militaire libéré : ex-lieutenant à titre temporaire du 11e régiment d'artillerie portée, domicilié à Surennes 64, rue Rouget-de-Lisle (J.O. du 28/12/1922 et 29/03/1923). Nommé au grade de lieutenant (réserve) parc régional d'artillerie de Vernon, maintenu (J.O. du 18/03/1923). Emploi réservé, direction des chemins de fer de l'Etat, candidat militaire nommé expéditionnaire stagiaire le 01/05/1926 (J.O. du 13/05/1926).

Croix de guerre, médaille militaire (1915 ; J.O. du 07/12/1915)

 

 

CATHERINE

brigadier, 43ème RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 4 septembre 1914 (Retaite 25/08-05/09/1914)

 

 

CAULLE Henry Ernest (Montroty 1867 - Rouen 1930)

Vétérinaire en 1er 43e RAC 1er groupe (août 1914 au moins 1er janvier 1918)

CAULLE

Registre de matricule, bureau de Rouen nord, classe 1887, n°1074. Engagé conditionnel à Paris mairie du 7e le 03/11/1887. Elève vétérinaire en sursis  (1888 et 1889), diplômé le 23/07/1889, Elève de l'école de cavalerie en qualité d'aide-vétérinaire stagiaire 01/10/1889-31/08/1890. 19e régiment d'artillerie aide-vétérinaire le 01/09/1890, vétérinaire en 2ème même affectation le 11/09/1894. 6ème régiment de dragons même grade (remonte de Bec-Héllouin) le 02/04/1902. Dépôt de remonte de [...] (directeur de l'annexe de remonte de Bec-Hellouin) vétérinaire en 1er le 24/12/1904. 3eme régiment de chasseurs d'Afrique (directeur de l'annexe de remonte de Bec-Hellouin) même grade le 09/06/1905. 16ème régiment de chasseurs (directeur de l'annexe de remonte de Bec-Hellouin) même grade le 26/12/1905. 37ème régiment d'artillerie (directeur de l'annexe de remonte de Bec-Hellouin) même grade le 24/09/1909. 11/43e régiment d'artillerie de campagne le 14/10/1910. 43e RAC vétérinaire en 1er le 01/01/1911.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 41 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 194 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Vétérinaire principal 2e classe, Directeur du service vétérinaire du 3e corps d'armée, Rouen (1921-1924).

Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur (1911), officier (1923) base Léonore cote LH/451/67

 

 

CHAUVELGeorges Félicien Eugène Joseph (Elbeuf 1886 - Val-Saint-Germain 1962) [ info Stéphan Agosto]

Lieutenant 74e RI 2e bataillon 7e compagnie [info Stéphan Agosto]

CHAUVEL

Registre de matricule, bureau de Rouen nord classe 1906, n°968. Engagé volontaire pour trois ans le 14/11/1904 à la mairie de Rouen. Incorporé au 74e Régiment d'infanterie soldat de 2e classe, caporal le 11/06/1905, passé dans la disponibilité le 12/07/1907. Nommé sergent le 01/11/1910. Mobilisé le 04/08/1914. Passé au 129e RI le 25/09/1914, nommé adjudant le 23/11/1915. Nommé sous-lieutenant à titre temporaire J.O. du 12/05/1916 pour prendre rang au 29/04/1916. Blessé à Verdun en service commandé le 20/05/1916. Nommé sous-lieutenant à titre définitif par décret du 03/04/1917 pour prendre rang au 27/01/1917.

Passé au 74e RI par décision du général du 3e C.A. en date du 07/06/1917, avis du corps du 13/07/1917. Promu au grade de lieutenant à titre définitif J.O. du 08/05/1918 pour prendre rang au 29/04/1918. Blessé le 21/07/1918 devant Oulchy-la-Ville entorse tibio-tarsienne gauche. Mis en congé de démobilisation le 21/03/1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 198-199 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918

Passé dans l'armée territoriale au 15/09/1920, affecté au 31e RI. Affecté au 103e RI, J.O. du 19/04/1920. Passé au 171e RI, J.O. du 20/01/1924. Passé au centre de mobilisation de l'infanterie n°62. Promu capitaine et maintenu au CMI n°62, J.O. du 09/01/1931, stage de 3 jours du 13 au 15/09/1932. Rayé des cadres le 03/02/1933.

Croix de guerre, 2 citation à l'ordre de la division (1915 et 1918)

Adresses connues : Boisguillaume, puis Rouen (1909), Billancourt puis Poissy (1912), Billancourt (1914), Paris, 54 rue Lhomont (1919-1925)

Sculpteur formé à l'école des Beaux-Arts de Rouen dont la carrière s'est principalement déroulée après-guerre voir : Denise Chauvel, « Une figure elbeuvienne : Le sculpteur Georges Chauvel », dans Bulletin de la société d’histoire d’Elbeuf, no 46, 2006. Notice sur Wiki et répertoire d'oeuvres sur les bases de données Ministère de la Culture.

 

 

CHAUVIN

maréchal des logis, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie   

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 16 juin 1915 (Front d'Artois 23/05 - 25/10/1915)

 

 

CHEDEVILLE

43e RAC 3e groupe

CHEDEVILLE

Identifié dans les légendes de l’album : p. 40, 57 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

CHEVILLARD

Lieutenant 43e RAC 7e batterie

CHEVILLARD

Elève de l'école centrale des arts et manufacture accomplissant une année de service, nommé sous-lieutenant 7e batterie le 27/08/1905 ? (Revue d'artillerie 15 avril 1905). Sous-lieutenant de réserve affecté au 43e RAC par décision ministérielle le 25/09/1910 (Revue d'artillerie 15 octobre 1910). Nommé au grade de lieutenant de réservre 43e RAC le 19/12/1913 rang du 20/12/1913 (J.O.du 23/12/1913).

Le 10 mai 1915 est grièvement blessé par un un éclat d’obus au poignet gauche en revenant des échelons, et évacué. Nommé lieutenant (active) le16/09/1915 (J.O. du 20/09/1915)

Identifié dans les légendes de l’album : p. 5, 9, 37, 50 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 25 août 1914 (Retaite 25/08-05/09/1914) ; 9 avril 1915 (Front de l'Aisne 13/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

CHOQUET Lucien Jules César (Paris 1894 ? - )

Médecin sous-aide major 74e RI 2e bataillon

CHOQUET

Classe 1904 ? Médecin auxiliaire, 2e groupe du 43e R.A.C. Muté au 74e RI 2e bataillon le 15/03/1917. Nommé sous-aide major le 03/07/1917. Blessé légèrement et accidentellement par une grenade le 03/05/1918 (dans la matinée du 04/05/1918 d’après le J.M.O. du S.S. de la 5e D.I.). Nommé médecin aide-major 2e classe (Journal de Rouen du 30.09.1918). 74e RI 1er bataillon au 25 octobre 1918. [ info Stéphan Agosto]

Identifié dans les légendes de l’album : p. 201, 205 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Rayé des cadres le 26.11.1934 comme médecin, sous-lieutenant. [ info Stéphan Agosto]

Voir publication de thèse de Lucien Choquet (1926) "Recherches anatomiques et cliniques sur la résorption des racines des dents temporaires. Conclusions thérapeutiques."

 

 

CLEPOINT

Infirmier 43e RAC 3e groupe

CLEPOINT

Identifié dans les légendes de l’album : p. 77 (Artois 23/05 – 25/10/1915)

 

 

CLIN

43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 28 mai 1916 blessé (Verdun 23/03 - 20/06/1916)

 

 

CLOEZ Gustave (Cuincy 1890 - Paris 1970)

Brigadier infirmier 43e RAC

CLOES

Registre de matricule bureau de Lille, classe 1910 n°5747 (visionneuse p.376). Elève au Conservatoire à l'incorporation, engagé volontaire à Versailles le 28/09/1912. Arrivé au corps du 11e régiment d'artillerie le 30/09/1912. Passé au 43e RAC le 03/08/1914, canonnier serrvant à la 1ère batterie. Brigadier infirmier le 10/08/1914. Intoxication par les gaz le 28/01/1916 (citation à l'ordre du régiment). Brigadier infirmier état-major 1er groupe (citation mars 1916). Nommé dans le personnel des sous-chefs de musique au 143e régiment d'infanterie en remplacement de M. Laubergue le 16/03/1917. En charge du groupe de brancardiers musiciens, blessé à Avocourt le 05/05/1917, non évacué (citation à l'ordre du régiment).

Identifié dans les légendes de l’album : 126 (Verdun 29/03 – 20/06/1916)

Mis en congé illimité de démobilisation et rayé des contrôles le 24/09/1919. Classé sans affectation le 31/08/1928, le 07/07/1933 et le 29/04/1939. Dégagé de toutes obligations militaires le 15/10/1939.

Croix de guerre, 2 citations à l'ordre du régiment (1916 et 1918) ; médaille militaire (J.O. du 05/11/1937) ; Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur 19..

Adresses connues : Paris, 3 rue Turgot (1919-1921) ; Versailles, 26 rue du Maréchal Pétin (1935-1938) ; Paris, 23, rue Raynouard (1948) ; Paris, 34 rue Desbordes-Valmore (à son décés en 1970). Marié à la mezzo-soprano Christine Liany, 2 enfants.

Elève à l'Ecole Niedermeyer, Pais (Premiers prix de piano, d'orgue d'harmonie et d'accompagnement) ; Premier prix d'excellence du Conservatoire de Paris ; Médaille au Salon des musiciens français pour ses compositions (1922) ; Titulaire du grand orgue de Saint-Louis-en-l'Ile ; chef de chant à l'Opéra Comique (voir L'Egalité de Roubaix-Tourcoing du 04/05/1923). A notemment dirigé l'orchestre du Conservatoire de Paris, de l'Opéra Comique (1922-1946), l'orchestre du Grand ballet du Marquis de Cuevas et celui de l'Opéra de Bordeaux (1955-1957). Une abondante discographie (Odéon ed., 1928-1963) à découvrir. Voir la galerie de portraits photographiques.de Boris Liptninski (1936).

 

 

COFFRE Louis Gustave

Lieutenant  43e RAC, 2e groupe

COFFRE

Commis de 4e classe des Ponts-et-Chaussées attaché dans le département de la Seine-inférieure au service de navigation de la Seine (J.O. du 30/08/1907).

Sous-lieutenant de réserve affecté au 43e RAC par décision ministérielle le 25/09/1910 (Revue d'artillerie octobre 1910). Nommé lieutenant de réserve  le 19/12/1913 ? (Revue d'artillerie octobre 1913). Nommé au grade de lieutenant de réservre 43e RAC le 19/12/1913 rang du 17/09/1913 (J.O. du 23/12/1913). D'après les JMO régimentaires : 43e RAC 2e groupe état-major (01/08/1914, 28/05/1915),  6e batterie (01/07/1916). Capitaine 5e batterie (11/02/1917 et 01/01/1918).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 143 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917)

Capitaine de réserve au centre de mobilisation d’artillerie n°10 a été blessé (J.O. du 27/07/1929)

Cité à l'ordre du corps d'armée (1916), cité à l'ordre du régiment (1918)

 

 

COMMUNEAU Marcel (Beauvais 1885 - Beauvais 1971)

Lieutenant au 11 régimement d'artillerie de campagne détaché comme observateur à l'escadrille C4 (25/04 - 20/08/1915) ; Etat-major du 3eme CA (artillerie) à partir de cette date.

COMMUNEAU

Registre de matricule subdivision de Beauvais classe 1905 n°1531. Engagé volontaire pour 4 ans à la mairie du 3e arrondissement de Paris  au titre d'élève de l’Ecole Centrale des Arts et Manufactures (major en 1904). Nommé sous-lieutenant de réserve le 11/08/1907. Passé dans la réserve de l'armée active le 01/10/1908 affecté au 22e régiment d'artillerie avec une première période d'exercice du 07/05 au 30/05/1910. Affecté au 11e régiment d'artillerie de campagne en 09/1910, il accomplit une seconde péride d'exercice du 26/02 au 13/03/1912. Promu lieutenant de réserve le 02/04/1912 pour prendre rang au 13/03/1912. Joueur de rugby, capitaine du Stade Français, 21 sélections en l'Equipe de France (1906-1913) dont 18 en tant que capitaine (consultez les pages du forum "Pages 14-18 mesdiscussions.net" consacrées aux rugbymen pendant la grande guerre).

Rappelé à l'activité arrivé au corps du 11e RAC au grade de lieutenant le 06/08/1914. Pris en subsistance le 09/05/1915 en tant qu’observateur à l'escadrille C4. Blessé le 10 juillet 1915 lors d’une chute d’avion à la suite d’une panne de moteur à Berles-Monchel (Pas de Calais), évacué du 12 au 26 juillet. Rentré à l’escadrille C4 il est transféré le 20/08/1915 à l'Etat Major du 3eme CA (artillerie). Promu capitaine le 24/10/1916. Passé à l'état -major de l'artillerie d'assaut le 25/04/1917. Chevalier de la légion d'honneur, Croix de guerre 2 citations.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 18 (L'Escadrille C4 - été 1915).

Mis en congé de démobilisation le 12/03/1919, affecté au 501e RAS le 10/02/1920, au 503e RCC le 14/10/1920, puis au CM d'artillerie n°303 le 04/05/1929. Rayé des cadre le 15/10/1929. Directeur de la société Communeau et Cie, fabricant de couvertures à Beauvais et Herchies (Oise) absorbée en 1930 la Manufacture française de tapis et couvertures

 

 

CONSTOUR

43e RAC 3e groupe, 9e batterie, 1e section

CONSTOUR

Identifié dans les légendes de l’album : p. 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

CORDIER Alphonse Auguste (Bois-Guillaume 1890 - Rouen 1960)

1er Canonnier servant, 43e RAC 3e groupe, 9e batterie, 1e section, 4e pièce

CORDIER

Registre de matricule subdivision de Rouen Nord classe 1910 n°1580. Menuisier à l'incorporation le 10/10/1911 au 43e RAC, promu 1er canonnier servant le 26/11/1912. Rayé des contrôles le 09/11/1913. Mobilisé le 03/08/1914 au 43e RAC, blessé le 28/05/1916 à Verdun [info JMO et carnet de R. Tronsson mais pas trace dans registre de matricule], blessé à son poste de combat par éclat d'obus à la cuisse et bras gauche le 20/09/1916 dans la Meuse [info sur registre de matricule, mais pas trace dans JMO], rayé des contrôles le 14/02/1919 après avoir effectué l'ensemble des campagnes du 43e RAC d'août 1914 à novembre 1918.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 28 mai 1916 blessé (Verdun 23/03 - 20/06/1916)

Mis à disposition du Réseau de l'Etat, gare de Sotteville le 13/02/1919. Classé affecté spécial de la 4e section de chemin de fer de campagne (subdivisions complémentaires) comme employé provenant de l'administration des Chemins de fer de l'Etat du 13/02/1919. Maintenu dans sa position d'affecté spécial en qualité de visiteur à Rouen rive-droite, du réseau de l'Etat 'Instruction ministérielle du 04/10/1926). Dégagé de toutes obligations militaires le 15/10/1939.

Une citation à l'ordre du régiment. Médaille militaire (décret du 23/02/1961 - J.O. du 10/03/1961 [décédé à Rouen le 01/11/1960]).

"A servi dans une batterie de tir qu'il n'a quitté que parcequ'il a eu trois frères tués (avis du corps du 01/09/1919)" [ or seuls deux frères connus : Gaston Ernest, soldat de 2ème classe au 39e RI, porté disparu le 22 août 1914 (Bihorel 1892 - Châtelet 1914) Registre de matricule : subdivision de Rouen nord, classe 1912 n°1556 et Alfred Ernest, soldat de 2ème classe au 24e RI , porté disparu le 1er juin 1916 au bois de la Caillette (Bois-Guillaume 1896 - Vaux 1916) Registre de matricule : subdivision de Rouen nord, classe 1916 n°2640].

Marié à Rouen, le 12 février 1917 avec Marie Louise Eugénie Linden. Adresses connues : Rouen n°54 rue Saint-Romain, Rouen n°153 rue Beauvoisine (1913), Rouen n°26 rue Saint-Nicaise (1956)

 

 

CORRIGEUX

Brancardier 43e RAC 3e groupe

CORRIGEUX

Identifié dans les légendes de l’album : p. 133 (Verdun 29/03 – 20/06/1916), 175 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917)

Cité à l'ordre du régiment (1918) : brigadier brancardier Etat-major 43e RAC

 

 

CREANT

43e RAC, 3e groupe, 9e batterie                                                                

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 20 novembre 1916 (Les Eparges 22/06/1916 - 27/03/1917) ; Répertoire p. 134-135


 

CUVIGNY Georges Adrien (Saint-Pierre-Sur-Dives 1882 – Falaise 1953)

Lieutenant  24e RI

CUVIGNY

Registre de matricule bureau de Falaise classe 1902 n°305 (visionneuse p.360). Employé de commerce, incorporé au 132e RI le 16/11/1903 en tant que soldat de 2e classe; 1ère classe le 24/08/1904 ; caporal le 26/09/1904 (même régiment). Envoyé dans la disponibilité le 18/09/1906. Accompli deux périodes d'exercices au 119e RI (Lisieux) 01-23/09/1909 et 18/04-04/05/1911, mobilisé au 119e RI arrive au corps le 03/08/1914. Nommé sergent le 17/10/1914, adjudant de bataillon le 21/11/1914. Passé au 24e RI le 17/07/1916. Promu sous-lieutenant à titre temporaire le 31/07/1916, promu lieutenant à titre temporaire le 27/07/1918. Envoyé en congé illimité le 7/03/1919. Passe dans l'armée territoriale affecté au 17e régiment territorial d'infanterie le 08/11/1919. Croix de guerre avec étoiles de bronze et d'argent : une citationà l'odre du régiment, deux à la l'ordre de la division.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 209, 210, 216 (Aronde et Matz 21/06-8/09/1918)

Promu sous-lieutenant à titre définitif par décret du 09/11/1920 pour prendre rang au 21/11/1917, promu lieutenant à titre définitif par décret du 25/11/1920 pour prendre rang au 05/05/1920. Passé au Centre de mobilisation d'Infanterie n°24 le 01/04/1928, puis au CMI 22 le 11/06/1929. Nommé capitaine de réserve à dater du 25/06/1930, maintenu dans les cadres à sa demande par décision ministérielle et affecté au CMI 33 le 26/01/1932. Rappelé à l'active CMI 33 (Cherbourg) le 26/08/1939 - Fait prisonnier est rapatrié d'Allemagne comme grand malade le 14/12/1940. Démobilisé à Perpignan le 07/01/1941. Se retire à Falaise en tant que négociant en faïences et verreries.

Marié le 07/07/1907 à Calais à Marthe Louise Leriche. Adresses connues : 11 rue Dampierre, Calais (1908) ; rue Saint-Gervais à Falaise (1914) ; rue Gambetta à Falaise (1932). Promu Chevalier dans l’ordre national de la Légion d’honneur le 10/10/1930.

 

 

DALLEMAGNE

43e RAC 3e groupe

DALLEMAGNE

Identifié dans les légendes de l’album : 126, 131 (Verdun 29/03 – 20/06/1916), 141 (Les Eparges 29/03 - 20/06/1916), 175 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917)

 

 

 

DANNAUD Marcel Léon Jean-Baptiste

Sous-lieutenant 43e RAC 3e groupe

DANNAUD

Sous-officier du 32e régiment d'artillerie ayant suivi un cours d'instruction à l'école militaire d'artillerie, nommé aspirant d'artillerie à titre temporaire pour prendre rang du 25/08/1917 et affecté au 43e RAC (J.O. du 19/08/1917).  Etat-major du 3e groupe au 1er janvier 1918.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 190, (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918), p. 200 (Secteur Champagne 18/01-14/03/1918)

Sous-lieutenant (réserve) affecté par décision ministérielle du 01/03/1923 au 22e RAC (J.O. du 02/03/1923), promu au grade de lieutenant de réserve pour prendre rang du 22/11/1922 même affectation (J.O. du 31/10/1923). Le 22e régiment d'artillerie dissous, affecté au 43e RAC par décision ministérielle du 01/02/1924 (J.O. du 02/02/1924). Figure en 1928 comme lieutenant affecté à l'état-major du 32e corps d'armée, 25e rég. (J.O. du 12/07/1928). Promu au grade de capitaine, 7e bataillon douvrier d'artillerie (J.O. du 24/12/1933)

Administrateur de la société des secours mutuels Association de la presse française à Paris en 1931 (J.O. du 01/09/1931) en est le président (1960-1969) (Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris)

Cité à l'ordre du régiment (1918)

 

 

DÉJEAN Léopold Marius ( 1879 ? - ) [info Stéphan Agosto]

Capitaine 74e RI 2e bataillon

DEJEAN

Classe 1899

Sergent-major, 8e Cie au 74e R.I., en 1909. Parti comme adjudant à la mobilisation, 7e Cie. Blessé (balle à la cuisse) le 29.08.1914 (Guise). Evacué. Adjudant-chef, 7e Cie, au 9.12.1914 (rentrant au corps ce jour). Nommé sous-lieutenant le 5.03.1915, 7e Cie. Lieutenant, 7e Cie, au 20.5.1915. Lieutenant commandant la 7e Cie au 31.03.1916. Promu capitaine à TT le 25.03.1916 (Journal de Rouen du 9.04.1916). Prend provisoirement le commandement du II/74e le 6.04.1916 (mort du commandant Aubry). Capitaine commandant la 7e Cie au 20.05.1916. Blessé le 24.05.1916. Commande le II/74e (sans doute en intérim) au 13.10.1916. Capitaine commandant la 7e Cie au 1.06.1917, au 03.1918. Blessé le 18.07.1918. Prend le commandement du III/74e le 15.09.1918, en remplacement du commandant Spacenski, évacué, jusqu’à son retour le 13.10.1918. Capitaine commandant la 7e Cie au 13.10.1918. Capitaine adjoint au colonel, au 25.10.1918. [info Stéphan Agosto]

Identifié dans les légendes de l’album : p.  198 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Muté au 39e R.I. à compter du 16/02/1920, suite à la dissolution du 74e RI (J.O. du 13/03/1920). Prend sa retraite le 10.07.1931, comme chef de bataillon au 39e R.I. Rayé des cadres le 26.07.1936. [info Stéphan Agosto]

Marié à Rouen le 6.09.1906. [info Stéphan Agosto]

 

 

DELAMARE Charles

(rencontré à Nubécourt, Meuse)                                                            

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 31 mai 1916  (Verdun 23/03 - 20/06/1916)

 

 

DELAMOTTE Maurice Georges (Notre-Dame-du-Vaudreil 1884 - Rouen 1949)

Brancardier 43e RAC 3e groupe

DELAMOTTE

Registre de matricule, bureau de Rouen nord, classe 1904, n°1248. Exerçant la profession de caissier à l'incorporation au à l'incorporation au 11e régiment d'artillerie le 09/10/1911, 2e canonnier conducteur. Nommé 2e canonnier servant le 02/11/1905. Passé au 35e régiment d'artillerie le 12/05/1906. Soldat musicien le 21/09/1906. Envoyé dans la disponibilité le 28/09/1907. Passé au 11e régiment d'artillerie y accomplit une période d'exercices du 28/11 au 20/12/1910. Passé au 43e RAC, y accomplit une période d'exercices du 18/08 au 03/09/1913.

Mobilisé le 03/08/1914. cité à l'ordre du régiment n°5 du 17/01/1919 : "Au front depuis le début de la campagne, brancardier animé du plus bel esprit de sacrifice, s'est distingué notamment à Hanzinelle le 23 août 1914 et à Verdun en avril et en mai 1916 par son courage calme et sa belle attitude au feu employé ensuite comme secrétaire à l'état-major du régiment a toujours fait preuve du plus entier dévouement et y a rendu les plus appréciés services."

Identifié dans les légendes de l’album : p. 77 (Artois 23/05 – 25/10/1915), 133 (Verdun 29/03 – 20/06/1916)

Convalescent pour bronchite du 31/01 au 06/03 1919. Mis en congés illimités de démobilisation le 14/03/1919 Réformé définitivement, pension temporaire de 50% par la commission de réforme de Rouen du 20/03/1924 pour sclérose des sommets imputable au service, déjà réformé définitivement, pension temporaire ivalidité de 15% par la commission de réforme de Rouen du 22/10/1925 pour sclérose des sommets imputable au service. Déjà réformé définitivement avec pension temporaire invalidité de 25% par la commission de réforme de Rouen du 25/03/1926 pour sclérose des sommets emphysème imputable au service. Déjà réformé déninitivement n°1 pension permanente invalidité 15% par commission de réforme de Rouen du 03/01/1928 pour bronchite chronique et emphysème imputable au service. Admis à une pesion de 360 francs par arrêté en date du 25/07/1928 avec entrée en jouissance du 20/03/1928.

Cité à l'ordre du régiment (1919)

Marié à Rouen le 05/02/1921 avec Amélie Irénéen Juliette Thebret ?. Adresses connues : Dieppe ; Sotteville-lès-Rouen, 3 impasse Bocquet (1907 ; Rouen, 16 rue de la Salle (1928)

 

 

DELAYGUE Adolphe André Marcel (Pithiviers 1883 – Rouen 1956)

Lieutenant puis capitaine 43e RAC 3e groupe

DELAYGUE - Copie

 ici à droite aux côtés de son frère lieutenant
 au 20e bataillon de chasseurs à cheval (cf. ci-dessous)

Registre de matricule bureau de Blois, classe 1903, n°1597. Incorporé au 30e Régiment d’artillerie 12e batterie, 2e Cc le 15/11/1904, 9e batterie brigadier le 04/04/1904, puis même affectation maréchal des logis 07/10/1905. Ecole d’artillerie et du génie sous-officier élève officier 1908. Affecté au 33e régiment d’artillerie, 4e batterie sous-lieutenant 01/10/1909 lieutenant 2e le 01/10/1911.

Affecté au 43e régiment d’artillerie de campagne,  lieutenant 2e  8e batterie le 24/041912 (même affectation août 1914). Capitaine à titre temporaire commandant la 7e batterie le 15/091915 -le 4/08/1915  (JMO). Capitaine à titre définitif le 04/041916.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 9 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 9, 10 59 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 6, 11, 109, 113 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916), 7, 139, 141, 143, 144, 146  (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 156, 157, 166 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917), 11, 183, 184, 187 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918), 194, 199 (Secteur de Champagne 14/03– 14/03/1918)

Affecté à l’Etat-major de l’AD5 adjoint au Colonel commandant le 16/01/1919. Chef d’escadron 25/03/1919. Chef d’état major à l’Etat major de la 3e Région 26/07/1919. Etat-major du 3e Corps d’armée 26/07/1919 (adresse connue en 1925 : 3, rue Guy de Maupassant Rouen). Chef d’escadron du 103e régiment d’artillerie lourde le 24/01/1929. Etat-major part. Commandant le CMA 23 (Rouen) le 09/02/1934. Admis à la retraite au grade de chef d’escadron le 09/04/1939 (adresse connue en 1939 : 18 rue Crépier à Rouen).

Deux citations à l’ordre de la division, une à l’ordre du corps d’armée. Croix de Guerre. Chevalier de la Légion d'Honneur 28 février 1924 , Officier 7 avril 1939 (base Léonore dossier 19800035/268/35778). Croix de guerre belge 26 février 1919.

Marié le 9 avril1920 à Suzanne Poussard (Paris 8e ?) (4 enfants : 1 garçon, 3 filles)

Adolphe Delaygue est reconnaissable dans l'Album souvenir du 43e régiment d'artillerie, Rouen juin 1912 "8e Batterie" au premier rang, le quatrième à partir de la droite.

 

DELAYGUE Paul Louis

Lieutenant au 20e régiment de chasseurs à cheval

DELAYGUE - Copie

ici à gauche aux côtés de son frère

capitaine au 43e RAC (cf. ci dessus)

Sous-officier réserviste au 20e régiment de chasseurs à cheval promu sous-lieutenant de réserve et détaché régiment d’infanterie de Blois (313e RI) le 29/06/1912 (J.O. du 02/07/1912). Promu au grade de lieutenant rang du 15/07/1915 20e régiment de chasseurs à cheval, détaché au 313e régiment d’infanterie (J.O. du 27/07/1915).

album p. 144 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917)

20e régiment de chasseurs à cheval, détaché à l’administration supérieure de la Sarre est classé E.M.P. (rattaché au 12e régiment de chasseurs) le 16/01/1920 (J.O. du 17/01/1920). Lieutenant de l’état major particulier détaché au 12e régiment de chasseurs, en congé de deux ans à Sarrebrück (compagnie des mines domaniales de la Sarre) passe au 18e régiment de chasseurs par décision ministérielle du 15/05/1920 (J.O. du 20/05/1920). Lieutenant de réserve du 18e régiment de chasseurs est affecté au service éventuel des remontes de la 20e région décision ministérielle du 22 septembre 1924 (J.O. du 01/10/1924). Promu au grade capitaine (réserve) service éventuel des remontes de la 20e région le01/07/1929 pour prendre rang du 25/06/1929 (J.O. du 18/07/1929).

 

 

DELHOMME E.

Lieutenant  24e RI

DELHOMME

Armée active. Sous-lieutenant nommé lieutenant à titre temporaire le 01/07/1918 rang du 15/06/1918 (J.O. du 10/07/1918).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 211 (Aronde et Matz 21/06-8/09/1918)

 

 

DELMAS Louis (Paris 1893 - 1943)

43e RAC 3e groupe

DELMAS

Elève de lécole polytechnique (1912). Affecté au 43e RAC (J.O.17/09/1912) . Promu sous-lieutenant le 05/08/1914 pour prendre rang le 02/08/1914 (J.O. du 04/04/1918) est au 112e RAC. à la date de la publication ?

Identifié dans les légendes de l’album : 126 (Verdun 29/03 – 20/06/1916)

Nommé élève ingénieur ordinaire à titre provisoire des mines du service métropolitain à compté du 08/11/1919 (J.O. 11/12/1919). Elève 1ère classe (1920), classé hors concours, nommé dans la Sarre (1921). Officier active démissionnaire capitaine à titre temporaire, promu au grade de lieutenant (réserve) au 108e régiment d'artillerie,

6 citations (J.O. du 09/11/1920).

Résidant à Paris 198 rue Saint-Jacques le 21/10/1920 (J.O. du 26/10/1920) ; Saint-Etienne, 10 rue du Palais de justice (1922) ; Ingénieur des Mines à Montluçon (1931) Station d'essai du Comité des houillères de France ; Directeur général des Mines de Vicoigne, Noeux et Drocourt. Ingénieur en chef des mines (en disponibilité ?) : Société des Mines de Vicoigne, Noeux et Drocourt : Noeux-les-Mines, 411, route nationale (1939).

Recherches sur le grisou et les explosifs utilisés dans les mines : voir ref. bibliographiquies en collaboration avec Etienne Audibert dans la Revue d'industrie minérale (1928-1929) source Gallica et les Annales des Mines (1927-1933) source Gallica.

 

 

DEREE Benjamin

2ème canonnier conducteur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie classe 1909 (boucher à l’incorporation)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

DESBOIS Maurice (Escures-sur-Favières 1892 - )

2ème canonnier conducteur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, classe 1912 (cultivateur à l’incorporation). Registre de matricule bureau de Falaise, classe 1912 n°229 (visionneuse p. 362)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

DESCHAMPS

Infirmier 43e RAC 3e groupe

DESCHAMPS

Identifié dans les légendes de l’album : p. 4, 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), p. 74 (Artois 23/05 – 25/10/1915), 133 (Verdun 29/03 – 20/06/1916), 8, 141 (Les Eparges 29/03 - 20/06/1916)

 

 

DESPRES Romuald

chef d’orchestre de la municipalité de Thézy (Somme)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 26 octobre 1915 (Front de la Somme 25/10/1915-28/03/1916)

 

 

DEVINOY Pierre Eugène

Sous-lieutenant 43e RAC 3e groupe

DEVINOY

Elève de l’Ecole centrale nommé sous-lieutenant à titre temporaire 42e au 43e régiment d'artillerie en janvier 1915 (L'Ouest-Eclair du 31/01/1915), arrive aux armées en provenance du dépôt du 43e RAC le 15/041915, affecté le 03/05/1915 à la 7e batterie. Affecté à la 8e batterie le 04/081915. Passe ensuite à l’Etat major du 3e groupe (y est le 01/02/1917 JMO). Nommé sous-lieutenant (à titre  définitif ?) le 08/11/1916 (J.O. du 15/11/1916).Promu au grade de lieutenant pour prendre rang le 01/05/1917 (J.O. du 18/12/1917)

Identifié dans les légendes de l’album : p. 9, 59 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 8, 11, 109, 112 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916), 7, 137, 139, 141, 145  (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 158, 162, 166, 177 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917), 11, 182, 183, 184, 190 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918), 194 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Inscrit au tableau d'avancement pour 1927 pour le grade de capitaine au 43e RAC (n°94). Capitaine (réserve) passé du centre de mobilisation d'artillerie n°3 au n°303 le 03/08/1933 (J.O. du 04/08/1933).

Voir : Pierre Joseph Devinoy (architecte, école des Beaux Arts matricule 1107) né à Paris 15ème le 28 avril 1922, fils de Pierre Eugène Devinoy, et de Paula Maria Van Landghem.

 

 

DIDRY Jules Marie Joseph (Boulogne-sur-Mer 1891 - )

Médecin auxiliaire 43e RAC 3e groupe

DIDRY

Classe 1911. Etudiant en médecine, externe des hôpitaux de Paris. Mobilisé au 74e RI. Nommé Caporal au 74e RI. Nommé Médecin auxiliaire (7 inscriptions) le 16/01/1916 (maintenu au 74e RI 1ère compagnie). Evacué le 05/12/1916 pour anthrax à la nuque rentré au corps le 01/01/1917. Nommé sous-aide major le 03/07/1917 (74e RI) [info Stéphan Agosto].

Remplace Le Cars au 3e groupe du 43e RAC le 21/08/1917.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 2 (introduction), p. 11, 182, 183, 192 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918).

Nommé au grade de médecin aide-major 1ère classe (réserve) et affecté au gouvernement militaire de Paris à dater du 18/03/1927 (J.O. du 12/06/1927). Médecin lieutenant, région de Paris (J.O. du 16/05/1936). Promu au grade de médecin capitaine le 12/07/1937 (J.O. du 14/07/1937)

Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur (1936) (J.O. du 30/12/1936). Cité à l'ordre du corps d'armée, de la DI et de l'armée (1916) (J.O. du 03/08/1916)

Marié à Paris 18e, le 29 avril 1933 à Cécile Marthe Pinel

 

 

DINDONNEAU

(43e RAC, 3e groupe, 9e batterie ?)                                                          

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

DOMMANGET Louis Cyrille (Vanault-le-Châtel 1881 – Caen 1944)

Sous-lieutenant puis lieutenant 43e RAC 3e groupe

DOMMANGET

Registre de matricule bureau de Châlons-sur-Marne, classe 1901, n°32 (visionneuse p. 70).. Engagé volontaire pour quatre ans le 22/11/1901 à Châlons-sur-Marne. Arrivé au corps du 22e RAC le 23/11/1901 matricule n°2386. Brigadier le 25/11/1902, maréchal des logis le 11/07/1904. Rengagé pour deux ans le 23/10/1905, maréchal des logis fourrier le 01/11/1906. Regagé pour trois ans le 11/09/1907. Maréchal des logis chef le 31/05/1908. Rengagé pour deux ans le 19/11/1910.

Passé au 43e RAC le 01/01/1911. Nommé adjudant le 01/07/1912, rengagé pour deux ans le 11/11/1912. Nommé adjudant chef le 01/07/1914. Promu sous-lieutenant par décret du 26/10/1917 pour prendre rang le 30/09/1914. Promu lieutenant à titre définitif JO du 30/10/1917 pour prendre rang au 30/09/1916. Affecté à la 9e batterie (y est présent au moins du 28/05/1915 au 01/02/1917 cf. JMO régimentaires). Croix de guerre, trois citations (1 à l'ordre du régiment, 2 à l'ordre de la division). Chevalier de la Légion d'honneur tableau spécial JO 10/07/1920.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 6, 8, 10, 11 (Introduction), 10, 41 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 6, 8, 59, 63, 76, 83 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 11 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916), 137, 145 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 186 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918)

Promu capitaine par décret du 23/12/1923, chef de section du matériel du C.M.A. n°3 à Caen à compter du 28 juin 1928. Admis à faire valoir ses droits à la retraite à compter du 09/08/1934. Nommé capitaine de réserve, maintenu au C.M.A. n°3 à Caen. Se retire à Caen 70, rue de Vaucelles. Chef de section de la défense passive, décède au PC n°5 (rue de Falaise) lors des bombardements de la ville  le 6 juin 1944.

Marié le 07/08/1909 à Versailles avec Fanny Charlotte FILLEUL (Connéré 1879 - Caen 1944), fait également partie des victimes civiles des bombardements de Caen le 06/06/1944.

 

 

DONNELEY Louis François (Le Havre 1886 - Grasse 1979) [DONNELAY Album et citation]

Infirmier 43e RAC 3e groupe

DONNELAY

Registre de matricule : bureau du Havre classe 1906 n°2088. Commis à l'incorporation, dirigé le 2 octobre 1907 sur le 11e régiment d'artillerie, canonnier 2e classe le 09/10/1907. Passé au 22e régiment d'artillerie le 01/02/1908. Renvoyé dans ses foyers le 25/09/1909.

Rappelé sous les drapeaux le 1er août 1914. Affecté au 43e RAC. Blessé à Douaumont le 28 mai 1916 par éclat d'obus, rotule du genou droit : ankylose. Raccourcissement de deux centimètre du membre inférieur droit, atrophie de 0,07 cm de la cuisse et deux à la jambe. Admis à faire valoir ses titres à la pension de retraite par décision ministérielle du 22 décembre 1917.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 131 (Verdun 29/03 – 20/06/1916)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 28 mai 1916 blessé (Verdun 23/03 - 20/06/1916) ; Répertoire p. 134-135

Marié au Vésinet le 12/10/1917 avec Lucie Albertine Thérèse Karl.

Adresses connues : Le Havre, 20 rue de Neustrie (1906), Paris 27 avenue Lemercier, Folkestone, Caversham 10 Cheriton (1910), Folkestone (GB) 13 rue Georges Lane (1917), Paris, 5 rue Rousseau (1949),

Cité à l'ordre de la 5e DI (1917) ; Médaille militaire (1926), Médaille interalliée de la Victoire (1935).

 

 

 

DUBOIS Paul Félix (Cormeilles-en-Parisis 1891 – Hanzinelle 1914)

Maître-pointeur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 24 août 1914 Tué à l'ennemi (Mobilisation Campagne de Belgique 02-24/08/1914) 

 

 

DUBOC

43e RAC 3e groupe

DUBOC

Identifié dans les légendes de l’album : p. 141 (Les Eparges 29/03 - 20/06/1916)

 

 

DUBOSC

24e RI

DUBOSC

Identifié dans les légendes de l’album : p. 217  (Aisne et Sissonne 09/09-11/11/1918)

 

 

DUPONT Désiré Maximin (La Feuillie 1888 - Rosay-sur-Lieure 1964)

Infirmier 43e RAC 3e groupe 7e batterie

DUPONT

Registre de matricule, bureau de Rouen sud, classe 1908, n°1254. Garçon épicier à l'incorporation au 9e régiment de dragons soldat de 2e classe le 01/10/1908. Envoyé en congés le 25/09/1911. Placé dans la disponibilité au 43e RAC, y effectue une période d'exercices du 25/02 au 19/03/1913. Mobilisé de 01/08/1914, arrivé au corps du 43e RAC le 16/08/1914.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 133 (Verdun 29/03 – 20/06/1916), 8, 141 (Les Eparges 29/03 - 20/06/1916)

Croix de guerre, cité à l'ordre du régiment (1919), médaille interalliée (1935)

Envoyé en congés illimités de démobilisation le 22/07/1919. Réaffecté au 43e RAC  le 01/06/1921. Placé dans la position sans affectation le 01/08/1927. Affecté CMA 908, 33e régiment d'artillerie le 01/10/1935.

Se retire à Rosay (1921-1930). Peintre décorateur (1924), marié à Neuilly-sur-Seine le 10/10/1917 avec Marthe Anna Rabaron, deux enfants jumeaux Max Pierre et Désiré Xavier, nés en 1920. Pour aller plus loin : (suivez ce lien)

 

 

DUPONT André Auguste Charles

Aide-major vétérinaire 2e classe 43e RAC 3e groupe

DUPONT Vét

Originaire de Rennes, entré à l'école vétérinaire de Maison Alfort en 1905 (Recueil de médecine vétérinaire du 15 août 1905). Diplômé de l'Ecole vétérinaire de Maison Alfort (1910) installé à Caen (Recueil de médecine vétérinaire du 15 août 1910 et 15/11/1910). Vétérinaire auxiliaire de réserve au 7e régiment de chasseurs, nommé vétérinaire aide-major 2e classe et affecté au 43e RAC pour prendre rang du 01/04/1914 (J.O. du 10/04/1014). En fonction au 3e groupe du 43e RAC dès la mobilisation en août 1914. Remplacé par l'aide-major vétérinaire Leneveu (autome 1915 ?).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 12 (Introduction), p. 5, 9, 37, 44-45, 47 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 6, 7, 10, 59, 60, 63, 95 (Artois 23/05 - 25/10/1915)

Vétérinaire 2e classe du 43e RAC, affecté au même grade aux troupes d'occupation du Maroc par décision ministérielle du 18/02/1916 (J.O. du 21/02/1916). Nommé au grade de vétérinaire aide-major 1ère classe (réserve) pour prendre rang du 02/08/1916 (J.O. du 09/07/1917). Muté au 14e régiment de hussards, hôpital vétérinaire d'Evreux par décision ministérielle du 10/07/1918 (J.O. du 14/07/1918). Nommé au grade de vétérinaire commandant (réserve) pour prendre rang du 25/03/1940 (Recueil de médecine vétérinaire d'avril1940).

Vétérinaire à Caen (1910-194..), Vice-président du Conseil régional de l'Ordre des vétérinaires de la région de Caen (1943) (Recueil de médecine vétérinaire de janvier 1943) ; Conseiller municipal de Caen (1935-) ; Officier du mérite agricole (J.O. du 07/08/1929).

Marié en 1910 à Victorine Thébault (L'Ouest-Eclair du 24/07/1910). Adresse connue Caen, 77 rue de Falaise (1922,1932) (L'Ouest-Eclair du 10/02/1932)

 

 

DURAND Jacques Henri Camille (Paris 1897 - Pau 1940)

Sous-lieutenant 43e RAC 3e groupe 7e batterie

DURAND

Engagé volontaire incorporé le 09/07/1915 au 37e régiment d'artillerie, 2e canonnier arrivé au corps le 13/07/1915. Nommé maréchal des logis le 13/02/1916, 43e RAC.Nommé aspirant à titre temporaire à compter du 12/06/1916 et affecté au 43e RAC. Parti aux armées le 01/07/1916 3e groupe 9e batterie. Aspirant dont la nomination au grade de sous-lieutenant à titre temporaire affecté au 43e RAC ratifiée le 07/04/1917 pour prendre rang le 01/04/1917. Arrivé le 01/04/1917 au 43e RAC 7e batterie (JMO régimentaire). Blessé à la main par éclat d'obus le 23/08/1918. Promu au grade de sous-lieutenant à titre définitif le 16/08/1918 pour prendre rang du 10/03/1918.Par décret en date du 08/10/1918 prend rang de sous-lieutenant à titre définitif à la date du 01/04/1917. Parti au cours de Joigny du 20/10/1918 au 30/03/1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 151, 156, 157, 177 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917), 186 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918), 194 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Nomination au grade de lieutenant à titre définitif (armée active) le 01/04/1919. Arrivé au centre de réparation de Nancy R.D.C. désigné pour suivre les cours de mathématiques spéciales de physique et chimie de Nancy. Dirigé sur le dépôt du 43e RAC r.d.c. le 23/09/1919. En congés sans solde de 2 ans àcompter du 20/12/1919.

Se retire à Paris, 1, rue Vauvernagues (adresse de ses parents à l'incorporation). Candidat admis à l'Ecole polytechnique promotion X1920. Rengagé le 10/10/1920 pour 8 ans au service de l'Etat. Lieutenant d'active à titre définitif décret du 07/09/1921, rang du 22/03/1920. Parti en congé de fin d'étude et rayé des contrôles de l'Ecole polytechnique le 01/08/1922.

Démissionnaire de l'armée active à compter du 01/10/1922. Notification ministérielle en date du 11/12/1922. Passé dans la réserve de l'armée coloniale le 26/04/1923, affecté au 6e RAC mis à disposition du commandant militaire de Soudan. Mis à disposition du commandant supérieur des troupes de l'Indo-Chine le 24/01/1925. Affecté au 5e RAC le 23/03/1925. Affecté à la compagnie de transport auto de Cochinchine le 10/03/1930. Nommé capitaine le 22/06/1931 pour prendre rang du 25/06/1931.

Profession : Ing. TP. Société des caoutchoucs de Phuoc Hoa. Directeur de la plantation de Dak-Hir par Budop (Cochinchine) (1931).

Marié à Paris Xe, le 17/06/1932 avec Odette Caroline Marguerite VEYRIE de RECOULES (2 enfants ?)

Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur (1930) (dossier base Léonore n°LH/867/5). Croix de guerre, a droit au port individuel de la fourragère du 43e RAC, 3 citations : 1 à l'ordre du régiment (1918), 2 à l'ordre de la division (1918).

 

 

DUVAL Victor Louis Jean (Saint-Quentin-les-Chardonnets 1869 – Vire 1955)

Beau-père de R. Tronsson

Maréchal des logis, 13e régiment d’artillerie de campagne AD10 (14/12/1914), 20e escadron du train (01/06/1915), libéré (30/11/1918). Registre de matricule, bureau d’Argentan classe 1889 matricule n°1374

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 136 (adresse à Paris)

 

 

DUVAL-MOLINIE [DUVAL Louis Jean (Saint-Quentin-les-Chardonnets 1869 – Vire 1955)  et MOLINIE Berthe (Saint-Sever 1878 – Vire 1950)]

Beaux-parents  de R. Tronsson

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 136 (adresse à Vire)

 

 

EDARD Bernard Isidore (Saint-Ouen-le-Brissoult 1892 – Hanzinelle 1914)

2ème canonnier  servant, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 24 août 1914 Tué à l'ennemi (Mobilisation Campagne de Belgique 02-24/08/1914)

 

 

ENAULT Numa Georges Armand (Villers-sur-Mer 1894 - Caen 1954)

Brigadier, puis maréchal des logis, 43e RAC 3e groupe, 9e batterie

ESNAULT

Registre de matricule subdivision de Lisieux classe 1914 n°102 (visionneuse p. 158). Cultivateur à Villers-sur-Mer, engagé volontaire pour 3 ans au 22e régiment d'artillerie le 07/04/1913. Passé au 43e RAC le 12/01/1914, promu brigadier le 27/05/1915, promu maréchal des logis le 08/06/1916.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

Envoyé en congé illimité le 25/08/1919. Affecté dans la réserve au 104e régiment d'artillerie lourde, passé au 43 RAC le 01/01/1924. Passé dans l'affectation spéciale au titre du tableau 3 comme conducteur de camion personnel de renforcement  à la Compagnie électro-métallurgique de Dives-sur-Mer 05/12/1938, la rejoint le 06/09/1939. Passé dans la plus ancienne classe de la 2ème réserve comme père de 3 enfants le 17/01/1940.

Adresses connues : Pennedepie ferme de la côte (1922), Angerville (1925), Heuland ferme du manoir (1929), Bayeux,55 rue Sain-Jean (1929), Bayeux, 104 rue Saint-Jean (1936), Villers-sur-Mer villa Lechantier avenue de la gare (1938)

Croix de guerre à deux étoiles de bronze (2 citations à l'ordre du régiment) a droit au port de la fourragère aux couleurs de la croix de guerre à titre individuel.

 

 

EROUSSE

2ème canonnier conducteur, 43e RAC 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 5 août 1914 (Mobilisation Campagne de Belgique 02-24/08/1914)

 

 

ESTARD ou ETARD

Maréchal des Logis 43e RAC 3e groupe 7e batterie

ESTARD

Identifié dans les légendes de l’album : p. 33 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), p. 90 (Artois 23/05 – 25/10/1915)

 

 

EYMARD Louis Marie Maurice (Tarascon 1867 - 1941)

Lieutenant-colonel 43e RAC

EYMARD

Registre de matricule, subdivision de Marseille, classe 1887, n°987bis. Ecole polytechnique (X 1887), admis comme sous-lieutenant élève à l'Ecole d'application de l'artillerie et du génie le 01/08/1889. Nommé lieutenant en 2e au 19e régiment d'artillerie le 01/08/1891. Nommé lieutenant en 1er le 24/12/1894. Capitaine au 38e régiement d'artillerie le 12/07/1900. Capitaine au 4e régiment d'artillerie le 11/10/1902. Capitaine au 22e régiment d'artillerie le 08/07/1904 (membre de la commission de Versailles). Capitaine au 2e régiment d'artillerie le 27/09/1906. Capitaine au 36e régiment d'artillerie le 05/03/1909, Commission des expériences de Versailles à la disposition du général président la commission. 17e régiment d'artillerie faisant fonction de chef d'escadron (groupe de batteries à pied de Sissonne) le 23/03/1914. 1er régiment d'artillerie lourde le 01/07/1914, Chef d'escadron le 01/11/1914. Chef d'escadron au 4e régiment d'artillerie lourde le 01/04/1915. 103e régiment d'artillerie lourde le 01/11/1915.

Passé au 43e RAC adjoint au Lieutenant-colonel (AD5) le 25/04/1916. Chef d'escadron 25/04/1916. Promu lieutenant-colonel JO 19/02/1917 pour prendre rang le 22/01/1917 commandant le 43e RAC.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 186 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918)

Nommé le 23/05/1919 à EMR de l'artillerie, Président de la commission d'exposition de Calais. Nommé lieutenant-colonel à titre définitif le 25/03/1919. Affecté dans le même grade à la section technique de l'artillerie J.O. du 10 août 1921, prend possession de son poste le 16/08/1921.

Croix de guerre avec palme (3 citations à l'odre du corps d'armée, 1 à l'odre de la division, 1 du régiment). Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur par décret présidentiel du 30/12/1911. Officier par ordre du général commandant en chef sous le n°3362, rang du 18/09/1918, n°10533 extrait provisoire (pas de dossier base Léonore).

 

 

 

FACKLER Louis Auguste [Fakler dans les légendes de l'album]

Sous-lieutenant puis lieutenant 43e RAC 7e batterie

FAKLER

Elève à l'école Centrale des Arts et manufactures 1913, affecté au 22e Régiment d'artillerie (J.O. du 26/09/1913). Promu au grade de sous-lieutenant (43e RAC) pour prendre rang du 02/09/1916 (J.O. du 21/09/1916). Promu au grade de lieutenant pour prendre rang du 12/10/1918 (J.O. du 16/11/1918)

Identifié dans les légendes de l’album : p. 10, 47 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 6, 9, 10, 59, 63, 87 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 4, 6, 11, 109, 113 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916), 7, 139, 141, 143, 144, 145, 146  (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 184 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918)

Capitaine au 43e RAC, inscrit au tableau d'avancement pour chef d'escadron (réserve) de 1923 (J.O. du 10/08/1923). En 1936, est placé dans la position hors cadre centre de mobilisation d'artillerie n°3, affectation spéciale au CM 421 (J.O. du 15/05/1936 et J.O. du 14/10/1937). Promu Chef d'escadron au rang du 10/07/1939 (J.O. du 12/07/1939).

 

 

FAGES Henri Charles Albert (Lamelouze 1875 – Rouen ? 1953)

Adjudant puis sous-lieutenant 43e RAC 3e groupe

FAGES

Registre de matricule subdivision de Nîmes classe 1895 n°1439. Affecté au 13e Régiment d’artillerie campagne en Tunisie (1896-1899) (2e CS 1896), brigadier (1897), Maréchal-des-Logis (1897). 3e bataillon d’artillerie à pied puis renvoyé en disponibilité (1899). Rengagé (1900) affecté au 13e Régiment d’artillerie au grade de Maréchal-des-Logis. Affecté au 12e régiment d’artillerie (même grade) en 1905 (campagne en Algérie novembre 1905-janvier 1906). Affecté au 11e régiment d’artillerie (même grade) en 1906. Adjudant même affectation 1909.

Affecté à ce grade au 43e RAC 4e batterie le 01/01/1911. Blessé près de la Ville-aux-Bois par éclat d’obus en procédant à des essais d’un nouveau canon de tranchée le 08/02/1915. Arrive du dépôt affecté à l’Etat-major du 3e groupe le 13 mars 1916. Sous-lieutenant à la 6e batterie le 16/09/1916. Nommé lieutenant à titre temporaire à l’Etat-major du 3e groupe 11/08/1917. Ct les échelons 3e colonne de ravitaillement (même grade) le 7 juin 1918. Démobilisé le 31 décembre 1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 7, 139, 143, 144, 146 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 179 (Le Chemin-des-Dames 28/03 - 01/09/1917), 186 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918), 194 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Chevalier de la Légion d’honneur 07/10/1917 (source Léonore dossier 19800035/15/1868) ; 2 citations : 1 à l’ordre du régiment, 1 à l’ordre de la division.

Marié à Rouen le 12/11/1910 à Jeanne Augustine Renard : 1 enfant (garçon). Adresses connues : Neaufles-saint-Martin (1921), Gisors (1944).

Henri Fages est reconnaissable dans l'Album souvenir du 43e régiment d'artillerie, Rouen juin 1912 "Les Adjudants & Maréchaux des-Logis-Chefs" au premier rang le troisième à partir de la droite tenant une cravache dans ses mains ; "Les Sous-officiers" au premier rang le quatrième à partir de la droite tenant une cravache dans ses mains ; "4e Batterie" au premier rang le quatrième à partir de la gauche).

 

 

FANION

(43e RAC, 3e groupe, 9e batterie ?)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

FARS

(43e RAC, 3e groupe, 9e batterie ?)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

FAVEREAU Georges Placide Adèle (Pontarlier 1866 - Clermont-Ferrand 1951)

Colonel commandant l'AD5

FAVEREAU

Registre de matricule subdivision d'Autun classe 1888 n°641. Ecole polytechnique 1886. Nommé sous-lieutenant élève à l'Ecole d'application de l'artillerie et du génie 01/08/1888. Promu lieutenant en 2e au 22e régiment d'artillerie 01/10/1890. Affecté au 29e régiment d'artillerie 19/04/1893, promu lieutenant en 1er 02/10/1893. Promu capitaine en 2nd au 13e régiment d'artillerie 27/04/1897. Etat-major particulier, adjoint au Commandant de l'arrondissement de Bizerte 04/02/1899. Direction d'artillerie de Bizete 01/02/1900. 3e bataillon d'artillerie à pied, Direction d'artillerie de Bizerte 04/01/1902. 3e bataillon d'artillerie à pied, 3e bataillon 12/10/1903.

Passé au 13e régiment d'artillerie puis au 37e régiment d'artillerie (12/1908). 1er groupe d'artillerie de campagne d'Afrique de la mobilisation au 01/06/1915, promu à cette date lieutenant-colonel. Lieutenant-Colonel commandant l'artillerie d'une division (1915). Commandant de l'Artillerie du 35e Corps d'Armée AC/35 (1916). Commandant de l'AD5 du 19/01/1917 au 03/03/1918, affecté à cette date à l'armée d'Orient.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 186 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918), 194 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Commandant l'artillerie du 1er groupement de divisions (1918), Commandant l'artillerie de l'armée du Levant à Beyrouth (1922), général de brigade (18/12/1923)

Chevalier  dans l'ordre de la légion d'honneur 1904, Officier 1915, Commandeur 1918 (source base Léonore Dossier 19800035/15/1908).

 

 

FEREMBACH Marcel Marie (Paris 1880 - Neuilly-sur-Seine 1967)

Lieutenant 43e RAC

FEREMBACH

Elève de l'Ecole centrale des arts et manufactures, nommé sous-lieutenant au 2e régiment d'artillerie le 18/08/1904 (Revue d'artillerie avril 1904). Lieutenant de réserve.

Affecté au 43e RAC par décision ministérielle le 25/09/1910 (Revue d'artillerie octobre 1910). Lieutenant au 43e RAC, 9e batterie (août 1914). Etat-major du 3e groupe commandant le groupe des échelons (y est le 28 mai 1915). Passé dans l'armée territoriale et maintenu dans son affectation par décision ministérielle du 01/11/1916 (J.O. du 09/11/1916).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 44-45, 49 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 6, 8, 11, 59, 63, 68 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 9, 10, 109 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916), p. 179 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917)

Chef d'escadron (réserve), service d'état major de la 8e région (1929) (J.O. du 08/06/1929) ; Chef d'escadron, rayé des cadres le 03/12/1940 (SHD cote GR 8YE 6559).

Marié en premières noces à Paris 16e le 26/12/1906 avec avec Marie Germaine Teillet-Laborie (2 enfants). Ingénieur aux études et à la construction des réseaux de chemins de fer (voies de 1m) du groupe Laborie (Emile Tite Teillet-Laborie son beau-père, en assume la direction). Il lui succède après son décès survenu le 26/12/1912, en tant que Directeur de différentes compagnies de chemin de fer dépatementaux d'intérêt local (région de Constantine, département du Doubs, Seine-Maritime) ; Remarié après le décé de sa première épouse le 06/07/1920 avec Mathilde Louise Clarisse Marie Paulard (1 enfant). Son beau-frère Jean Teillet-Laborie (Ecole des Ponts-et-Chaussées 1914) prend la tête du groupe Laborie en 1919. M.M. Ferembach prend alors la direction de la Maison L. Ferembach et fils entreprise en menuiserie et parquets fondée par son père Louis Ferembach (1853 ? - 1933).

Adresses connues : Paris, 23 rue Saint-Ferdinand, domicile de son père et siège de l'entreprise (Cité Ferembach, Paris 17e). Un frère Robert André Marie Joseph Ferembach, sergent au 241e RI 18e compagnie, disparu à Fleury-devant-Douaumont (Meuse) le 27/06/1916 : tué à l'ennemi, Mort pour la France.

Chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur (Dossier Léonore cote 1900035/869/2142 non communicable)

 

 

FOIX voir TOIX

 

 

FOUQUET Ernest

2ème canonnier conducteur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

FRAMERY

43e RAC 3e groupe

FRAMERY

Identifié dans les légendes de l'album: p. 160, 163, 166 (Le Chemin-des-Dames 28/03 - 01/09/1917)

 

 

FRANTZ Joseph (Beaujeu 1890 - Paris 1979)

sergent-pilote, escadrille V24

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 5 octobre 1914 (Front de l'Aisne 13/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

FREIMULLER

(rencontré à Tincques, Pas-de-Calais)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 15 septembre 1915 (Front de l'Aisne 13/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

FREMONT Marie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 136 (adresse à Caen)

 

 

FRESCONVILLE

43e RAC, 3e groupe, 9e batterie (échelon)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 134-135 blessé en mai 1916

 

 

GARNUCHOT  Louis-Marie (Melun 1872 – Aprey 1945)

Capitaine 43e RAC 3e groupe

GARNUCHOT

Engagé volontaire pour 3 ans à Paris le 20/10/1893 en tant qu’élève à l’Ecole Polytechnique promotion 1893. Sous-lieutenant élève à l’école d’application de l’artillerie et du génie à Fontainebleau 01/10/1895 ; lieutenant en 2e au 26e Régiment d’artillerie 1er novembre 1897 ; Ecole de cavalerie de Saumur 1900 ; lieutenant en 1er 26e Régiment d’artillerie le 12/07/1903 ; affecté au même grade au  10e régiment d’artillerie le 09/01/1907 capitaine le 24/01/1907

Affecté au 43e régiment d’artillerie le 01/01/1911 (8e batterie) ; Chef d’escadron à titre temporaire le 29/03/1916 ; Etat major du 1er groupe du 43e RAC ; Chef d’escadron à titre définitif 04/04/1917. Chevalier de la légion d’honneur en 1915 (source Léonore dossier LH/1079/47), ordre royal belge de Léopold 1919 ; 5 citations croix de guerre 2 palmes, 2 étoiles de vermeil, 1 d’argent.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 9 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 9, 11, 59, 92 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 10, 109 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916), 143, 144, 145 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 184 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918)

Lieutenant-colonel au 129e régiment d’artillerie lourde 1926 ; Colonel commandement du parc d’artillerie régional de Besançon. Epouse le 08/04/1910 à Aprey, Félicité BAUDIN dont il aura une fille Madeleine (1911 – Barbarin, Esp. 1991) religieuse carmélite.

Son frère Paul Marie capitaine au 103e régiment d’infanterie est mort pour la France à Saint-Pierre-à-Arnes (Ardennes) le 8 octobre 1918.

Louis-Marie Garnuchot est reconnaissable dans l'Album souvenir du 43e régiment d'artillerie, Rouen juin 1912 "Les officiers" au deuxième rang le quatrième à partir de la droite et "8e Batterie" au centre.

 

 

GAUGRY Max Jean Robert (Le Havre 1893 – Sucy-en-Brie 1955) [GAUGRIX dans l'album]

Sous-lieutenant 74e RI 2e bataillon [commandant le groupe franc du II/74e fin 1917 et au 02/05/1918 [info Stéphan Agosto]

GAUGRY

Registre de matricule bureau du Havre classe 1913 n°2033. Sursitaire, interprète résidant à Boston, Etats-Unis, 308 Colombus Avenue . A renoncé à son sursis le 09/01/1914. Incorporé au 74e RI à Rouen le 15/01/1914 matricule 5754. Nommé caporal le 15/06/1915, nommé sergent le 16/10/1916, nommé adjudant le 31/05/1916. Promu sous-lieutenant de réserve à Titre temporaire le 28/12/1916. Affecté à l’artillerie d’assaut et classé au 81e régiment d’artillerie lourde le 26/04/1918, rayé des contrôles le 03/05/1918. Nommé sous-lieutenant de réserve à Titre définitif le 05/06/1918 pour prendre rang au 20/04/1918, promu Lieutenant de réserve à Titre définitif le 04/09/1918 pour prendre rang au 06/06/1918, envoyé en renfort sur le 503e GAS le 03/08/1918 ; détaché service auto le 09/03/1919 ; mis en congés illimités le 06/09/1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 198, 205  (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Démobilisé le 09/09/1919 rattaché au 22e régiment d'artillerie et affecté au 129e RI le 14/04/1920, puis au 505e régiment de chars de combats le 14/10/1920. Affecté au 514e régiment de chars de combats le 10/03/1924, passé au 13 RA par changement de résidence puis affecté au 23e régiment d'infanterie coloniale le 02/10/1924. Promu capitaine de réserve le 31/12/1925. Mis en non disponibilité pour infirmité temporaire le 10/10/1933, mis à disposition du Général commandant la région de Paris. Réaffecté au cm d'Infanterie coloniale n°59 le 24/12/1936. Rayé des cadres pour raison de santé le 13/08/1937.

Chevalier de la Légion d’honneur 1921 (Dossier base Léonore 19800035/0111/13934). Croix de guerre, 4 citations : 1 à l'ordre de la brigade (1916), 1 de la division (1918), 2 de l'armée (1917 et 1918).

 Adresses connues : Paris, 46, rue du château d'eau (1920) ; Paris, 15 avenue Hoche (1924)

 

 

GERMINY de voir LE BEGUE de GERMINY

 

 

GILLES Albert (Classe 1909)

Maître-pointeur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

Cité à l'ordre du régiment (1916)

 

 

GODARD Albert André Edmond (Bertreville-Saint-Ouen 1892 – Pont-Chevalier 1918)

43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, maréchal-ferrant du 08/08/1914 au 08/03/1918, passé à cette date au 117e régiment d'artillerie lourde

Registre de matricule bureau de Rouen nord classe 1912 n°883, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

GODREUIL

C. T.R. 319ème régiment d’infanterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 136

 

 

 

GOHIERRE de LONGCHAMPS Raymond (Poitiers 1874 – Limoges 1957)

Commandant au 24e RI

LONCHAMPS DE

Engagé volontaire à l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, élève 27/10/1894, élève première classe 01/04/1896. Sous-lieutenant affecté au 115e RI 20/09/1896, lieutenant 01/10/1898. Passé au 130e RI démissionnaire le 28/02/1901, (maintenu dans son grade et son emploi par décision du Général Commandant la 15e brigade en date du 13/04/1907). Passé dans l'armée territoriale et affecté au 20e RIT (DM 10/11/1911) promu capitaine 02/04/1912. Rédacteur économique et financier à L'information financière (depuis 1900).

Rappelé à l'active 02/08/1914, promu Chef de bataillon à titre temporaire 13/01/1915, à titre définitif 20/09/1915. Détaché au cours d'instructeurs à Mony.. 14/11/1917. Affecté provisoirement au 5e RI 20/12/1917. Passé au 24e RI 11/04/1918 en tant qu'adjoint au chef de corps. Passé au 418e RI Chef de bataillon DM 21/10/1918, JO 25/10/1918, blessé au molet par éclat d'obus à Le Hérie-la-Viéville (Aisne) et évacué le 30/10/1918. Démobilisé le 29/08/1919. Chef de bataillon d'infanterie de réserve au Centre de mobilisation n°21 de Soissons.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 208, 213  (Aronde et Matz 21/06-8/09/1918)

Marié à Paris 8e le 22/12/1900 à Marthe Marie Louise Gauthier, de cette union un fils Claude (Paris 1919 ? - Casblanca 1966) et une fille Jacqueline (Paris 1902 - ), épouse en troisièmes noces de Louis Pasteur Vallery-Radot 1886 -1970, membre de l'Académie de médecine puis de l'Académie française, Président du comité médical de la résistance, membre du Conseil constitutionnel).

Remarié après divorce à Paris 16e le 6/11/1924 avec Georgette Hopp. Adresses connues : 26bis rue Jouvenet Paris 16e (1936); Chalus (1957). Voir documents personnels issus du Legs de sa fille Jacqueline (dépôt de l'association des Amis de Pasteur à la Médiathèque du grand Dole).

Rédacteur économique et financier à la Vie financière, le Globe, Pour et contre, puis l'Illustration économique, enfin l'Orientation économique et financière (1936). Administrateur du Crédit foncier de l'Uruguay (1910-1935...), adminsitrateur du Crédit foncier à Dakar (vers 1931-1935...) .

Citation à l'ordre du 1er Corps d'armée 03/09/1918 pour son action du 10 au 20 août 1918; Croix de guerre avec étoile vermeille ou palme ; Chevalier 21/11/1918, puis officier 25/12/1935 dans l'ordre de la Légion d'honneur (Source Léonore dossier 19800035/157/20027).

 


 

GOSSELIN  Jean Pierre Marie (Saint-Rémy-sur-Orne 1895 - ? 1984)

Sous-lieutenant 43e RAC 3e groupe

GOSSELIN

Registre de matricule subdivision de Falaise classe 1915 n°791 (p.480). Ecole polytechnique 1914. Incorporé au 43e RAC à compter du 14/08/1914 comme engagé volontaire pour 8 ans 2e CS, brigadier (1914). Ecole polytechnique 1914. Promu sous-lieutenant à titre temporaire 01/1915, affecté à la 9e batterie du 43e RAC le01/03/1915 arrivé le 03/03/1915. Aspirant 08/1915. Sous-lieutenant à Titre définitif 07/1916. Promu Lieutenant en 10/1917. Instructeur à l‘école militaire d’artillerie 08/12/1917. Rentré au dépôt le 19/03/1918. Affecté au 40e Régiment d’artillerie 01/04/1918. Passe au 134e régiment d’artillerie lourde le 04/06/1918. Passe au 104e RAL le 26/10/1918, capitaine à titre temporaire le 26/10/1918. Passe à l’Ecole polytechnique en janvier 1919. Démission d’officier de l’armée active acceptée le 19/09/1920. Croix de guerre 1 citation à l’ordre du régiment.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 4, 5, 41-42 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 6, 11, 59, 63 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 129 (Verdun 29/03 – 20/06/1916), 137, 145 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 157, 158, 162, 179, 179 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917), 11, 182,  183 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918)

Marié à Melle de Sklarevsky. Adresse connue (1961) : Saint-Rémy-sur-Orne.

 

 

 

GOUAILLEUR

(43e RAC, 3e groupe, 9e batterie ?)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

GOUDOU

43e RAC 3e gr 7e bat

GOUDOU

Identifié dans les légendes de l’album : p. 157 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917)

 

 

GRANDRIE Gaston Georges (Saint-Gatien-des-Bois 1871 – Pont-l’Evêque 1949)

Quincailler place Morny à Deauville.

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 136 (adresse à Deauville)

 

 

GRIMPEZ Charles Louis

Sous-lieutenant 43e RAC, 2e groupe

GRIMPREZ

Aspirant 43e RAC, nommé au grade de sous-lieutenant (active) à titre temporaire le 15/04/1916 (J.O. du 21/04/1916). 6e batterie, Etat-Major 2e groupe (Chemin des Dames) ; Etat-major du 3e groupe citation à l'ordre du régiment du 05/09/1917.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 143 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917)

Cité à l'ordre de la division (1917) ; Cité à l'ordre de l'AD 166 (insigne de brigade) (1917)

 

 

GUICHARD

24e RI équipe médicale (infirmier ou brancardier)

GUICHARD

Identifié dans les légendes de l’album : p. 215 (Aronde et Matz 21/06-08/09/1918)

 

 

GUIFFARD G. et Mme

Conducteur 31ème section de parc automobile

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 136 (adresse à Rouen)

 

 

GUILLEE Emile François Marie (1883 - ) [info Stéphan Agosto]

Lieutenant 74e RI 2e bataillon

GUILLEE

Classe 1903. Adjudant au 74e régiment d'infanterie, 7e compagnie au 20/05/1916, blessé à Douaumont, non évacué vers le 06/06/1916 [info Stéphan Agosto]. Sous-lieutenant au 74e RI, blessé à la cuisse par éclat d'obus le 25/07/1918 (J.O. du 25/04/1918). Nommé au grade de lieutenant à titre temporaire le le 01/07/1918, rang du 06/06/1918 (J.O. du 10/07/1918). Nommé au grade de lieutenant à titre définitif le 08/10/1918 rang du 06/06/1918 (J.O. du 13/10/1918)

Identifié dans les légendes de l’album : p. 198 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Muté au 25e RI à compter du 16/02/1920, suite à la dissolution du 74e RI (J.O. du 13/03/1920). Lieutenant (active) au 25e RI (J.O. du 01/02/1923). Lieutenant (active) au 67e régiment d'infanterie, affecté au 153e régiment d'infanterie le 22/12/1930 (J.O. du 25/12/1930). Passé au gradre de capitaine (réserve) du centre mobilisateur de l'infanterie n°101, au centre mobilisateur de l'infanterie n°32 le 28/02/1935 (J.O. du 06/03/1935).

Cité à l'ordre de l'amée (J.O. du 25/04/1918 et du  03/05/1919)

 

 

GUILLEMAIN Adrien Georges Auguste (Fécamp 1893 - Verdun 1916)

Maître pointeur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 22 avril 1916 tué à l’ennemi (Verdun 23/03 - 20/06/1916)

 

 

GUILLON

43e RAC 3e groupe, 9e batterie, 1e section

GUILLON

Identifié dans les légendes de l’album : p. 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

HACHE Emile Hector (Verquin 1850 – Paris 1931)

Général commandant le 3e Corps d’armée (25 août 1914 - 23 décembre 1915) Source Base Léonore dossier LH/1256/35

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 26 septembre 1915 (Front de l'Aisne 13/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

HAISTE Gabriel Frédéric Albert (Orbec 1887 – Vienne-le-Château 1914)

Lieutenant au 9e bataillon de chasseurs à pied, mort pour la France, tué à l’ennemi à Vienne le château (Marne) le 16 septembre 1914

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 21 novembre 1914 (Front de l'Aisne 13/09/1914 - 22/05/1915) ; Répertoire p. 136 (adresse à Orbec)

 

 

HALUIN Jean Baptiste (Roubaix 1884 – Verdun 1916)

2ème canonnier servant, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 20 mai 1916 tué à l'ennemi (Verdun 23/03 - 20/06/1916) ; Répertoire p. 142-143

 

 

HALNA du FRETAY Charles Auguste Marie (Ploaré 1884 – 1959) [info Stéphan Agosto]

Capitaine du 7e régiment de chasseurs à cheval détaché au 74e RI 2e bataillon

HALNA DU FRETAY

Registre de matricule, bureau de recrutement de Quimper, classe 1904, n°1632. Etudiant engagé volontaire pour trois ans à la mairie de Vannes le 08/11/1904). Arrivé au corps du 119e RI le 09/11/1904. Envoyé dans la disponibilité le 23/09/1905. Renonce au bénéfice de dispense le 29/06/1906, regagé le même jour pour 3 ans à compter du 08/11/1907 au titre du 31e régiment de dragons, arrivé au corps le 30/06/1906. Brigadier le 22/08/1906. Maréchal des logis le 10/10/1908. Maréchal des logis fourrier le 08/12/1909. Rengagé pour 1 an le 17/05/1911 pour compter du 01/10/1910. Rengagé pour 1 an le 30/09/1911 à compter du 01/10/1911. Admis à l'école d'application de cavalerie en qualité d'élève officier. Nommé sous-lieutenant rang du 01/10/1912 et affecté au 7e régiment de chasseurs à cheval le 15/09/1912 (J.O. du 18/09/1912). Nommé lieutenant le 01/10/1914.

Détaché aux états-majors des 9e-10e brigades d'infanterie (5e DI) du 10/10/1914 au 21/03/1916. A  la 9e brigade d'infanterie le 12/10/1914 [info Stéphan Agosto] ; détaché à l'Etat-major de la 10e brigade le 10/10/1914, détaché à l'état-major de la 9e brigade le 17/09/1915, détaché à l'état-major de la 10e brigade en 12/1915, détaché à l'état-major de la 9e brigade en 02 et 03/1916: voir Colonel Maurice Besnier Souvenirs de guerre 1914-1918. Edition Claire et Dominique Bénard, 2014, pp. 100, 186, 198, 210, 212. Nommé capitaine le 21/03/1916, détaché au 274e RI.

Arrivé au corps du 74e RI comme capitaine adjudant-major du I/74e le 11/05/1917, détachement ratifié en date du 25/05/1917 (J.O. du 30/05/1917). Blessé par éclat d'obus à la cuisse gauche le 14/07/1917 à l'éperon de Braye (Aisne) évacué, rentré au corps en 11/1917. Appelé au commandement du 2e bataillon le 25/07/1918 et le 21 octobre 1918 [info Stéphan Agosto].

Identifié dans les légendes de l’album : p. 204 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Promu capitaine au choix le 23/01/1919. En congés sans solde de deux ans, transformé en congé de 3 ans sans solde prenant date du 23/06/1919. Passé au 28e régiment de dragon le 22/06/1922. En opérations dans la Rurh du 11/01 au 08/05/1923. Passé au 4e égiment de spahis le 22/08/1923. Tunisie 09/11 - 31/12/1923.  Passé au 11e régiment de cuirassiers le 11/01/1924. Passé dans la disponibilité à compté du 28/12/1925. Admis sur sa demande à la tretraite proportionnelle à compté du 01/10/1934 et rayé des contrôles. Affecté dans la réserve au centre de mobilisation de la cavalerie n°22, passé au centre de mobilisation de la cavalerien°3 le 23/03/1936. Promu chef d'escadron de réserve le 15/06/1936 rang du 25/06/1936. Affecté au centre de mobilisation de la cavalerie n°18 le 27/03/1939.

Mobilisé en 1940 à la tête du 23e G.R.D.I., est fait prisonnier à Veules-les-Roses le 12/06/1940. Rapatrié en 1941 [info Stéphan Agosto].

Chevalier de la légion d’honneur 20 décembre 1917 (source base Léonore dossier 19800035/368/49423). Croix de guerre avec palme (1917). Citation à l'ordre de la 5e DI (1915), citations à l'ordre de l'armée (1917 et 1918).

Marié le 04/06/1918 à Paris avec Geneviève de Mython d'Hercelines. Adresses connues : Douarnenez, manoir de Kerlouarnec à Pouaré (1906) ; Paris, 128 rue du Bac (1906) ; Reilly, par Gisors (1936).

 

 

HAMEL Alphonse Anthime Hippolite (Le Havre 1886 - )

43e RAC 3e groupe (2e canonnier conducteur, 1er CR ?)

HAMEL

Registre de matricule, bureau du Havre, classe 1906, n°1832. Charretier chef d'équipe à l'incorporation le 01/10/1906 au 7e régiment de chasseurs à cheval soldat 2e classe. Envoyé en congés le 25/09/1909. A effectué une période d'exercice au 7e régiment de chasseurdu 25/09 au 17/10/1911. Placé dans la disponibilité  de l'armée active régiment de cavalerie légère puis 43e RAC. Mobilsé le 01.08/1914, arrivé au corps le 03/08/1914. Mis en congé de démobilisation le 15/03/1919.

Identifié dans les légendes de l’album  : p. 151, 152, 163 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917)

Maintenu service armé sans pension, invalidité inférieure à 10% par commission de réforme du Havre du 07/10/1921. Passé dans la réserve au 105e régiment d'artillerie lourde, puis au 32e RAC puis au 43e RAC. Libéré du service militaire le 15/10/1935.

Cité à l'ordre du régiment (1918)

Adresse connue : Le Havre, 68 rue Jean-Jacques Rousseau (1911)

 

 

 

HAMEL Marcel Etienne (La Ferté-Fresnel 1892 – Neuville-Saint-Vaast 1915)

Aspirant au 24ème RI, mort pour la France, tué à l’ennemi le 25 septembre 1915

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 26 septembre 1915 (Front d'Artois 23/05 - 25/10/1915)

 

 

HAMEL

(Monsieur, à Frévin-Capelle)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 5 juillet 1915 (Front d'Artois 23/05 - 25/10/1915)

 

 

HAREL Marcel Laurent Alphonse (Guerbaville 1889 - )

Brigadier infirmier 43e RAC 3e groupe

HAREL

Registre de matricule bureau du Havre, classe 1909, matricule 337. Préparateur en pharmacie à Caudebec-en-Caux à l'incorporation 2e régiment de cuirassiers à dater du 1er octobre 1910. Libéré le 25 septembre 1912 affecté dans la réserve de l'amée active au 43e RAC. Mobilisé arrivé au corps le 03/08/1914. Nommé brigadier le 12/10/1914. Blessé sur la position de la 7e batterie du 43e RAC le 05/04/1916 à Douaumont (Meuse) (voir Restitution journal de marche V) et évacué, rentré a dépôt le 17/09/1916. Cité à l'odre du régiment le 12 mai 1916 "A fait preuve de courage et de dévouement en se portant sous un violent bombardement au secours d'un sous-officier blessé. A été sérieusement blessé dans ces circonstances." Croix de guerre.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 4, 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), p. 76 (Artois 23/05-25/10/1915)

Passé au 103e d'artillerie lourde puis au 104e régiment d'artillerie lourde le 01/03/1918, aux armées le 08/09/918. Maréchal des logis le 06/11/1918. Passé au 31e RAC le 01/07/1919. Mis en congé illimité le 02/08/1919 rattaché au 103e artillerie lourde. Affecté au CM132 (32e régiment travailleurs) le 01/101935.

Maintenu service armé pension temporaire 20% par la commission de réforme de Rouen du 16/01/1930 puis par la commission de réforme de Rouen du 16/01/1930 pour cicatrice au niveau de la commissure labiale gauche fracture de la bouche horizontale du maxilaire gauche perte de 11 dents. PM sans défiguration. PM à gauche cicatrice jambe, main et pied.

Marié le 10/06/1919 à Caudebec-en-Caux avec Madeleine Alphonqine Réguégny. Adresse connue : Montivilliers, 20 rue Vattelière (1920).

 

 

HAZARD Daniel Pierre Raoul (Rouen 1888 – Eu 1917)

Maréchal des logis 43e RAC 3e groupe

HAZARD

Registre de matricule bureau de recrutement de Rouen Nord, classe 1908, matricule n°1229. Incorporé le 7/10/1909 au 22e régiment d’artillerie, brigadier le 10/02/1910, Maréchal des logis le 26/09/1910.

Passé au 43e RAC le 01/01/911. Envoyé dans la disponibilité le 24 septembre 1911. Mobilisé, rejoint le 43e RAC 3e groupe le 03/08/1914 ; Etat-major (Somme) ; 7e batterie (Chemin des Dames). Mort accidentellement lors d’une permission, décédé au domicile de sa grand-mère, Elise Cocaigne veuve Fauquet hameau de Beaumont à Eu le 25/08/1917. Cité à l’ordre du régiment (ordre n°93 du 07/09/ 1917)

Identifié dans les légendes de l’album : p. 112 (Front de la Somme 25/10/1914 - 28/03/1915).

Son frère Emile Louis Edouard (Eu 1891 - Ventelay 1915) également maréchal des logis au 43e RAC est mort pour la France décédé suite à ses blessures à l’ambulance n°7 le 26 janvier 1915.

Son frère Paul Georges François (Rouen 1893 – Chamery 1918) maréchal des logis au 308e régiment d’artillerie lourde est mort pour la France au bois de Chamery le 23 juillet 1918 à 6h30.

Cité à l'ordre du régiment (1917)

 

 

HECKMANN Charles Auguste (Le Havre 1890 - Fort-de-France 1936)

Maître pointeur 43e RAC 3e groupe 7e batterie

HECKMANN

Registre de matricule bureau de recrutement du Havre, classe 1910, matricule 2024. Ajusteur mécanicien à l'incorporation le 09/10/1911 affecté au 11e RAC. Affecté au 43e RAC le 17/01/1912, 2e canonnier servant. Passé 1er canonnier servant le 14 juillet 1912, Maître-pointeur le 25/09/1912. Renvoyé dans ses foyers le 08/11/1913. Mobilisé arrive au corps le 03/08/1914. Blessé à la cuisse par éclat d'obus à Hanzinelle (Belgique) le 28/08/1914 est évacué. Rentré le 28/09/1914.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 90 (Artois 23/05 – 25/10/1915)

Dirigé sur le dépôt des métallurgistes à Paris le 11/03/1917, détaché Maison Panhard-Levassor le 14/03/1917. Passé au 6e dragon le 01/07/1917. Mis en congés illimité le 02/08/1919, rattaché au 8e régiment d'artillerie coloniale.

Cité à l'ordre du régiment le 13/04/1915 "Déjà blessé le 22/08/1914 au combat d'Hanzinelle et revenu sur sa demande à la batterie de tir, a été blesssé une seconde fois et évacué sur ambulance malgré ses protestations." Croix de guerre.

Adresses connues : Le Havre 19, rue Percanville (1913) ; Paris, 19 avenue des Gobelins (1919) ; Le Havre 29, rue Percanville (1920), 10 rue Joseph Clere (1924) ; Fort-de-France, Compagnie générale transatlantiqe (1927).

 

 

HELLOUIN Maurice Jean Pierre (Cany-Barville 1893 – Verdun 1916)

2ème classe, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie, mort pour la France

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 22 avril 1916 tué à l’ennemi (Verdun 23/03 - 20/06/1916)

 

 

HENRI Arthur Ferdinand Stanislas (Epinay-sur-Odon 1872 – Boursonne 1918) [HENRY dans l’album]

Capitaine 74e RI 2e bataillon (C.M.2)

HENRI

Registre de matricule bureau de recrutement de Caen, classe 1892, matricule n°246 (p. 333). Jardinier à Bayeux à l'incorporation au 74e RI le 14/11/1893. Nommé caporal le 21/11/1894. Sergent le 26/09/1895. Rengagé au même régiment pour 2 ans le 11/08/1896 à compter du 01/11/1896. Rengagé pour 3 ans le 12/07/1898 à compter du 01/11/1898 sergent. Rengagé pour 5 ans le 16/07/1901 à compter du 01/11/1901. Rengagé pour 2 ans le 29/10/1906 à compter du 01/11/1906.

Adjudant-chef au même régiment en 1914. Promu sous-lieutenant au 274e RI le 25/02/1915 (rang du 23/07/1914 J.O. du 20/04/1918). Nommé lieutenant le 04/04/1916 même affectation (J.O. du 05/04/1916). Promu capitaine à titre temporaire le 17/10/1917 même affectation (J.O. du 21/10/1917).

Affecté au 74e RI C.M.2 à compter du 18/11/1917 en remplacement du capitaine Chevreux [info Stéphan Agosto]. Nommé capitaine à titre temporaire au 74e RI en remplacement de M. Moreau, mis hors cadres le 04/05/1918 (J.O. du 06/05/1918). Mortellement blessé le 21/07/1918, Mort pour la France 21/07/1918 à l’ambulance 226 de Boursonne (Oise).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 198, 199, 201 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur (1916) (base Léonore dossier LH/1283/58), médaille militaire, Croix de guerre avec palme, 4 citations : 2 à l'ordre du régiment, 1 à l'ordre de la division, 1 à l'ordre de l'armée (J.O. du 03/05/1919).

 

 

HEUGUES Victor Arthur (Sainte-Colombe-la-Campagne 1888 -  Sainte-Colombe-la-Campagne 1934)

Maître-pointeur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie. Registre de matricule bureau de recrutement d’Evreux classe 1908 matricule n°3

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 27 septembre 1915 blessé, 22 octobre 1915 (Front d'Artois 23/05 - 25/10/1915) ; Répertoire p. 134-135

 

 

 

 

HEUZE

43e RAC 3e groupe (canonnier servant 8e batterie ?)

HEUZE

Identifié dans les légendes de l’album : p. 74 (Artois 23/05 – 25/10/1915)

Cité à l'ordre du régiment ? (1918)

 

 

 

HIRONDEAU Alexandre (Brie 1889 - Angoulème 1971)

Maréchal des Logis 43e RAC 3e groupe, 7e batterie

HIRONDEAU

Registre de matricule, bureau d'Angoulème, classe 1909, n°962. Cultivateur à Brie lors de l'incorporation. Appelé à l'active le 12/10/1912 au 23e régiment d'artillerie de campagne. 1er canonnier conducteur le 18/10/1911. Rengagé pour deux ans le 15/02/1912 à Toulouse à compter du 01/10/1912 au titre du 21e RAC. Brigadier le 01/10/1912.

Passé au 43e RAC le 01/06/1913. Nommé maréchal des logis le 08/10/1913. Chef de pièce jusqu'en 1917, pui chef de section à la 7e batterie (voir citation du 22/02/1918). Atteint par les gaz à la Malmaison le 23/09/1918, évacué jusqu'au 11/11/1918. Passé au 14e régiment d'artillerie le 12/11/1918.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 33 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

Passé au 175e RAC le 13/03/1919. Rengagé pour 5 ans à Troyes le 17/06/1919 à compter du jour de la démobilisation de la classe. Réaffecté au 14e RAC le 16/08/1919. Promu maréchal des logis chef le 09/01/1924. Commissionné à la sous-intendance de Bordeaux au titre du 196e régiment d'artillerie lourde à tracteurs pour 3 mois et 15 jours le 15/06/1924, pour parfaire quinze ans de service. Commissionné à la sous-intendance de Bordeaux au titre du 196e régiment d'artillerie lourde à tracteurs le 16/09/1925 jusqu'au 20/10/1930.

Nommé à l'emploi de facteur de ville (J.O. du 25/11/1926) et admis à faire valoir ses droits à une pension proportionnelle le 01/12/1925. Se retire à Bègles (Gironde). Affecté au 196e régiment d'artillerie lourde le 03/01/1927. Maintenu service armé, pension temporaire 10% pour troubles dyspeptiques avérés par commission de réforme de Bordeaux le 12/09/1927. Classé sans affectation (loi du 31/03/1928). Passé par changement de domicile dans la subdivision de Bordeaux le 21/12/1928 à Talence. Maintenu service armé, pension permanente 20% pour troubles gastro-intestinaux avec insuffisance hépatiquepar commission de réforme de Bordeaux le 01/09/1931. Affecté au centre mobilisateur d'artillerie 318 le 15/04/1934. Rappelé à l'activité par ordre d'appel individuel le 27/09/1938. Renvoyé dans ses foyers le 01/10/1938 et rayé des contrôles le 02/10/1938.

Marié, 1 enfant (1921). Adresses connues : Bègles, rue Dupuich (1927) ; Talence, chemin petite maison (1928) ; Talence, rue Denis Papin (1929)

Croix de guerre, Cité à l'ordre du régiment (1918) ; médaille militaire (J.O . du 28/01/1937).

 

 

HOLTZHAUER Maurice Louis [HOLZHAUER dans l'album]

1er Cs Téléphoniste, 43e RAC, 3e groupe, 8e batterie  (Chemin des Dames)

HOLTZAUER

Identifié dans les légendes de l’album : p. 130 (Verdun 29/03 – 20/06/1916)

Cité à l'ordre du régiment (1917)

 

 

HOUSSIN Edouard Gabriel Marie Adrien (Douai 1890 - Wissant 1963)

Médecin Aide-major 2e groupe du 43e RAC.

HOUSSIN

Armée active, groupe de brancardiers du 3e corps d'armée. Est nommé au grade de médecin-aide-major 2e classe à titre temporaire à dater du 24 avril 1915 par décision ministérielle du 05/05/1915 (J.O. du 08/05/1915) Passe au 119e RI le 11/05/1916, remplacé le 13/05/1916 par le médecin aide-major Edgar Jean Philémon Assire venant lui même du 199e RI.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 80 (Artois 23/05 – 25/10/1915)

Médecin aide-major 2e classe, 168e RI. Médecin aide-major 1ère classe, incrit au tableau d'avancement pour la grade de médecin major 2e classe - Armée du Rhin (1920) (J.O. du 12/06/1920). Armée du Rhin (1921). Médecin major au RICM secteur 192 (1924). Médecin-commandant au 43e RI (Lille) est affecté au 32e régient d'artillerie (Vincennes) (J.O. du 10/02/1934). Commandant (Réserve) Région de Paris (1940)

Chevalier 26/02/1921, officier 07/12/1940 de la Légion d'honneur (Source Base Léonore dossier 19800035/593/67114). Adresses connues : Paris 14e, 37 rue Danfert-Rochereau (1924) ; Paris 5e, 5, rue des Ursulines (1949)

Fils du sculpteur Edouard Marie HOUSSIN (Douai 1847 - Paris 1917)

 

 

IMBERT

43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 19 novembre 1915, 20 novembre 1916 blessé, Répertoire p. 134-135

 

 

INCHECILE

(43e RAC, 3e groupe, 9e batterie ?)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : Répertoire p. 142-143

 

 

JACOUTOT Jules (Cour [Bame-les-Dames] 1875 - Grainville 1951)

Lieutenant 24e RI (officier d'approvisionnement)

JACOUTOT

Registre de matricule, bureau d'Auxerre, classe 1895, n°1114. Cultivateur engagé volontaire pour trois ans à la mairie d'Auxerre le 02/03/1894 pour le 84e RI soldat de 2e classe. Caporal le 26/09/1894, sergent le 01/10/1895. Passé dans la réserve de l'armée active le 02/03/1897. Rengagé pour 3 ans le 06/10/1897 pour le 71e RI sergent. Passé dans la réserve de l'armée active, passé au 24e RI le 06/10/1900. Rengagé pour 2 ans le 02/11/1900. Sergent fourrier le 16/12/1900. Rengagé pour 2 ans le 09/12/1902. Rengagé avec prime pour 3 ans le 17/12/1903. Adjudant le 23/08/1904. Rengagé pour 2 ans le 10/04/1907. Commissionné le 18/06/1909 à compter du 06/10/1909. Blessé par balle à l'épaule gauche au combat du 22/08/1914 à Auderlus (Belgique). Sous-lieutenant d'approvisionnement à compter du 21/10/1914 (titre temporaire). Lieutenant à titre temporaire le 07/10/1915. Lieutenant à titre définitif le 04/10/1916 effet rétroactif du 24/10/1914 (J.O. du 20/04/1918). Blessé en service commandé dans un accident de voiture le 29/09/1917 (hématome considérable de la partie inférieure de la cuisse gauche).

Identifié dans les légendes de l’album : p. 211  (Aronde et Matz 21/06-8/09/1918)

A suivi les cours du centre de perfectionnement d'Alençon du 15/11/1919. Maintenu en activité, invalidité inférieure à 10% (commission de réforme de la Seine du 27/04/1922), proposé pour une pension temporaire invalidité de 20% (3e commission de réforme de la Seine du 06/11/1922). Promu capitaine le 27/12/1922 rang du 25/12/1922 et maintenu au 24e RI. Reconnu inapte aux T.O.E. (commission de réforme de la Seine du 20/12/1923) pour 1° Reliquats de rhumatisme articulaire aigu, raideur du coude gauche limitant l'extension  à 165. Gêne de la force globale du membre. 2° Reliquats de blessure de la cuisse gauche (accident de voiture), amyotrophie de 2 cm de la cuisse gauche, fatigabilité rapide. 3° Hernie inguale maintenue par un bandage, origine admise. Reconnu inapte définitivement aux T.O.E. (commission de réforme de la Seine du 20/12/1923). Remis capitaine de compagnie le 24/03/1924. Maintenu en activité, emploi sédentaire (commission de réforme de Versailles du 16/05/1924). Affecté au 31e RI (convenances personnelles) le 08/01/1921 (J.O. du 10/07/1924). Maintenu emploi sédentaire proposé pour une invalidité de 20% (commission de réforme de la Seine du 18/07/1924).

Chevalier dans l'ordre de la légion d'honneur (J.O. du 04/05/1916), officier (1934) (dossier base Léonore 19800035/0075/9335). Médaille militaire (J.O. du 29/01/1915). Croix de guerre (1 palme, 1 étoile d'argent, 1 étoile de bronze) : cité à l'ordre de la 8e armée (1919), cité à l'ordre de la 6e DI (1915), cité à l'ordre du 2e RI (1918). Croix de guerre Belge.

 

 

JACQUARD Georges Henri

Lieutenant 43e RAC 3e groupe

JACQUARD

Elève de l’école des mines. Lieutenant arrivé du dépôt le 16 mai 1915 affecté à l’Etat-major du 3e groupe du 43e RAC. Prend le commandement de la sous-section d’obusiers conjugués de Méricourt le 13 décembre 1915. Affecté à la 8e batterie du 22 décembre 1915 au 8 janvier 1916 (à cette date affecté au Service de Renseignement d’Artillerie). Affecté à la 8e batterie 1er février 1917 y est en place le 01/08/1918

Identifié dans les légendes de l’album : p. 4, 6, 11, 59, 63, 76 (Artois 23/05 - 25/10/1915),  9, 10, 109 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916), 7, 139, 141 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), p. 177, 180 (Le Chemin-des-Dames 28/03 - 01/09/1917), 11, 182, 183 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918)

Cité à l'ordre du régiment (1916), cité à l'ordre de la 5e DI (1918) 

 

 

JAMES

JAMES

 

Identifié dans les légendes de l’album : p. 12 (Introduction)

 

 

JEAN Henri Georges (Gisors 1893 - Gisors 1935)

Brigadier infirmier 43e RAC

JEAN inf

Registre de matricule bureau de Rouen sud, classe 1913, matricule 1403. Musicien engagé volontaire, engagé volontaire pour trois ans à la Mairie de Versailles le 09/10/1912 affecté au 11e régiment d'artillerie, soldat de 2e classe. Passé au 22e régiment d'artillerie le 01/01/1914. Passé au 43e RAC le 03/08/1914. Brigadier infirmier le 30/04/1916. Blessé par éclat d'obus au fort Saint-Michel à Verdun, plaie contuse au thorax, évacué le 25/05/1916, rentré au dépôt le 25/06/1916, aux armées le 30/06/1916. Envoyé en congés illimités le 20/08/1919.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 4, 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 131 (Verdun 29/03-20/06/1916), 8, 141 (Les Eparges 29/03 - 20/06/1916)

 

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 6 février 1916 blessé

Cité à lordre de la division le 03/06/1916. Croix de guerre étoile d'argent.

Disponibilité et réserve de l'armée active : 104 régiment d'artillerie lourde le 01/06/1921 ; 103e régiment d'artillerie lourde le 01/01/1924.

Adresses connues : Montreuil, 4bis, place Jean Jaurès (1922) ; Villers-sur-Marne, 76, rue de Paris (1934)

 

 

JEAN Raymond Damien Paulin (1891 Saint-Quentin-La-Poterie - ? 1961)

Lieutenant 43e RAC 3e groupe

JEAN Lt

Registre de matricule bureau de Nîmes classe 1901 matricule n°1901. Admis Elève à l’Ecole polytechnique le 13/09/1911. Engagé volontaire pour 4 ans à Paris 5e arrondissement le 06.10/1911. 56e régiment d’artillerie 2e CC 10/10/1911. Brigadier 02/05/1912, Maréchal des Logis 10/10/1912. Entré élève à l’Ecole polytechnique en tant qu'aspirant et rayé des contrôles le 10 octobre 1912. Nommé sous-lieutenant d'artillerie et affecté au 43e régiment d’artillerie de campagne par décret du 09/08/1914 pour prendre rang au 01/10/1914. Blessé à Thil (Marne) au bras par éclat d’obus le 16/09/1914. Promu lieutenant le 05/05/1915. Promu capitaine à titre temporaire le 17/01/1917.

Identifié dans les légendes de l’album : p.  4, 9 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 9, 11, 59, 89, 91, 92 (Artois 23/05 - 25/10/1915), 9, 109 (Front de la Somme 25/10/1915 - 28/03/1916),  1, 7 (Les Eparges 22/06 1916 - 27/03/1917), 162, 174, 177, 180 (Le Chemin-des-Dames 28/03 -  01/09/1917), 11, 182, 183, 186, 190 (Secteur de Saint-Quentin 02/09/1917 - 17/01/1918), 194 (Secteur de Champagne 14/03– 25/05/1918)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 15 septembre 1916, 4 janvier 1917

Affecté au 38e RAC à destination de l’armée d’orient 01/10/1918, départ pour l’Orient le 16/10/1918, affecté au 16e RAC. Détaché à l’Etat-major de l’Artillerie 1er groupement de Division le 22 /06/1919. Promu capitaine à titre définitif par décret du 04/01/1920 pour prendre rang le 25/12/1919 détaché à l'Etat-major de l'artillerie de la 1ère GDI. Détaché après du commandant d’armes à Roustchouk (Bulgarie) 22/01/1920. Détaché au 242e RAC 24/02/1920. Affecté au 19e RAC 21/01/1920. Désigné pour suivre le cours technique de l'artillerie et affecté à l’Etat-major particulier de l’artillerie 01/01/1921. Affecté à l'Etat-major particulier de la poudrerie Militaire du Bouchet 26/09/1921. Section technique d’artillerie 24 juillet 1926. Promu chef d'escadron au rang du 25 mars 1931. Classé Etat-major particulier de l'Inspection permanente des fabrications de l'artillerie le 21/03/1932. Ingénieur militaire en chef 2e classe le 21/08/1935 pour prendre rang au 25/03/1931. Promus Ingénieur militaire principal des fabrications d’armement 2e classe le 21/09/1937.Affecté à l'Inspection des forges de Paris, nommé adjoint à l'Ingénieur général Inspecteur de la mobilisation industrielle le 21/03/1939.

Croix de guerre 2 citations : 1 à l’ordre du régiment 12/05/1916, 1 à l’ordre de la division 01/08/1918 - Chevalier de la Légion d’honneur 1929 – Officier de la Légion d’honneur 4 juin 1946 – Commandeur dans l’ordre de la Légion d’honneur 1951 (Source Base Léonore dossier 19800035/420/56127).

Adresse connue : 130 avenue de Versailles Paris XVIe (1952)

 

 

JOANNES dit « Jojo »

Maréchal des logis, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 18 septembre 1914, 20 novembre 1916

Cité à l'ordre du régiment (1916)

 

 

JOBIT Eugène Charles Marie (Vannes 1869 – l’Eclusier-Vaux 1916)

Capitaine 43e RAC 3e groupe

JOBIT

Registre de matricule bureau de Bergerac, classe 1889, matricule 551. Engagé volontaire pour 3 ans à Paris 23 octobre 1889, élève de l’Ecole polytechnique promotion 1889. Sous-lieutenant élève à l’école d’application de l’artillerie et du génie le 30 septembre 1891 ; sous-lieutenant 13e RA 30 septembre 1892 ; lieutenant en 2e 30 septembre 1893 ; 38e Régiment d’artillerie 20 février 1895 corps expéditionnaire (Madagascar)  2 mai 1895 - 7 juin 1896 ; passé au 13e régiment d’artillerie 10 juillet 1896 ; lieutenant en 1ere 29 mai 1897. Mis à disposition du Ministère des colonies 8 avril 1899. Nommé capitaine le 4 décembre 1899. Mission topographique au Congo 10 mai 1899 – 22 juin 1900 (Mission Cendron) médaille d’or de la Société de Géographie ; Directeur des travaux publics au Tonkin 29 mars 1901 – 20 juillet 1902 ; Chemins de fer de Cochinchine et du sud Annam (mission d’étude entre Zaulinth et Phaürang) 1901.

Professeur adjoint à l’école d’application de l’artillerie et du génie de Fontainebleau 1906. Capitaine au 17e Régiment d’artillerie 09 janvier 1907. Démissionne le 23 décembre 1909 pour un poste dans l’industrie. Nommé capitaine de réserve au 29e régiment d’artillerie (mars 1910). Affecté au 43e régiment d’artillerie (septembre 1910). Manufacturier, il est rappelé le 01 août 1914. Le 6 octobre 1914 venu de la 6e SMA arrive comme capitaine en 2e de réserve pour prendre le commandement de la 7e batterie du 43e RAC ; signalé comme commandant de la 7e batterie le 28 mai 1915. Promu chef d’escadron le 4 août 1915 il est remplacé au commandement de la 7e batterie. Le 15 août 1915 affecté au 28e régiment d’artillerie commandant le groupe de 95. Tué à l’ennemi à L’Eclusier-Vaux (Somme) observatoire cote 83, le 4 février 1916 Mort pour la France.

Identifié dans les légendes de l’album : p. 9, 35 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915), 4, 6, 11, 59, 63 (Artois 23/05 - 25/10/1915)

Marié à Paris en 1906 avec Marie Marguerite Lainé, 3 enfants : 1 garçon, 2 filles.

Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur (1900) (pas de dossier base Léonore)

 

 

 

JOUBERT

Canonnier conducteur, 43e RAC, 3e groupe, 9e batterie

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 30 août 1914 blessé

 

 

JOULIN Paul Emile (Nanterre 1878 - Hautes-Avesnes 1915)

Caporal au 205e régiment d’infanterie

Album R

Registre de matricule, 2e bureau de la Seine, classe 1898, n°2633. Caporal au 205e RI. Tué à l'ennemi le 03/06/1915 à Hautes-Avesnes (Pas-de-Calais), inhumé les jours suivants à Haute-Avesnes sépulture n°190. Mort pour la France

Identifié dans les légendes de l’album : p. 86 sépulture (Artois 23/05 – 25/10/1915)

 

 

JUBERT

Infirmier 43e RAC 3e groupe

JUBERT

Identifié dans les légendes de l’album : p. 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

 

 

JUS

Maréchal des logis 43e RAC 3e groupe, 9e batterie, 2e section

JUS

Identifié dans les légendes de l’album : p. 32 (Front de l’Aisne 12/09/1914 - 22/05/1915)

Carnet de route R. Tronsson 43e RAC, 3e groupe 9e batterie : 5 août 1914 et 6 août 1914, 29 août 1916, 20 janvier 1917

Cité à l'ordre du régiment (1916)

 

 

Lien vers la deuxième partie de l'index : K à M 

Lien vers la troisième partie de l'index : N à Z